Suivez-nous

Sports

Ligue des champions : un Bayern Munich réaliste met fin aux rêves de Lyon, et rejoint le PSG en finale

Publié

sur

Le Bayern Munich de Müller et Coman a éliminé l’OL de la Ligue des champions.

L’intermède européen enchanté de l’Olympique lyonnais a pris fin. Après avoir descellé le roc Juventus de Turin, gravi le pic Manchester City, l’OL n’est pas parvenu, mercredi 19 août, à franchir le cap Bayern Munich. Sèchement battus en demi-finale de la Ligue des champions par des Bavarois à l’efficacité imparables (3-0), les coéquipiers d’Houssem Aouar quittent la compétition aux portes de la finale. Les Bavarois affronteront le Paris-Saint-Germain dimanche, en finale.

Revivre le match : le Bayern Munich met fin aux rêves de l’OL et rejoint le PSG en finale

« On est tous tristes, être éliminé en demi-finale, c’est n’est pas facile, mais on sort avec la tête haute », a commenté à chaud le directeur sportif lyonnais, Juninho, au micro de RMC Sport. Si la défaite lyonnaise est logique, le tableau d’affichage ne rend qu’imparfaitement compte de la prestation des deux équipes. « Pour battre une équipe comme ça, il faut beaucoup de réussite et d’efficacité », a poursuivi l’ancien milieu de terrain de l’OL.

Et les occasions manquées hanteront les nuits des attaquants lyonnais. Comme en huitième de finale retour et lors du quart de finale face à City, les hommes de Rudi Garcia ont débuté la partie en déployant leur stratégie simple, mais sur laquelle la Juve, puis les Mancuniens, se sont brisé les dents : une défense de glace et des contre-attaques de feu. Au bout de dix minutes de jeu, les coéquipiers d’un Memphis Depay en jambes se sont procuré trois occasions. « S’ils nous laissent une moitié de terrain, il faudra jouer dans leur dos », prévenait Rudi Garcia juste avant la partie, au micro de RMC. Et à chaque récupération, les Lyonnais se projettent.

Le réalisme de Gnabry refroidit Lyon

A son tour, Karl Toko Ekambi obtient une double occasion. Une nouvelle fois préféré à Dembélé, pour les « possibilités tactiques différentes » qu’il offre, l’ex-Angevin se faufile dans la surface bavaroise et tire sur le poteau de Neuer. Le genre d’occasion à ne pas manquer en demi-finale de Ligue des champions. Quelques minutes plus tard, Serge Gnabry expose aux coéquipiers de Marcelo le réalisme requis à ce niveau : bien trouvé, l’Allemand résiste à deux défenseurs lyonnais et frappe de loin. Lopes ne peut que constater les dégâts causés dans sa lucarne, et l’OL se retrouve mené (0-1, 18e). Le huitième but en neuf matchs de Ligue des champions pour Gnabry cette saison. « On doit mener au score, et on se retrouve mené grâce à un exploit individuel de Gnabry, et on a un sentiment d’injustice qui nous plombe », a commenté Rudi Garcia après la rencontre.

Intenable, l’ancien joueur d’Arsenal double la mise au terme d’une nouvelle action létale. Après avoir récupéré la balle dans des pieds lyonnais sur son côté droit, Gnabry repique dans l’axe, décale Perisic qui sert idéalement Lewandowski. Si le canonnier polonais glisse et se rate inexplicablement, à quelques mètres du but, Gnabry, qui a poursuivi son action, pousse la balle au fond (0-2, 33e). L’ailier allemand, qui avant la rencontre ne « s’attendait pas à un match facile » après les victoires de Lyon contre la Juve et City, « tous deux favoris, comme [le Bayern] », a simplifié le match des hommes d’Hans-Dieter Flick.

Lire aussi Ligue des champions : Houssem Aouar, chef d’orchestre des Lyonnais

Le début de seconde période voit le jeu s’équilibrer, et si Perisic est trouvé dans la profondeur, Anthony Lopes s’interpose. « On peut le faire », harangue le banc lyonnais après une nouvelle grosse occasion de Toko Ekambi, idéalement servi par Aouar. Mais Manuel Neuer, guère inquiété en première période, met en échec les attaques lyonnaises. « On aurait pu faire mieux, on aurait pu marquer des buts, moi le premier. Mais la réussite n’était pas de notre côté ce soir, et on a eu un grand gardien en face, a constaté Karl Toko Ekambi après la rencontre au micro du diffuseur. Ce soir, on n’a pas su faire ce qu’il fallait pour gagner le match. »

« Quand on ne marque pas, on ne peut pas se qualifier »

En dépit de changements offensifs annoncés — Rudi Garcia avait pressenti qu’il devrait « faire des petits ajustements » —, les Lyonnais peinent à déstabiliser la défense bavaroise. A l’image de Leon Goretzka, précieux au marquage d’Aouar, les hommes de Flick défendent en équipe. Depuis l’arrivée de l’ex-adjoint de Joachim Low (sur le banc de la Mannschaft), initialement pour deux matchs, au Bayern, l’équipe resplendit. « Il a radicalement changé le Bayern », exposait le président Karl-Heinz Rummenigge après la magistrale qualification pour le dernier carré face au FC Barcelone (8-2). Et à l’image de Thomas Müller, plusieurs cadres du vestiaire ont retrouvé leur niveau.

