Suivez-nous

Sports

Qualification historique de Teungueth FC: « Une organisation sans faille a fait la différence » selon le président

Publié

sur


Le championnat local sénégalais a fait un pas de plus dans son histoire grâce au club Rufisquois qui a réussi à se qualifier dans la phase de groupe de la ligue africaine des champions. Teungueth FC a éliminé le RAJA de Casablanca hier lors de la séance des tirs au but, au Maroc.

Pour une première participation en compétitions africaine, TFC a réussi l’exploit de se qualifier en phase de poule. Une étape que le Sénégal avait connu en 2004 avec la Jeanne d’Arc. Depuis, une longue traversée du désert jusqu’au 5 janvier 2021. Si les supporters parlaient de niveau faible du championnat, les clubs expliquaient leurs contre-performances par un manque de moyens.

En effet, les compétitions africaines coutent chères. Et cela est encore plus difficile pour les clubs sénégalais qui se déplacent dans le Nord. Compte tenu de toutes ces expériences notamment avec le Jaraaf et la Génération Foot, Teungueth FC a pris les devants et s’est préparé en conséquence. De l’hôtel à la nourriture de la délégation, tout a été géré par le club, qui rappelle t’on est parti au Maroc 4 jours avant la rencontre.

Pour avoir une petite idée du climat marocain, révèle Babacar Ndiaye qui est à la tête de ce club depuis, la délégation rufisquoise s’est donnée les moyens. « Nous sommes venus nous acclimater en cette période de froid, avec de bonnes conditions de travail et une organisation sans faille technique, sportive et médicale » explique t’il. « Il y’avait tout un travail psychologique aussi. Et on s’était préparé. Ne pas répondre aux provocations. Louer notre propre bus car on s’attendait à un bus pourri. Les motards qui se perdaient… Mais on avait des guides sénégalais Mamadou Djiba et Demba Diallo. Ils ont été vraiment supers. En gros, nous avons anticipé sur plusieurs choses » déclare t’il au micro de wiwsport.com

Le secret de cette qualification serait donc la bonne organisation « on s’est même préparé pour les chaussures », révèle le président qui informe avoir dépensé 90 millions de FCFA pour les deux tours.  « La logistique a fait la différence », ajoute-il.

C’est un nouveau chapitre pour Teungueth FC qui fêtera ses 10 ans en juin prochain. Désormais, « l’objectif premier est le championnat », affirme Mr Ndiaye. La nouvelle saison a démarré au Sénégal depuis le 2 janvier passé. Rappelons que lors de la précédente édition arrétee à la fin de la phase aller, TFC invincible, dominait le classement.  « Nous avons un match dimanche contre CNEPS. Nous voulons récupérer nos blessés, rendre l’équipe plus compétitive. On a fait un beau parcours malgré notre manque de compétition depuis 9 mois. Merci à tous nos partenaires supporters. Mais surtout, merci aux joueurs, au coach Youssou Dabo et son staff, les dirigeants, ceux qui sont venus et ceux qui ne sont pas venus. »

 

wiwsport.com





via WiwSport

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Andy Delort reste montpelliérains à 100%

Publié

sur


Andy Delort s’est prononcé sur son avenir et a annoncé qu’il devrait rester à Montpellier au moins jusqu’à la fin de la saison.

Avec 8 buts en 17 matchs, l’attaquant algérien est un élément fort de la formation montpelliéraine. Arrivé en 2018 de Toulouse, Andy Delort a relancé sa carrière à Montpellier après des années faites de hauts et de bas. Performant, il est désireux de rester dans cette formation encore longtemps. D’ailleurs, il a témoigné sa fidélité au club.

Sous contrat jusqu’en 2024 avec Montpellier, Andy Delort serait courtisé par plusieurs équipes dont l’OM. Mais ce dimanche, l’international algérien a annoncé qu’il devrait rester dans son club au moins jusqu’à la fin de la saison. « Mon avenir ? Ce qui se dit me flatte. J’adore Montpellier, mais dans le foot, on ne peut jamais savoir ce qui va se passer. Est-ce que je serai à Montpellier jusqu’à la fin de la saison ? Oui. Après comme je l’ai dit, je ne peux pas le confirmer à 100%, » a déclaré Delort dans un entretien à Téléfoot.



via Africa Top Sports

Continuer La Lecture

Sports

le coup de gueule de Jessy Moulin sur l’arbitrage

Publié

sur



A la recherche d’une victoire depuis le 16 décembre 2020, l’AS Saint-Etienne voulait se reprendre ce dimanche lors de son déplacement à Strasbourg (20e journée de Ligue 1). Mais les Verts sont repartis du Stade de la Meinau avec une défaite (0-1). Un revers qui passe mal pour Jessy Moulin, qui a fustigé l’arbitrage après la partie concernant l’action du but strasbourgeois.

La suite après cette publicité

«L’arbitre, on ne peut pas lui parler de toute façon… Sur l’action qui mène au but, il y a faute quand on revoit les images, je suis en train de sauter ! Après, il me dit que son jugement n’est pas le même que le mien. On doit être costaud. C’est dommage, on voulait prendre quelque chose ici. On a fait un super match, tout le monde a fait un très bon match. On repart encore une fois déçu, a lâché le portier de 35 ans», comme le relaye L’Equipe. Pour rappel, avec cette défaite, l’ASSE est seizième de Ligue 1.



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

Padel : Tennis Padel sans Frontières veut aider les jeunes au Sénégal

Publié

sur


Le padel reste encore un sport très largement méconnu sur le continent africain et particulièrement au Sénégal où le football et la lutte sont rois. Mais cela pourrait prochainement changer grâce aux initiatives de l’association “Tennis Padel sans frontières“, qui œuvre pour le développement du sport auprès des jeunes. Padel Magazine a pu s’entretenir avec Philippe Apack, qui porte ce projet avec enthousiasme.

