Tag

Revue de presse

Browsing

Sur le plateau de Kinkélibaa de la RTS, Sarah Louyah commence la revue de presse de mercredi 16 octobre 2019 par la célébration de la 125ème édition du Grand Magal de Touba. Il y a aussi l’affaire des 94 milliards avec la plainte déposée par les avocats de Mamour Diallo contre Ousmane Sonko pour diffamation.

DakarXibar avec Xibaaru

Dans la presse du jour, les quotidiens rivalisent d’imagination pour évoquer la célébration jeudi de la 125e édition du Grand Magal de Touba, manifestation religieuse commémorant le départ en exil du fondateur du mouridisme du temps de la colonisation française.

Le Sénégal, Ila Touba ! s’exclame par exemple le Témoin, pour insister sur le fait que tous les chemins mènent à Touba, la capitale du mouridisme, confrèrie musulmane fondée Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927).

‘’Depuis lundi et jusqu’à jeudi (jour de la célébration), tous les chemins mènent à Touba, capitale du mouridisme devenue aussi la capitale du pays tout entier’’, écrit le journal qui revient dans le même temps sur la génèse de cet évènement religieux.
En réalité une action de grâce du Serigne Touba à Dieu après avoir reçu d’immenses bienfaits au point de faire appel à tous ceux qui partagent son bonheur de se joindre à son action de grâce, ajoute le jounal.

Evoquant la vie et l’œuvre du fondateur de la confrérie mouride, +Source A+ exulte à sa Une : ‘’Y’a pas don deux’’, insistant notamment sur le caractère multidimensionnel de Serigne Touba, qui a vécu un exil de 7 ans au Gabon.

‘’De son arrivée à Libreville à son transfèrement dans une base de l’armée coloniale en passant par Mayumba, dans la forêt équatoriale au Sud du Gabon et par Lambaréné, au centre du pays Kadimou Rassoul (serviteur du prophète) a subi toutes sortes de brimades de tentatives d’humiliations et de pratiques déstabilisatrices’’, fait remarquer le journal.

La publication fait observer que durant ces épreuves, le Cheikh n’a jamais flanché, a toujours gardé son honneur et sa dignité, étalant toutes sortes de miracles qui ont fini par faire capituler les colons.

En même temps que la récompense d’un dévouement au seigneur, le magal est également une manière pour le fondateur du mouridisme de rendre grâce à Dieu, laisse entendre Sud Quotidien

‘’’Journée de grâce et de réjouissance magnifiant les bienfaits accordés à Cheikh Ahmadou Bamba par son seigneur, le grand magal célébrée jeudi correspondant au jour 18 du Safar deuxième mois lunaire du calendrier musulman, marque le début des épreuves et souffranxes que Serigne Touba a endurées durant son exil au Gabon (1895-1902)’’, souligne la publication dans ses colonnes.

Pour le journal du groupe Sud Communication, cette date consacre dans le même temps l’achèvement et l’aboutissement de la mission, raison pour laquelle des fidèles en provenance de partout se sont donnés rendez-vous à sa 125e édition.

Des centaines de milliers de fidèles et autres disciples prennent part chaque année à cette manifestation religieuse. L’édition 2019 n’échappe pas à la règle à en croire Vox Populi qui souligne que ‘’Touba refuse déjà du monde’’.

Cette ruée sur la cité religieuse prend souvent des tounures tragiques avec des pertes en vie humaines sur les routes. Le journal évoque le décès de cinq pèlerins à la suite d’accidents de circulation.

Dans le cadre de la sécurisation du grand magal, plus de 3000 policers et gendarmes ont été déployés sur le terrain, croit savoir la publication

Au sujet des difficultés relevées dans l’organisation de l’évènement religieux, Walf Quotidien redoute les problèmes engendrés par l’hivernage et fait remarquer que les ‘’inondations gâchent tout’’.

Selon le journal, plusieurs sites d’hébergements sont sous les eaux alors que 17 milliards de francs Fac avaient été investis dans des projets d’assainissement entre 2007 et 2018.

Pendant ce temps, L’Observateur propose à ses lecteurs une plongée dans la ‘’félicité de Bamba’’, autre surnom du fondateur de cette confrérie muslmane sénégalaise. A travers un cahier spécial, le journal du groupe Futurs médias (GFM), rend hommage à sa manière au fondateur de la ville de Touba.

