Suivez-nous

Sports

Parcours et réactions: L’écurie Falaye Baldé broie du noir: Deux victoires, deux défaites !

Publié

sur

Pour le compte du dernier exercice 2019-2020 qui s’est achevé le 31 juillet, certaines écuries tirent la langue. Elles présentent des bilans sportifs catastrophiques.

C’est le cas de l’écurie Falaye Baldé de Pikine, qui n’a enregistré que deux victoires contre deux défaites. Des résultats pas satisfaisants pour une écurie dont le chef de file Ama Baldé compte les saisons blanches, Falaye 2 a déchiré sa licence pour s’exiler aux USA, etc.

Ama Baldé range son Thiaw sa khir
La guigne est en train de poursuivre le fils cadet de l’ancien lutteur Falaye Baldé. Ama Baldé peine, depuis sa fameuse victoire contre Papa Sow en février 2018, à nouer son nguimb. Une situation qui fait que sa carrière en a pris un sacré coup. Depuis, il a rangé son Thiaw Sa Khir. Les deux dernières saisons, il n’a pu descendre dans l’enceinte en concédant des saisons blanches. La dernière en date, c’est le défunt exercice 2019-2020. Même si ce n’est pas de sa faute puisque le promoteur Luc Nicolaï, qui devait organiser son combat contre Modou Lô, a été emprisonné avant d’être gracié par le président de la République, Macky Sall. La guigne le poursuivra puisque la saison a été arrêtée à cause de la maladie à coronavirus. Ama Baldé devra donc patienter encore et encore avant que son combat royal contre Modou Lô soit effectif. Beaucoup de zones d’ombre entourent cette affiche qui n’est pas prête à être organisée. Donc, Ama Baldé est dans l’obligation de ranger son Thiaw Sa Khir en attendant que les nuages se dissipent.

Falaye 2 déchire sa licence
Présenté comme une des valeurs sûres de l’écurie Falaye Baldé, Falaye 2 peinait à montrer sa vraie valeur. Condamné par des saisons blanches à répétition et une blessure au genou qui l’a éloigné des terrains depuis plusieurs années, l’homonyme de Falaye Baldé est plombé par les défaites et un manque criard d’adversaires. C’est ce qui l’a amené à déchirer sa licence pour s’exiler aux USA. Depuis plusieurs années, il se trouve au pays de la liberté où il est train de gagner sa vie et d’y mener une nouvelle reconversion loin, très loin même des soirées chaudes de l’arène. Falaye 2 est loin du pays, mais son cœur bat pour Falaye Baldé.

Malaw Séras aux oubliettes
Un autre cador et non des moindres est laissé en rade par les promoteurs. Malaw Séras est aux oubliettes puisqu’il n’arrive plus à signer un contrat pour descendre dans l’enceinte. Avec des résultats en dents de scie, des combats qui se font de plus en plus rares, Malaw Séras est largué par ses pairs. Un éloignement qui l’a mené en perdition puisqu’il a concédé une nouvelle saison blanche. Pour qu’il retrouve son lustre d’antan, Malaw Séras doit se rebiffer et être beaucoup plus fréquent dans l’enceinte. Une façon d’éviter d’être la passerelle de la nouvelle génération ou bien ranger son nguimb beaucoup plus tôt que prévu.

Aladji Mbaye ne danse plus
Connu pour ses talents de grand danseur, Aladji Mbaye a été contraint à une saison blanche à cause du coronavirus. Le talentueux danseur ne danse plus puisque, depuis son combat sanctionné par une cuisante défaite devant Adama Diouf, il est sur la touche. Il n’a pas pu descendre dans l’enceinte pour se rectifier et offrir aux amateurs des pas de danse endiablés. Aladji Mbaye doit en découdre avec Big Pato ou Boucher, la saison à venir. Sans doute une belle opportunité pour se relancer et de prouver qu’il n’est pas qu’un danseur.

