Suivez-nous

Sports

PRIMES – En cas de victoire finale en Ligue des Champions : Gana Guèye va empocher 655 millions Cfa

Publié

sur

Gana Guèye et ses coéquipiers du Psg toucheront chacun une prime cumulée d’un million d’euros (655 millions Cfa) en cas de succès en finale de la Ligue des Champions, dimanche prochain contre le Bayern de Munich.

C’est une saison inoubliable que vit présentement Gana Guèye. Déjà vainqueur de trois trophées avec le Psg cette saison en France, l’international sénégalais, qui vient de se qualifier pour la première fois de sa carrière en finale de la Ligue des Champions, peut aussi se frotter les mains sur le plan financier.
En effet, mis à part les primes de victoires sur le chemin menant à la finale de Lisbonne, dimanche prochain, l’ancien de Diambars peut s’attendre à une grosse prime en cas de victoire finale.
Selon lequipe.fr, si les champions de France remportent la Ligue des Champions, ils percevront chacun une prime d’un million d’euros (soit 655 millions Cfa). Une prime qui se découpe de la manière suivante : 500 000 euros pour la victoire en C1, 400 000 euros pour celle en Championnat et 50 000 euros pour chaque Coupe nationale, comme le prévoient les barèmes qui avaient déjà été négociés, par le passé, et que la direction du club de la capitale n’a pas souhaité faire évoluer, informe le quotidien sportif. Qui précise qu’il s’agit là d’un héritage de… Zlatan Ibrahimovic. L’embléma­tique attaquant suédois avait en effet négocié ces montants avec Nasser al-Khelaïfi lors de la saison 2013-2014.
A l’époque, le président parisien, tellement obsédé par l’idée de remporter la C1, s’était rangé derrière les arguments de Zlatan Ibrahimovic. Quand bien même ce montant inclut les victoires dans les autres compétitions, il représente un chèque conséquent.
C’est également ce qu’avaient touché les joueurs du Real Madrid pour leur victoire en C1, en 2018. Par comparaison, les Bleus champions du monde en 2018 avaient perçu une prime de 400 000 euros.

Une prime de victoire de 12 milliards Cfa pour le Psg
Quid de l’équipe vainqueur du trophée ? Outre entrer dans l’histoire de la plus prestigieuse des Coupes d’Europe, le grand gagnant touche la somme de 15 millions d’euros pour sa qualification pour la finale et 4 millions d’euros supplémentaires pour sa victoire, soit un total de 19 millions d’euros (soit plus de 12 milliards Cfa).
Ce montant s’ajoute aux différentes primes versées tout au long du parcours. Chaque équipe qui participe à la phase de groupes perçoit d’entrée 15,25 millions d’euros. Et les résultats lors des six matchs de cette phase de groupes peuvent faire grimper cette somme puisqu’une victoire rapporte 2,7 millions d’euros et un match nul 900 000 euros.
Des dotations sont ensuite attribuées à chaque stade de la compétition. Se qualifier en 8e de finale rapporte 9,5 millions d’euros, atteindre les quarts de finales garantit 10,5 millions d’euros supplémentaires et se hisser en demi-finales 12 millions d’euros.
Avec l’ensemble de ces primes, le vainqueur de la Ligue des Champions peut ainsi espérer toucher un total de 82,45 millions d’euros en revenus sportifs en cas de parcours parfait : 15,25 millions d’euros pour sa participation en phases de groupes, auxquelles s’ajoutent 16,2 millions d’euros s’il gagne ses six matchs, et 51 millions d’euros en enchaînant les qualifications jusqu’au sacre.
(avec lequipe.fr)

via LeQuotidien

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Galtier ne s’en fait pas

Publié

sur



Présent en conférence de presse ce vendredi midi, Christophe Galtier a fait un petit point sur le mercato du LOSC. Et visiblement, le technicien lillois n’est pas au fait des dernières avancées de ses dirigeants dans ce domaine, à l’image de sa réponse concernant le jeune Turc Mustafa Kapi (18 ans), arrivé chez les Dogues il y a un peu moins d’une semaine. «Je ne le connais pas, il n’est pas encore avec nous. Je ne peux vraiment pas en parler», a-t-il lancé avant de poursuivre sur ce thème.

«Mon président a cette capacité à nous laisser dans la compétition. Je suis focalisé sur la préparation des matches. À mes yeux, le 5 octobre, c’est loin. J’ai encore trois matches à préparer, après il y aura la coupure internationale avec la clôture du mercato. D’ici là, je dois obtenir les meilleurs résultats possible et mettre en place notre jeu. Je suis sur que Luis (Campos) et le président travaillent sur des sorties qui seront compensées par des arrivées. Mais c’est bien que je ne sois pas tenu au courant, comme ça, ma tête est à la compétition et cela n’interfère pas dans mes choix», a-t-il expliqué. C’est dit.



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

une disette offensive qui inquiète !

Publié

sur



La suite après cette publicité

L’OL était d’attaque. Vendredi soir, les Gones voulaient s’imposer face à Nîmes, quelques jours après avoir perdu face à Montpellier (2-1). Mais comme souvent ces dernières semaines, les Lyonnais ont pêché une nouvelle fois dans la finition. Pourtant, ils ont eu quelques occasions avec Maxwel Cornet et surtout Moussa Dembélé, qui était proche de marquer de la tête (10e). Si Rudi Garcia change de joueurs devant, puisque Memphis et Dembélé étaient titulaires alors que Kadewere et Toko-Ekambi avaient débuté le match précédent, les Gones traversent une période de disette offensive.