‘’Ila Touba ! ( A touba) est titre en Une de ’’Enquête’’, lequel à travers un dossier spécial, évoque l’œuvre des huit khalifes qui se sont succédé à la tête de la confrérie depuis la disparition en 1927 à Diourbel de son fondateur.

Le journal donne en même temps la parole Mouhamadou Lamine Mbacké, président-fondateur de l’Institut africain de finance islamique. Celui-ci livre les leviers d’une plus grande maximisation des retombées économiques du Magal.

L’AS propose à ses lecteurs de faire plus amples connaissances avec les ‘’icônes de Touba’’, les fils et petits-fils du fondateur du mouridisme.

Le quotidien insiste particulièrement sur l’actuel khalife général de la confrérie, présenté comme un fédérateur, un conciliateur et un homme de dialogue

Serigne Mountakha Mbacké Ibn Serigne Bassirou de Darou Minanme est le représentant sur terre du fondateur du moudisme, Chekh Ahmadou Bamba.

En plus d’être connu comme un grand serviteur du mouridisme, le khalife s’est fait remarquer ces derniers temps en rapprochant Macky Sall et Abdoulaye Wade qui pendant sept ans se regardaient en chiens de faïence, mentionne le journal.

‘’’La grande mosquée (de Touba) déploie ses atours’’, est le titre choisi à sa Une par Le Soleil. Le quotidien national consacre un numéro spécial à cet évènement et dans lequel, il revient sur presque toute l’histoire et tous les aspects de la confrérie mouride.

DakarXibar avec Xibaaru

La presse du mardi traite divers sujets allant de la politique à l’économie en passant par des faits de société.
Dans cette diversité de thèmes abordés, émerge un léger penchant pour l’actualité politique dans la presse quotidienne, à l’image de L’Observateur qui met en relief à sa Une, la présidente du Conseil économique social et environnemental, Aminata Touré, pour illustrer sans doute un débat sur une supposée ambition d’accession à la plus haute fonction du pays.
‘’La mimique du Palais’’, est le titre en Une du journal qui souligne dans ses colonnes que l’ancien Premier ministre est tentée par l’expérience d’être la première femme à occuper la présidence de la République.
’’Pour certains qui lui dénient une base politique, Aminata Touré n’a pas encore toute l’étoffe de ses ambitions’’, fait remarquer la publication.
Ousmane Sonko, autre acteur politique pas moins ambitieux que l’ancienne Garde des Sceaux, fait la Une de Sud Quotidien.
Le journal qui revient sur un rapport accablant de la commission d’enquête parlementaire, la probable plainte qui va s’en suivre et les retrouvailles entre Abodulaye Wade et Macky Sall, évoque sans détour ‘’une mise à l’épreuve’’, du troisième homme de la présidentielle de février dernier.
Le journal du groupe Sud communication dresse ’’la situation d’un homme esseulé face à un rouleau compresseur’’. ‘’(…) le déclenchement de la procédure judiciaire contre Sonko intervient dans un contexte de retrouvailles politiques entre Me Wade et Macky Sall, et de rencontre entre le leader de Rewmi, Idrissa Seck et l’ancien maire de la capitale, Khalifa Sall, deux acteurs dont les rapports avec le jeune opposant paraissent glacés’’, analyse la publication.
Le Quotidien s’intéresse au renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale, en faisant savoir que les deux présidents de groupe parlementaire ont vu leur fauteuil vaciller.
‘’Si le président de la République n’a pas entendu les récriminations de certains de ses députés contre Aymeyrou Ngningue (présdent du groupe de la mouvance présidentielle), Serigne Cheikh Mbacké (président groupe d’opposition), devra convaincre Wade et ses alliés, alors que le nom de Toussaint Manga a circulé un temps pour le remplacer’’, rapporte la publication qui fait dans le même temps état de tractations en direction du renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale.
Pendant ce temps, Le Soleil accorde la priorité aux perspectives monétaires au sein de l’Union économique et monétaires ouest-africaine (UEMOA), en posant le débat sur l’avenir de cette union en lien avec la future création d’une nouvelle monnaie commune au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
‘’L’Eco (nom de la future monnaie) en question’’, écrit le quotidien à sa Une. ‘’Il était déjà question de monnaie lors de la création de l’UEMOA en 1994. Aujourd’hui, on est dans un autre contexte monétaire, la création de l’Eco, la nouvelle monnaie de la CEDEAO dont l’avenir de l’UEMOA dépend en partie’’, rappelle la publication.
Elle renchérit : ‘’En 25 ans, l’UEMOA a fait de nombreux progrès (…) mais on sent que les choses semblent se tasser’’.
D’autres journaux ont opté pour des faits de société à l’image du Témoin qui s’interroge sur la saisie devenue récurrente de cocaïne au Sénégal et se demande si la capitale sénégalaise ne serait pas un hub pour la réexportation de cette drogue, à la lumière de la saisie de plus d’une tonne en quelques semaines.
La célébration du grand magal de Touba, maniestation religieuse commémorant le départ en exil du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927) n’est pas en reste dans les quotidiens.
Vox Populi revient sur les repas et autres mets donnés gratuitement à différents points et quartiers de Dakar par des disciples mourides dans le cadre des préparatifs de cet évènement, alors que L’AS quotidien insiste sur les difficultés de transport des pèlerins en partance pour la cité religieuse de Touba.
’’A 72 heures du grand magal de Touba, les fidèles mourides rallient la ville sainte. Certains y vont à bord de leurs propres voitures tandis que d’autres ont obligés d’emprunter les transports en commun. Devant la ruée des voyageurs, les chauffeurs ont fait grimper les prix du transport qui varient entre 3000 et 12000 francs’’, écrit le journal.