Pokola et Boy Baldé sauvent les meubles
Malgré les résultats catastrophiques de l’écurie Falaye Baldé, deux jeunes espoirs ont su tirer leur épingle du jeu. Le premier est Pokola, qui a pris le meilleur sur Ame Siteu de l’école Bosco Sow, en lui infligeant un cinglant KO. L’autre grande satisfaction n’est autre que Boy Baldé. Celui-ci a douché les ardeurs de Boy Dioum de l’écurie Lébougui. Deux belles satisfactions. L’écurie Falaye Baldé doit compter sur eux pour les saisons à venir. À Pokola et Boy Baldé de confirmer.

Jules Baldé Jr tire sa révérence
L’écurie Falaye Baldé a été marquée par le décès du lutteur Jules Baldé Jr. La grande faucheuse est passée par là, en nous arrachant le talentueux lutteur Jules Baldé Jr à la fleur de l’âge au mois de juillet passé. Après avoir longtemps lutté contre la maladie, il a perdu. Il a tiré sa révérence laissant derrière lui un grand vide. Parti à jamais rejoindre le Seigneur des cieux et de la terre, Falaye Baldé n’oubliera jamais Jules Baldé Jr. Ama, Jules Baldé, Malaw et tous les Pikinois, qui sont orphelins de ce lutteur charismatique, le pleurent toujours.

 

 

source: sunulamb

L’article Parcours et réactions: L’écurie Falaye Baldé broie du noir: Deux victoires, deux défaites ! est apparu en premier sur wiwsport.

via WiwSport

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

l’OM arrache un nul inespéré face à Metz

Publié

sur



L’Olympique de Marseille, encore trop tendre dans les zones de vérité ce soir, se prend les pieds dans le tapis à domicile face au FC Metz (1-1), à l’occasion de la cinquième journée de Ligue 1. Tombés face à l’AS Saint-Étienne (0-2) et incapables de gagner contre Lille (1-1), les troupes d’André Villas-Boas enchaînent une troisième réception sans victoire. Gêné d’entrée par le milieu compact du FC Metz, l’OM lançait ses premières banderilles sur coup de pied arrêté. Dimitri Payet (1ère) puis Florian Thauvin (5e) tentaient de faire peser le danger sur les cages d’Alexandre Oukidja qui devait d’ailleurs s’employer sur le coup franc botté côté droit par le natif d’Orléans (6e). C’est ensuite le Japonais Yuto Nagatomo qui s’engouffrait dans l’espace laissé sur la gauche pour trouver le crâne d’Alvaro Gonzalez dont le coup de casque croisé filait juste à côté du but du portier algérien.

La suite après cette publicité

Marseille insistait ensuite par l’intermédiaire de Dario Benedetto, à la réception d’un centre de Payet (12e). La première occasion nette intervenait quelques instants plus tard, quand Dimitri Payet s’appuyait sur Dario Benedetto pour se frayer un chemin dans la surface messine, avant de décocher une frappe à bout portant fuyant finalement assez largement le cadre (15e). Un tournant, sans aucun doute. La formation de Vincent Hognon manquait d’air et Benedetto reprenait à l’entrée de la surface de réparation un centre d’Hiroki Sakai, mais voyait sa tentative passer juste au-dessus de la transversale (18e). Installés dans le camp adverse, les Phocéens se faisaient alors prendre à revers.

Ibrahima Niane punit la naïveté olympienne, Sanson ressuscite l’OM

Lancé dans le dos d’Alvaro Gonzalez, Ibrahima Niane se présentait devant Steve Mandanda qui réalisait une sortie salvatrice expresse (20e). Une opportunité qui redonnait confiance aux visiteurs, Farid Boulaya voyant notamment Dario Benedetto revenir défendre sur l’un de ses coups de patte (28e). Et qui, surtout, illustrait à merveille le schéma de la rencontre : Metz, replié sur ses bases, profitait de la vivacité de Nguette et de la vélocité de Niane pour se déployer vers l’avant. C’est le premier qui prenait les choses en main avant la pause, en effaçant Morgan Sanson le long de la ligne de sortie de but, puis en centrant fort… C’était sans compter sur la manchette de Mandanda et le tacle décisif de Boubacar Kamara devant Ibrahima Niane (38e).