J’ai découvert le padel au Sénégal

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre histoire avec le padel ?

Je suis Franco-Sénégalais et cela fait plus de 25 ans que je transite entre les deux pays. J’ai habité sur place plus d’une quinzaine d’années et connais parfaitement les mœurs et coutumes locales.”

Joueur occasionnel de tennis à la base, j’ai découvert le padel au Sénégal, plus précisément au club de Saly (station balnéaire située à 70 kms au Sud de Dakar), le premier du pays à ouvrir ses portes il y a six ans. J’ai tout de suite accroché et je ne suis pas le seul, preuve en sont les trois autres clubs qui ont ouvert dans la foulée et qui rencontrent un franc succès auprès de la population expatriée.”

Philippe Apack tennis padel sans frontieres senegal

95% des joueurs de padel sont expatriés

Qu’est-ce qui vous a poussé à mettre en place l’association ? Quelles sont vos ambitions  ?

Cet hiver, lors d’un séjour de plusieurs mois à Aix en Provence, je me suis inscrit au club municipal de padel de l’Aix Université Club où j’ai fait la connaissance de deux professeurs de tennis, Mathias et Thibault, qui sont également créateurs de l’association Tennis sans frontières. Ils ont notamment organisé des actions caritatives en Amérique du sud et au Sénégal. Nous étions sur la même longueur d’onde et partagions une vision du sport qui serait accessible à tous et pour tous.”

Au Sénégal par exemple, 95% des joueurs de padel sont expatriés, la population locale n’ayant pas les moyens financiers de pouvoir s’offrir des abonnements et du matériel adapté à la pratique. Cela semble terriblement injuste, et j’ai donc mûri le projet d’une structure adaptée dans laquelle je pourrais m’investir et qui changerait la donne. De là est partie la mise en place de Tennis Padel sans Frontières.

Notre ambition est bien sûr de créer une académie qui servira tout d’abord la jeunesse africaine, et si notre projet plaît au plus grand nombre, il y a aussi du padel au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Maroc, en Tunisie et en Egypte, où Tennis Padel sans frontières pourrait intervenir.

Vulgariser la pratique du Padel en Afrique

Quels sont vos objectifs pour 2021 ?

Notre but est de vulgariser la pratique du Padel en Afrique et plus précisément au Sénégal dans un premier temps, en permettant à des jeunes sportifs en herbe mais en manque de moyens de pouvoir avoir accéder aux clubs (tous privés) et à du matériel divers.

Notre programme est simple. Trouver des financements et des bailleurs de fond qui pourraient nous soutenir, et permettre à un maximum d’enfants sénégalais démunis d’avoir accès aux cours, aux entraînements, avec du matériel adéquat : raquettes, chaussures, vêtements etc…

Pour ce faire, j’ai approché le club de N’gaparou et son propriétaire, Pascal. Enchanté par l’idée et à 100% de notre côté, il est le premier à avoir permis à deux jeunes locaux de s’entraîner gratuitement chez lui. Ils font maintenant des étincelles lors des tournois nationaux et sont un exemple de réussite à suivre pour la jeunesse. Le padel reste encore un sport totalement anecdotique dans le paysage sportif Sénégalais. Les autres clubs suivront s’ils en montrent l’envie.

Nous n’oublierons pas les filles, trop souvent cantonnées dès leur jeune âge aux tâches ménagères et familiales. C’est un problème culturel et religieux et nous allons essayer de trouver des solutions pour faire comprendre aux familles l’utilité de laisser les filles faire du sport. Ça prendra un peu de temps mais nous ne manquons pas de patience ni d’énergie.

Nous allons avoir une année 2021 pleine de projets et de beaux moments de partage. Selon les moyens que l’association aura, nous espérons qu’une trentaine de jeunes au moins pourront commencer à s’initier au padel. On peut toujours se prendre à rêver n’est ce pas !?

terrain padel Ngaparou senegal

Avec le padel nous espérons leur donner un espoir en l’avenir

 À l’heure actuelle, combien y’a t’il de clubs de padel au Sénégal ? Comment cela se traduit-il en termes de pratiquants ?

Il y a trois clubs tous privés dans la zone de Saly, plus un à Dakar :

  • Padel N’gaparou
  • Padel Saly
  • La Palmeraie sporting club (NDLR: Club vainqueur de la première édition de la Coupe Intercontinentale de Padel en 2019)
  • L’olympique sport (Dakar)”

Pour l’instant le nombre de pratiquants tous clubs confondus ne doit pas excéder les deux cent membres, ce nombre devrait exploser quand les Sénégalais auront accès aux cours. Leur motivation, conjuguée à leurs capacités physiques étonnantes, devrait donner de beaux spectacles dans les compétitions internationales d’ici les prochaines années.

Par contre, nos poulains auront une obligation à respecter. Tant que durera leur accord avec notre association, ils devront rester à l’école et tout faire pour avoir une bonne moyenne et penser pourquoi pas à faire des études supérieures. Ici, les jeunes se déscolarisent très tôt par manque de perspectives ou de moyens. Avec le padel nous espérons leur donner un espoir en l’avenir, leur faire pratiquer une activité saine et ludique tout en leur faisant comprendre l’importance d’étudier. À ce sujet, là aussi nous essaierons de les appuyer avec les moyens nécessaires. Vive le padel, vive le Sénégal, vive Tennis Padel sans frontières.

 

Avec PadelMagazine



via WiwSport

Continuer La Lecture

Suggestion