DakarXibar avec Xibaaru

La presse du samedi revient en détails sur les conclusions de la commission d’enquête parlementaire relative à l’affaire dite des ‘’94 milliards de francs Cfa’’, tout en n’occultant pas la rencontre annoncée entre le président Macky Sall et son prédécesseur, Abdoulaye Wade, au Palais de la République.
‘’La commission fusille Sonko’’, affiche à sa Une, Le Quotidien. Le journal, reprenant un des aspects des conclusions du rapport de la commission d’enquête parlementaire, souligne que les ‘’griefs d’Ousmane Sonko envers Mamour Diallo relèvent de l’acharnement politique et médiatique’’.
‘’La commission d’enquête parlementaire propose des sanctions pénales contre Sonko pour refus de comparution’’, indique la publication en citant le rapport.
La commission d’enquête parlementaire a présenté vendredi son rapport aux députés sur cette affaire portant sur un dossier d’indemnisation foncière relatif à un vieux contentieux au sujet d’un terrain appartenant à des familles de la communauté ‘’léboue’’ expropriées par l’Etat pour cause d’utilité publique.
L’ancien inspecteur des Impôts devenu député après sa radiation de la fonction publique accuse dans cette affaire de hauts fonctionnaires, dont l’ancien directeur des Domaines Mamour Diallo, d’avoir détourné de l’argent.
Le député et ancien candidat à la présidentielle de février 2019 accuse l’ancien directeur des domaines Mamour Diallo d’avoir détourné 94 milliards de francs CFA lorsqu’il gérait un dossier lié à un titre foncier, relatif à un vieux contentieux au sujet d’un terrain appartenant à des familles de la communauté léboue expropriées par l’Etat pour cause d’utilité publique.
Ousmane Sonko, qui avait porté plainte le 4 mai 2018 pour détournement présumé de fonds publics, avait refusé de répondre à la convocation de la commission d’enquête parlementaire mise en place à ce sujet le 19 avril dernier, parlant de ’’diversion’’.
‘’Mamour Diallo blanchi, Sonko vilipendé’’, résume ainsi L’AS en soulignant que la ‘’première conclusion que la commission d’enquête parlementaire a retenue à l’issue de ses travaux, c’est qu’il y a une absence de détournement de deniers publics et une inexistence d’un quelconque comportement répréhensible de Mamour Diallo.
Traitant le même sujet, Vox Populi n’hésite pas à évoquer un ‘’réquisitoire de feu des juges de l’Assemblée nationale contre Sonko’’. Pour le journal, la commission d’enquête parlementaire conclut à l’absence de détournement de deniers et s’acharne sur le leader de PASTEF.
Pendant ce temps, d’autres publications du week-end mettent en relief l’audience annoncée du président Sall avec son prédécesseur, Aboulaye Wade au Palais de la République ce samedi. Première rencontre officielle entre les deux hommes depuis qu’ils se sont donnés publiquement la main lors de l’inauguration de la mosquée Massalikoul Djinane.
‘’L’audience de tous les possibles !’’, s’exclame par exemple Sud Quotidien en faisant remarquer que sept années après avoir perdu le fauteuil présidentiel, le Pape du Sopi va retrouver les couloirs du Palais pour rencontrer son successeur et ancien Premier ministre.
Il s’agit surtout pour les deux hommes de conserver l’élan de retrouvailles entre le chef du parti au pouvoir et celui du premier parti de l’opposition. Reste à savoir quel sera l’ordre du jour de cet acte de décrispation de la scène politique, s’interroge le journal du groupe Sud Communication.
Cette interrogation trouve un début de réponse à l’Observateur. Le journal croît notamment savoir que Karim Wade, la stabilité du pays et les termes d’un nouvel accord, seront au menu des échanges entre les deux hommes.
A ce propos, Walf Quotidien évoque un ‘’deal presque parfait’’ en illustrant également sa d’une photo des deux hommes se serrant la main lors de l’inauguration de la mosquée Massalikoul Djinane, à Dakar.
Pour la publication, les deux acteurs politiques ont décidé de concrétiser aujourd’hui, au Palais de la République, leur poignée de main du 27 septembre dernier et faire table rase du passé en effaçant leur très lourd passif.
La photo de Macky Sall est également affichée à la Une du Soleil, cette fois en compagnie du khalife général des mourides, Serigne Mountakha Bachir Mbacké.
Une maière pour le journal de rentre compte de la visite du chef de l’Etat la veille à Touba qui s’apprête à célébrer le grand magal, manifestation religieuse commémorant le retour d’exil du fondateur de la confrérie, Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1827).
‘’Vous m’avez toujours témoigné respect et considération, je prise pour que vos succès soient plus éclatants’’, des propos du khalife général des mourides adressés au chef de l’Etat et repris par Le Soleil.