Le match était jusque-là rythmé (7 tirs à 5 à la pause), mais manquait de justesse technique. Une tendance d’autant plus marquée après le retour des vestiaires. Marseille ronronnait et Metz, à l’image d’une frappe totalement dévissée d’Ibrahima Niane (51e), avait toutes les peines du monde à régler la mire dans la zone de vérité malgré une défense de l’OM loin d’être impériale. Une arrière-garde qui affichait toute sa fébrilité sur un coup de boule d’Ibrahima Niane, parfaitement placé entre Duje Ćaleta-Car et Yūto Nagatomo sur l’ouverture du score (1-0, 71e). Papa Ndiaga Yade s’offrait même une opportunité de faire le break dans les ultimes instants mais Hiroki Sakai se jetait pour l’en empêcher. Tout comme Habib Maïga qui forçait Mandanda à une parade réflexe (90e+2). Un arrêt qui faisait toute la différence pour les locaux, puisque Radonjic déposait dans la foulée un centre en retrait vers Sanson qui, au point de penalty, délivrait une frappe sous la barre d’Oukidja (1-1, 90e+5). Avec ce résultat Marseille est sixième, les Messins dix-septièmes.

Le classement complet de la Ligue 1



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

(Vidéo) Ligue 1: Ibrahima Niane encore buteur, le FC Metz concède le nul face à l’OM

Publié

sur


Le FC Metz a raté de près l’occasion d’enregistrer une deuxième victoire de la saison. Les messins ont finalement fait un match nul face à l’Olympique de Marseille (1-1).

Pour le compte de la 5e journée de la Ligue 1, le FC Metz a donné des sueurs froides aux supporters de l’OM. Titularisé, Ibrahima Niane qui compte désormais 3 buts en 5 matchs a ouvert le score à la 70e minute.

Suffisant pour faire réagir les phocéens qui ont effectué plusieurs changements. Pape Gueye a pris la place de Kamara. Du côté grenat, le buteur et Opa Nguette ont été remplacé. Papa Ndiaga Yade et Habib Diallo ont fait leurs entrées.

Mais le club partenaire de Generation Foot ne tiendra pas bon jusqu’au bout. Le FC Metz va encore regretter d’encaisser un but lors des arrêts de jeu. L’égalisation est arrivée à la 95’ avec Sanson, du déjà vu face au PSG!

wiwsport.com





via WiwSport

Continuer La Lecture

Sports

‪Vidéo – Ibrahima Niane, homme du match : « Sadio Mané est un modèle pour tous les africains »

Publié

sur


Homme du match ce soir lors de la rencontre Metz vs OM qui s’est soldée par un match nul (1-1), Ibrahima Niane a réagit dans l’émission Canal Football Club. L’attaquant a parlé de ses références dans le milieu.

« Sadio Mané est un exemple pour tous les africains. Je ne parle pas simplement des sénégalais. C’est un grand frère qui est exceptionnel, qui nous donne tout le temps des conseils, c’est un modèle pour nous » a t’il déclaré d’emblée.

Parlant de ses ambitions avec le FC Metz où il est désigné successeur de Habib Diallo, le deuxième meilleur buteur de la Ligue 1 a parlé de sa relation avec ce dernier. « Pour moi, c’est sur je reste à Metz » précise t’il avec le sourire. Contrairement à son prédécesseur qui est en partance pour la Premier League.

« Habib Diallo est un frère, un exemple pour moi aussi. On discute énormément sur beaucoup de choses et j’apprends énormément avec lui» a t’il confessé.

S’agissant de Habib Beye, l’ancien international devenu consultant à Canal +, le jeune attaquant de 20 ans de dire « C’est un modèle pour tout le monde, pas simplement les sénégalais. Je le suis partout. Je l’adore… »

 

wiwsport.com





via WiwSport

Continuer La Lecture

Suggestion