Après plusieurs occasions d’aggraver la marque, les Bavarois ont une nouvelle fois trompé Lopes par l’incontournable Robert Lewandowski. Plus vif que la défense lyonnaise, l’attaquant polonais s’élève et inscrit son neuvième but en autant de matchs de Ligue des champions (0-3, 88e). « Les Lyonnais ont eu des occasions qui auraient pu nous faire mal, mais tant mieux pour nous, ils ne les ont pas concrétisées, a salué le Français Benjamin Pavard, rentré en fin de rencontre. On a aussi eu d’autres occasions d’inscrire un quatrième but, mais on va retenir le positif. »

Lire aussi Ligue des champions : Robert Lewandowski, l’arme fatale du Bayern Munich

Deuxième club (après le Milan AC en 1993) à accéder en finale de Ligue des champions en ayant remporté tous ses matchs, le Bayern aborde la finale en favori. Mais Lyon n’a pas à rougir de son parcours. « Même s’ils étaient archi-favoris, on leur a tenu la dragée haute, et le score est hyper sévère par rapport au match. Mais quand on ne marque pas, on ne peut pas se qualifier », a conclu Rudi Garcia, félicitant ses joueurs pour leur performance depuis la reprise.

La parenthèse européenne enchantée de Lyon s’est refermée, et les Lyonnais n’auront pas le temps de souffler. Pour la première fois depuis la saison 1996-1997, l’Olympique lyonnais ne disputera aucune rencontre de Coupe d’Europe. « On n’aura que le championnat cette saison, a évoqué Anthony Lopes. On va essayer de montrer le même visage qu’on a affiché dans cette Ligue des champions, et avancer tous ensemble. » Avec, en tête, l’idée de retrouver l’Europe au plus vite.

via LeMonde

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

Sergio Agüero encore absent au moins un mois

Publié

sur



Sérieusement touché au genou, Sergio Agüero n’a plus joué avec Manchester City depuis le 22 juin dernier, face à Burnley (5-0). Et l’attaquant argentin ne devrait pas revenir sur les pelouses dans les prochains jours. Présent en conférence de presse avant la rencontre de Premier League contre Wolverhampton lundi soir (21h15, 2e journée), l’entraîneur des Citizens Pep Guardiola a donné des nouvelles de son joueur.

«Nous savions que la blessure était difficile. Il fait le boulot. Dans un mois ou deux, il sera prêt. (…) Il doit revenir sur le terrain et retrouver sa condition physique. Sergio a été absent pendant longtemps et ce n’est pas un gars qui retrouve rapidement sa condition physique, donc je pense que dans un mois ou deux il sera prêt», a expliqué le technicien espagnol. Rendez-vous dans quelques semaines.



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

Ligue 1: Nîmes Olympique et Lyon se neutralisent (0-0)

Publié

sur


Nîmes Olympique et Lyon s’affrontaient ce soir en ouverture de la 4e journée en Ligue 1. Les deux équipes se sont quittées sur un match nul et vierge.

Après sa défaite face à Rennes (2-4) le week-end passé, les Crocos à domicile, n’ont pas réussi à marquer de but. Titularisé ce soir, Sidy Sarr a été remplacé à la 59e minute. Moussa Koné est absent en raison d’une blessure, en effet 6 autres joueurs de l’équipe sont blessés.

Selon Footmercato, Sarr obtient la note de 3,5. Le très grand milieu de terrain sénégalais était beaucoup moins en vue que ses compères du milieu de terrain. Ses prises de balles moyennes et son impact dans le milieu ne le mettait pas en valeur. Remplacé à la 59e par Ahlinvi qui avait du mal à se distinguer dans cette dernière demi-heure tant les locaux avaient la main mise sur le ballon.

 

wiwsport.com

 



via WiwSport

Continuer La Lecture

Sports

Des touches en Ligue 1, en Série A et en Bundesliga

Publié

sur


Après une saison à Strasbourg, Mohamed Simakan pourrait signer dans un nouveau club. Le Franco-guinéen est très suivi sur le marché des transferts.

Evoluant au poste de défenseur central ou encore d’arrière droit, Simakan a épaté plus d’un par sa saison 2019-2020. Des performances qui pourraient lui permettre de rejoindre un club un peu plus huppé. Il a des touches en France, en Italie ou encore en Allemagne.

Selon les informations de la Chaine Téléfoot, le joueur de 20 ans est dans le viseur de Rennes et de l’Olympique Lyonnais. En Europe, il serait ciblé par le Milan AC, l’Atalanta Bergame et le Bayer Leverkusen.

De l’affluence autour de Mohamed Simakan qui a séduit sous les couleurs de Strasbourg.



via Africa Top Sports

Continuer La Lecture

Suggestion