DakarXibar avec Xibaaru

Sur le plateau de Kinkélibaa de la RTS, Sarah Louyah commence la revue de presse de vendredi 11 octobre 2019 par la sortie du Pr Iba Der Thiam qui met les points sur les « i » en ce qui concerne l’histoire Générale du Sénégal (HGS). Il y a aussi l’affaire des 94 milliards avec la commission d’enquête parlementaire de l’Assemblée nationale qui livre ses conclusions.

DakarXibar avec Xibaaru

Sur le plateau de Kinkélibaa de la RTS, Sarah Louyah commence la revue de presse de jeudi 10 octobre 2019 par Macky et le Sénégal célébrés au Cap. Il y a aussi la sortie du Pr Iba Der Thiam sur l’histoire Générale du Sénégal (HGS) et le DG des Impôts qui bride ses agents.

DakarXibar avec Xibaaru

La presse du mercredi revient à l’unanimité sur les problèmes rencontrés par un appareil de la compagnie Ethiopian Airlines à son décollage à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass, un des sujets les plus en exergue dans la livraison du jour des journaux.

’’Crash évité de justesse à Diass’’, relève par exemple Le Témoin Quotidien à sa une au sujet de cet incident ayant obligé l’appareil de la compagnie éthiopienne à un atterrissage d’urgence.

’’Le pire évité de justesse à Blaise Diagne’’, indique le journal, selon lequel un des réacteurs de l’appareil en question, un Boeing, était ’’en feu’’ au moment de l’envol de l’avion.

’’90 passagers d’Ethiopian échappent à la mort’’, affiche de son côté Vox Populi. ’’Le moteur droit du Boeing 767-300 a pris feu au décollage, l’avion atterrit en catastrophe à l’AIBD’’, ajoute le journal.

’’Panique à l’AIBD’’, lit-on en première page du quotidien Enquête, qui signale que les passagers de ce vol devaient rejoindre Addis-Abeba via Bamako. Ils sont tous ’’sains et saufs’’, assure Enquête.

Et ce journal de relever qu’après le crash le plus meurtrier de son histoire’’, en mars dernier, ’’Ethiopian Airlines frôle de justesse une seconde catastrophe aérienne à l’aéroport de Diass’’.

