Suivez-nous

Actualité

Guigui raconte le film de son viol « Dafa Teth Porte Bi… »

Publié

sur


About Us

Newspaper WordPress Theme is your news, entertainment, music fashion website. We provide you with the latest breaking news and videos straight from the entertainment industry.

Contact us: contact@yoursite.com



BuzzClics

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Procès Assane Diouf : « J’ai eu la peur de ma vie, quand la police est venue me cueillir chez moi. Je n’ai jamais insulté Serigne Bass Abdou Khadre »

Publié

sur


Le procès de Assane Diouf encore appelé l’insulteur public numéro 1 se poursuit à la chambre correctionnelle de la Cour d’appel du Tribunal de Grande instance de Dakar. Poursuivi pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions, rébellion et provocation directe à une manifestation, le prévenu a commencé à nier les faits qui lui sont reprochés devant la barre. 
Ainsi, le prévenu a fait savoir au juge qu’il a eu la peur de sa vie, quand la police est venue le cueillir chez lui. Sur ce, il a fait savoir qu’il n’a jamais insulté Serigne Bass Abdou Khadre. « On a grandi ensemble à Mbacké-Baol et son père était mon Marabout », a-t-il informé le juge.

Le procès de Assane Diouf encore appelé l’insulteur public numéro 1 se poursuit à la chambre correctionnelle de la Cour d’appel du Tribunal de Grande instance de Dakar. Poursuivi pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions, rébellion et provocation directe à une manifestation, le prévenu a commencé à nier les faits qui lui sont reprochés devant la barre. 
Ainsi, le prévenu a fait savoir au juge qu’il a eu la peur de sa vie, quand la police est venue le cueillir chez lui. Sur ce, il a fait savoir qu’il n’a jamais insulté Serigne Bass Abdou Khadre. « On a grandi ensemble à Mbacké-Baol et son père était mon Marabout », a-t-il informé le juge.

Le procès de Assane Diouf encore appelé l’insulteur public numéro 1 se poursuit à la chambre correctionnelle de la Cour d’appel du Tribunal de Grande instance de Dakar. Poursuivi pour outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions, rébellion et provocation directe à une manifestation, le prévenu a commencé à nier les faits qui lui sont reprochés devant la barre. 
Ainsi, le prévenu a fait savoir au juge qu’il a eu la peur de sa vie, quand la police est venue le cueillir chez lui. Sur ce, il a fait savoir qu’il n’a jamais insulté Serigne Bass Abdou Khadre. « On a grandi ensemble à Mbacké-Baol et son père était mon Marabout », a-t-il informé le juge.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Mission de l’Onu au Mali : La Côte d’Ivoire endeuillée après la mort de 4 de ses casques bleus

Publié

sur


Engagée au Mali depuis le début de l’opération de maintien de la paix en 2013, jamais l’Armée ivoirienne n’avait eu à subir d’aussi lourdes pertes. D’environ 200 hommes à l’origine, le contingent ivoirien a été porté à 600 en 2019 et tourne autour de 650 aujourd’hui, déployés autour de Mopti et Tombouctou.
L’engagement au Mali ne fait pas débat en Côte d’Ivoire. Pas même au Parlement où la question militaire n’est quasiment jamais débattue. La Côte d’Ivoire envisage même d’accroître encore la présence de ses casques bleus au sein de la Minusma.
«Cet engagement de la Côte d’Ivoire au Mali est une orientation de Alassane Ouattara dès son arrivée», explique le chercheur Arthur Banga, spécialiste de l’Armée ivoirienne. «C’était en 2013 une façon de montrer la normalisation de la situation en Côte d’Ivoire et surtout de montrer que la Côte d’Ivoire était un acteur important en Afrique de l’Ouest. C’était aussi une façon de participer à la lutte contre le terrorisme sans attendre qu’il atteigne les frontières ivoiriennes», ajoute encore Arthur Banga.
L’attaque de ce mercredi qui a coûté la vie aux casques bleus ivoiriens sur l’axe Tombouctou – Douentza a aussi fait six blessés. L’un d’entre eux a donc succombé à ses blessures lors de leur évacuation vers Dakar.
Rfi



via LeQuotidien

Continuer La Lecture

Actualité

Procès Assane Diouf : « J’ai eu la peur de ma vie, quand la police est venue me cueillir chez moi. … »

Publié

sur


Le procès de Assane Diouf encore appelé l’insulteur public numéro 1
se poursuit à la chambre correctionnelle de la Cour d’appel du Tribunal
de Grande instance de Dakar. Poursuivi pour outrage à agent dans
l’exercice de ses fonctions, rébellion et provocation directe à une
manifestation, le prévenu a commencé à nier les faits qui lui sont
reprochés devant la barre. 
Ainsi, le prévenu a fait savoir au
juge qu’il a eu la peur de sa vie, quand la police est venue le cueillir
chez lui. Sur ce, il a fait savoir qu’il n’a jamais insulté Serigne
Bass Abdou Khadre. « On a grandi ensemble à Mbacké-Baol et son père était
mon Marabout », a-t-il informé le juge.

À la barre,
le prévenu Assane Diouf s’est défendu en faisant savoir qu’il a droit à
la parole. « Je ne reconnais pas les faits. Je suis un fils du Sénégal.
J’ai été accusé de terrorisme par mon pays et j’ai laissé mes enfants
pendant des années alors que c’est moi qui, les amenait  toujours à
l’école. Je n’ai pas de père, ni une mère au Sénégal. J’ai le droit à la
parole et je parle toujours au nom des Sénégalais. Je dois avoir le
droit de m’exprimer au même titre que Moustapha Cissé Lo et Alioune
Doumbourou Sow. Le Sénégal appartient à nous tous… »  

Il a déclaré devant le prétoire que les autorités l’ont accusé d’être
un terroriste alors qu’il a juste fait un « live » sur Facebook en
disant que l’État du Sénégal n’avait pas le droit d’ouvrir les écoles
sans prendre des mesures préalables pour lutter contre les inondations.
Pour montrer son patriotisme, il a déclaré à la barre : « Concernant
l’école de Pikine 12, c’est moi qui payais l’électricité et l’eau sans
l’aide du maire… » 

S’agissant du délit de
provocation directe, Assane Diouf a fait savoir qu’il a juste demandé à
la jeunesse sénégalaise de se tenir prête. Ce que le juge a nié en lui
rappelant ses propos. Assane Diouf de reprendre ses harangues : « j’ai
dit que si le président veut se représenter en 2024, il faut sortir pour
le déloger du  palais et le tabasser à mort. »   

Pour la
violence à agent, le prévenu souligne qu’il n’a jamais vu un agent de la
police venir arrêter quelqu’un en étant voilé. « Il a frappé à ma porte
et puisque je n’ai pas voulu ouvrir, il a défoncé la fenêtre… »  



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion