Suivez-nous

Sports

Ter Stegen envoie le Barca en finale !

Publié

sur



Le FC Barcelone, qui restait sur huit matches sans défaite se déplaçait sur la pelouse de la Real Sociedad pour la demi-finale de la Supercoupe d’Espagne. Un Barca qui devait faire sans Lionel Messi, incertain avant la rencontre en raisons de douleurs musculaires et qui avait préféré ne pas prendre de risque pour garder une chance de disputer une hypothétique finale. Antoine Griezmann, Ousmane Dembélé et Martin Braithwaite composaient la ligne d’attaque des Blaugranas. De son côté, Imanol Alguacil mettait en place son traditionnel 4-3-3 emmené par le trio offensif Oyarzabal-Portu-Isak. L’entraîneur espagnol espérait retrouver son football dans une période où son équipe n’a gagné qu’un seul de ses 11 derniers matches.

La suite après cette publicité

À domicile, les coéquipiers de Robin Le Normand entamaient bien la rencontre. Avec un pressing cohérent emmené par Merino, ils arrivaient à bien gêner les relances de Busquets notamment. Dans le premier quart d’heure, les occasions étaient du côté de la Real Sociedad. Portu ne passait pas loin d’inquiéter Ter Stegen après une perte de balle de Griezmann (10e) tout comme Le Normand sur corner quelques minutes plus tard (12e). Isak très en jambe sur le front de l’attaque ne parvenait pas lui aussi à battre le portier allemand en face-à-face (16e). Il aura fallu attendre la demi-heure de jeu pour voir les Barcelonais enfin se montrer. Les quelques différences étaient faites par Ousmane Dembélé, très actif, qui a beaucoup tenté, mais qui a aussi eu beaucoup de déchet dans son jeu. À la 35eme minute de jeu, le Français avait déjà perdu 14 ballons. Mais finalement, c’est un autre Champion du monde qui s’est montré décisif. Après un bon mouvement, Griezmann servait parfaitement Frenkie De Jong, qui plaçait une jolie tête (0-1, 38e).

Dembélé a beaucoup tenté

Pas abattue après l’ouverture du score, la Real Sociedad revenait en seconde mi-temps avec l’envie de vite revenir dans le match. Et la main de De Jong qui offrait un penalty et donc un but à Oyarzabal a bien aidé (1-1, 47e). Le Néerlandais ne passait pas loin, dans la foulée, de se rattraper après une feinte de frappe sublime qui lui ouvrait le but de Remiro. Mais l’ancien de l’Ajax était repris de justesse par l’excellent retour de Gorosabel. L’un des duels du match se déroulait sans doute sur le couloir gauche. Nacho Monreal contenait toujours les offensives de Dembélé en essayant même de prendre le meilleur en attaque sur Mingueza. L’ancien attaquant de Dortmund touchait toujours énormément de ballon en essayant de provoquer son adversaire du soir (14 dribbles tentés, quatre fois plus que le deuxième meilleur dribbleur de l’équipe Pedri).

Mais côté Barcelone, il n’y avait quasiment rien à se mettre sous la dent. Marqués physiquement, les hommes de Ronald Koeman étaient moins précis dans les passes, moins tranchants. Les deux équipes baissaient peu à peu en intensité et ne parvenaient pas à prendre l’ascendant. Il fallait bien des prolongations pour les départager. Si le nouvel entrant Zaldua se voyait déjà donner l’avantage aux siens (93e) d’une frappe surpuissante, Ter Stegen ne l’entendait pas de cette oreille. Un autre entrant, Januzaj, se créait aussi quelques occasions en prenant plusieurs fois de vitesse Lenglet. Mais aussi et surtout en déposant une merveille de coup franc repoussé par le gardien allemand sur le poteau (117e). Le match finissait inévitablement aux tirs au but. Mais Ter Stegen, encore lui, toujours lui, était impassible ce mercredi. Il repoussait les deux des trois tentatives des joueurs basques (la troisième terminait sur le poteau.) et permettait à Riqui Puig d’offrir la victoire aux Blaugranas (3-2). Griezmann aurait pu donner la victoire à son équipe dans cette séance, mais son penalty ne trouvait pas le cadre. Pas de conséquence pour lui puisque le Barca file en finale de la Supercoupe d’Espagne et connaitra son adversaire ce jeudi après l’autre demi entre le Real Madrid et l’Athletic Bilbao.



via Foot Mercato

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

rupture du tendon d ‘Achille pour Otavio !