Des attaquants qui ne trouvent pas le chemin des filets

Pourtant tout avait plutôt bien commencé avec 4 buts inscrits face à Dijon lors de son premier match (4-1). Il faut toutefois rappeler que Memphis, impliqué sur tous les buts, avait transformé un penalty et que Lautoa avait marqué contre son camp. Ensuite, cela s’est gâté. Muets face à Bordeaux (0-0), les Rhodaniens ont ensuite été battus par Montpellier 2 à 1. L’unique but de l’OL a été inscrit sur penalty par Memphis Depay. Vendredi soir, les Rhodaniens ont concédé un nouveau nul face à Nîmes (0-0) à la maison. Un Groupama Stadium où l’OL n’est plus souverain depuis un petit moment.

Opta indique d’ailleurs que « l’OL n’a pas marqué lors de 7 de ses 13 dernières réceptions en Ligue 1, soit autant que lors de ses 95 précédentes ». Pourtant, Lyon a des armes devant. Mais Memphis Depay (4 buts) semble déjà avoir la tête à Barcelone. Moussa Dembélé (0 but) et Karl Toko-Ekambi (0 but) manquent de réussite. Enfin, Tino Kadewere (0 but), découvre la L1. Interrogé après la rencontre, KTE a confié : «on a pas su marquer encore une fois. On produit du jeu mais on n’arrive pas à concrétiser. On a peut être manqué un peu de jus».

Garcia cherche les solutions

Questionné sur les manques offensifs de son équipe, Rudi Garcia a expliqué : «on a ce manque de réalisme. Cela fait trois matchs où on a les occasions dans les dix premières minutes pour ouvrir le score. A Bordeaux, deux fois, à Montpellier, même si on a frappé sur le poteau, et aujourd’hui (hier) deux grosses occasions. Il faut les transformer. On manque de réalisme offensif en ce moment. Contre des équipes qui jouent toutes derrière avec un bloc bas, si on ne marque pas vite, on a le même scénario tout le match. Il faut trouver les solutions. C’est d’abord de notre faute, nous aurions dû trouver les solutions et concrétiser».

Car cela fait 5h15 que l’OL n’a plus marqué dans le jeu. Rudi Garcia en est conscient, son équipe doit vite retrouver la confiance et le chemin des filets. «Oui, il faut évidemment concrétiser nos occasions. Si nous n’avions pas d’occasions, nous pourrions être inquiets. Mais nous les avons. Maintenant, il faut travailler le réalisme offensif (…) Nous avons des attaquants de grande qualité. Cela peut arriver d’être dans une période moins bonne. J’ai toute confiance en eux». A eux d’en être dignes et de répondre présents le dimanche 27 septembre face à Lorient (5ème journée).



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

Grenoble s’impose sans trembler face à Ajaccio, le Paris FC se fait surprendre par Nancy

Publié

sur



Pour le compte de cette 4e journée de Ligue 2, huit rencontres étaient au programme pour ce multiplex. Parmi elles, deux belles affiches étaient à l’oeuvre. Leader au coup d’envoi, le Paris FC accueillait sur sa pelouse une équipe de Nancy en difficulté dans ce début de championnat. Mais les Parisiens ne voyaient pas ce match se dérouler comme ils le souhaitaient. Au terme d’un match terne et sans réelles grosses occasions, il fallait attendre le dernier quart d’heure pour voir la rencontre se débloquer par l’intermédiaire du Martiniquais Mickael Biron, avant que Barka ne vienne doubler la mise dans le temps additionnel (2-0). Avec ce résultat (0-2), les Nancéens s’offrent leur première victoire de la saison après quatre matches. À l’inverse le Paris FC connait lui ce soir sa première défaite dans cet exercice mais reste tout de même second derrière Niort.

La suite après cette publicité

Dans l’autre belle rencontre, Grenoble accueillait les corses de l’AC Ajaccio dans son stade des Alpes. Dès le quart d’heure de jeu, Jessy Benet permettait aux siens de prendre l’avantage dans ce match. Profitant des lacunes défensives des joueurs Corses, les Isérois avaient la main mise sur le ballon et conservaient ce court avantage jusqu’à la 79e minute où l’attaquant sénégalais Kalilou Djitte décidait de mettre à l’abris ses partenaires sur ce bon service de Jordy Gaspar (79e). Avec cette victoire (2-0), les hommes de Philippe Hinschberger prennent la 3e place de ce championnat au coude à coude avec le PFC et Niort.

Les résultats de cette 4e journée de Ligue 2 :

  • Caen 0 – 0 Chambly

  • Chateauroux 0 – 0 Amiens

  • Dunkerque 1 – 0 Valenciennes : Gomis (75e) pour Dunkerque

  • Grenoble Foot 2 – 0 AC Ajaccio : Benet (19e), Djitte (79e) pour Grenoble

  • Le Havre 0 – 1 Niort : Kemen (90e) pour Niort

  • Paris FC 0 – 2 Nancy : Biron (74e), Barka (90+5) pour Nancy

  • Pau 0 – 1 Guingamp : Gomis (55e) pour Guingamp

  • Sochaux 2 – 2 Rodez : Bedia (67e), Weissbeck (84e) ; Boissier (15e, 45+2) pour Rodez



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Suggestion