Le journal Le Quotoidien revient également sur ce sujet, mais consacre sa une à l’annulation de la nomination de Amadou Lamine Dieng à la direction générale de l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (IPRES).

’’Un DG intérimaire sera désigné aujourd’hui’’, mercredi, croit savoir le journal. ’’Le conseil d’administration reprend la main’’, titre-t-il, en référence au fait que M. Dieng a été nommé par décret présidentiel et non par les administrateurs, une procédure contestée par les syndicalistes.

’’Le conseil d’administration de l’IPRES se réunit aujourd’hui pour désigner un DG intérimaire qui ne sera pas Amadou Lamine Dieng, avant de lancer un appel à candidatures pour trouver le profil de celui qui va être définitivement choisi pour remplacer Mamadou Sy Mbengue. Une manière d’éviter à Macky Sall un retentissant camouflet’’, écrit ce journal.

’’La CA reprend la main’’, souligne également L’As. ’’Le chef de l’Etat a lâché du lest dans son bras de fer avec les centrales syndicales autour de la nomination (du DG de l’IPRES). De concert avec les représentants des administrateurs, Macky sall a accepté le lancement d’une nouvelle procédure de recrutement du nouveau directeur général’’, écrit ce journal.

Tribune, Le Quotidien et d’autres journaux rapportent que le Bâtonnier de l’Ordre national des avocats a opposé son veto à la conférence de presse que les avocats du député Ousmane Sonko devaient tenir hier mardi, sur notament l’affaire dite des 94 milliards de francs CFA, relative à un dossier d’indemnisation financière.

Une commission d’enquête parlementaire a été mise en place sur cette affaire de détournement dans laquelle le député a cité de hauts fonctionnaires, dont l’ancien directeur des Domaines Mamour Diallo.

’’Alors qu’ils étaient sur le point, hier, de faire face à la presse, les avocats d’Ousmane Sonko ont été stoppés net par le bâtonnier de l’Ordre des avocats, Pape Leyti Ndiaye. Pour ce dernier, la bataille judiciaire, c’est au prétoire et non dans les médias’’, rapporte Enquête.

Selon Vox Populi, à l’appui de sa décision, le bâtonnier ’’invoque les dispositions du règlement intérieur de l’Ordre des avocats’’. Le même journal se fait l’écho de la réponse Me Ousseynou Fall, un des avocats de Ousmane Sonko. ’’Je suis peiné, pas indigné, parce que nous appartenons à un Ordre’’, dit-il.

Sur un tout autre sujet, des journaux estiment que l’ancien président sénégalais de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) Lamine Diack, mis en examen dans une affaire de corruption, a lâché son fils Massata Diack, cité dans le même dossier.

’’J’aurais dû suveiller mon fils’’, a-t-il dit dans des déclarations rapportées par Walfquotidien à sa une. Des propos repris également L’Observateur, qui parle d’’’aveux’’.

Le Soleil annonce que l’Etat ’’va mettre de l’ordre dans la presse en ligne’’, faisant état de 300 sites recensés dans un contexte marqué par l’absence de cadre juridique et la multiplication des fausses informations (fake news).

DakarXibar avec Xibaaru

Sur le plateau de Kinkélibaa de la RTS, Sarah Louyah commence la revue de presse de mercredi 09 octobre 2019 par l’Etat qui va mettre de l’ordre dans la presse en ligne. Il y a aussi l’annulation de la nomination du DG de l’Ipres, l’affaire Lamine Diack et les 94 milliards avec Sonko…

DakarXibar avec Xibaaru

Sur le plateau de Kinkélibaa de la RTS, Sarah Louyah commence la revue de presse de mardi 08 octobre 2019 par l’inquiétante avancée de la mer au Sénégal. Il y a d’abord Babacar Gaye de l’Alliance Suqqali Sopi qui revient sur la crise au PDS et ensuite les réformes du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

DakarXibar avec Xibaaru

Sur le plateau de Kinkélibaa de la RTS, Sarah Louyah commence la revue de presse de lundi 07 octobre 2019 par la profession d’enseignant qui ne fait plus rêver et l’absence des universités du Sénégal dans le classement mondial et africain. Il y a aussi le retour de la politique avec le président Macky Sall qui se défoule sur l’opposition.

DakarXibar avec Xibaaru