Publié

sur



Très mauvaise nouvelle pour les Girondins de Bordeaux. Titulaire indiscutable sous les ordres de Jean-Louis Gasset, Otavio (26 ans) ne rejouera pas de sitôt. Sa saison risque d’ailleurs d’être d’ores et déjà terminée. Le club girondin vient en effet d’annoncer que son milieu de terrain s’était gravement blessé à l’entraînement ce mercredi matin.

La suite après cette publicité

« Lors de l’entraînement de ce jour, Otavio s’est fait une rupture du tendon d’Achille gauche. Cette blessure nécessite un avis chirurgical rapide. Le Club lui souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve », indique le communiqué.





via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

l’hallucinante soirée de l’AS Roma

Publié

sur



C’est une fin de match surréaliste qui s’est déroulée hier soir à l’Olimpico à Rome. Opposée à La Spezia en huitième de finale de la Coupe d’Italie, l’AS Roma s’est loupée dans les grandes largeurs et à tous les niveaux. Revenons d’abord sur la rencontre, très mal entamée avec deux buts concédés dès le premier quart d’heure face au promu en Serie A (actuellement 13e du classement). Le club de la Louve a fait preuve de caractère en recollant au score, arrachant donc des prolongations. Et c’est là que tout a basculé dans l’irrationnel.

La suite après cette publicité

Dès la 2e minute des prolongations, la Roma se fait expulser deux joueurs coup sur coup. Son défenseur Mancini puis son gardien Pau Lopez. L’entraîneur Paulo Fonseca fait donc deux changements : Ibañez remplace Pedro et Fuzato, le deuxième gardien, remplace Cristante pour prendre place dans le but. Problème, avant ce double changement, Fonseca en avait déjà effectué 4. Ce qui portait le total à 6, soit un de plus que le total autorisé (5). Sur le moment, seul le milieu de terrain Pellegrini semble s’apercevoir de l’erreur du staff et vient en parler à son entraîneur, qui lui assure qu’il n’y a pas de problème.

Une erreur grave

Pourtant, il y en a bien un. Visiblement, la Roma a mal interprété l’évolution de la règle concernant les changements. En cas de prolongation, il est possible d’avoir une fenêtre de changement supplémentaire (4) mais pas un changement supplémentaire (toujours 5 maximum). Les clubs peuvent faire 5 changements en 3 fois sur 90 minutes, ou 5 changements en 4 fois, en cas de prolongation. Fonseca a donc lui fait 6 changements, en 4 fois. Résultat, la Roma perdra quoi qu’il arrive ce match sur tapis vert. Un match qu’il a de toute façon perdu sur le terrain puisque La Spezia l’a emporté 4-2, profitant sans mal de sa supériorité numérique.

Pour le club de la Louve, l’impact de cette rencontre est désastreux et provoque la colère des tifosi, qui parlent de honte et de déshonneur suite au triste spectacle proposé. Elle pourrait aussi avoir des conséquences sur l’avenir de Paulo Fonseca, l’entraîneur portugais sur le banc depuis 2019. En effet, tout cela intervient au cœur d’une mauvaise passe, puisque la Roma a enchaîné un nul face à l’Inter à domicile, une défaite embarrassante dans le derby face à la Lazio (0-3) et ce couac ridicule face à la Spezia. Selon l’ensemble de la presse italienne ce mercredi, Paulo Fonseca est clairement menacé, avec des entraîneurs tels que Maurizio Sarri, Luciano Spalletti et Massimiliano Allegri tapis dans l’ombre…



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

Frédéric Thiriez se prononce sur le cas Karim Benzema

Publié

sur



Candidat à la prochaine élection de la FFF qui aura lieu le 13 mars prochain, Frédéric Thiriez explique aujourd’hui dans une interview exclusive au Parisien, son programme pour sortir le football français de la crise. L’ancien président de la LFP revient également sur un sujet épineux au sein de la Fédération Française de Football, qui est récemment revenu dans l’actualité : le cas Karim Benzema.

La suite après cette publicité

Dernièrement, c’est un autre candidat à la FFF, Michel Moulin, qui donné son avis sur le sujet, en expliquant que le sélectionneur Didier Deschamps n’avait aucune raison de ne pas le sélectionner. Frédéric Thiriez n’est lui, pas du tout de cet avis.  «Je suis tombé de ma chaise quand j’ai lu cette déclaration. C’est très méprisant pour le sélectionneur. Si je suis président, jamais, mais jamais, je n’interviendrai dans les choix du sélectionneur. Je lui fais une confiance absolue», a t-il déclaré au Parisien.



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Suggestion