Suivez-nous

Sports

Ligue des champions : à Paris, les supporteurs du PSG jusqu’au bout de la nuit

Publié

sur

Sur les Champs-Elysees, à Paris, après la victoire du PSG mardi 18 août en demi-finales de Ligue des champions contre Leipzig.

Les rues de Paris étaient rougies par les fumigènes, après la qualification du PSG pour la première finale de son histoire en C1, mardi 18 août. Dès le troisième but parisien inscrit à Lisbonne, scellant la victoire du club sur Leipzig dans la première demi-finale de la Ligue des champions (3-0), un feu d’artifice est même tiré aux abords du Parc des Princes. « Les gens ont commencé à défiler », raconte Léopold, 43 ans, depuis son balcon du deuxième étage, dans une rue adjacente au stade.

Revivez le live du match : Ligue des champions : le PSG bat Leipzig 3 à 0 et se qualifie pour la première finale de son histoire

Une rumeur se fait entendre à l’approche de l’enceinte. Comme Marouane et sa bande d’amis, les supporters pressent le pas puis se mettent à courir en direction du Parc, au rythme des klaxons et des rugissements de moteurs. Tous avaient fait de la Porte Saint-Cloud leur point de ralliement, sitôt le coup de sifflet final donné : « Les Champs, ce sera pour la finale », lance Marouane. Sur place, un nouveau feu d’artifice, puis un troisième. « Regarde comme c’est beau », murmure Julie, 33 ans, à son mari Thomas, avant que le couple ne se mette à chanter. De passage à Paris pour quelques jours, tous deux portent le numéro de Kylian Mbappé (le 7) fraîchement floqué sur leur maillot acheté le matin même à la boutique du club.

« Déjà historique »

Comme eux, beaucoup se tiennent à l’écart, venus simplement « observer la fête », par crainte de débordements. C’est le cas de Naoufal. Pas vraiment fan de football, cet informaticien a néanmoins tenu à faire profiter ses deux enfants du « spectacle ». « Ce soir, ce n’est que l’entrée. Dimanche, on espère avoir le plat principal et le dessert en même temps », rigole son fils Louaye, 13 ans, qui verra la finale en vacances depuis la Grèce.

Quelques mètres devant, Mathis, 26 ans, est venu du 15e arrondissement voisin pour rejoindre deux amis. Rassuré par la prestation de son équipe, il remarque un changement vis-à-vis des précédentes campagnes européennes du PSG : « C’est plus qu’un groupe, c’est une famille, alors on peut rêver très loin », s’enflamme celui qui aimerait retrouver le Bayern en finale, « pour le prestige ».

A minuit, sept hommes montent sur le toit de l’entrée de la tribune Auteuil, et haranguent les quelques centaines de supporteurs. « Paris est magique », leur répondent-ils en cœur. « C’est déjà historique », juge Kevin, coupé par une détonation à quelques mètres de lui. Pour le commercial de 24 ans et membre du Collectif ultras Paris, « les rassemblements massifs de la soirée étaient tous spontanés ». « La nuit va être courte », promet-il, tout en espérant qu’elle le sera encore davantage dimanche, jour de la finale.

A l’image de Thibault, 34 ans, abonné au Parc depuis son adolescence, certains supporters mettent un point d’honneur à passer par les Champs-Elysées avant de rentrer chez eux. A l’approche du métro, l’odeur tenace des fumigènes. Debout dans une rame, une mère de famille lance un chant à la gloire des Parisiens, tandis que d’autres passagers se montrent les images tournées au portable devant le Parc des Princes.

« Dispositif adapté » sur les Champs-Elysées

Sur les Champs-Elysees, à Paris, après la victoire du PSG mardi 18 août en demi-finales de Ligue des champions contre Leipzig.

Près de la place de l’Etoile, l’ambiance commence pourtant à retomber. La zone « a été encadrée en amont pour éviter que les débordements ne se propagent à d’autres zones de la capitale », explique ce major de police, qui n’a pas constaté de « débordement incontrôlé ni de mauvaise surprise » ; l’obligation du port du masque reste, elle, plus difficile à faire respecter.

En remontant à mi-hauteur, des embouteillages continuent à se former. Avec, à leur milieu, une quinzaine de véhicules des forces de l’ordre, selon le « dispositif adapté » annoncé plus tôt dans la journée par la préfecture de police. Un autre parfum se fait bientôt sentir. « Mets les gaz », lâche un CRS à son collègue, avant de rabattre sa visière. Le vent diffuse les lacrymogènes tirés en haut de l’avenue. Yanis regrette une « réaction disproportionnée ». Il a maintenant perdu la trace de sa bande d’amis et cherche à les joindre. « C’est le jeu », tempère Djiby, pour qui l’intervention visait uniquement à mettre fin à la soirée. Avant que la foule ne se rejoigne dimanche, pour, espère-t-elle, une fête encore plus grande.

Lire aussi Ligue des champions : le PSG se qualifie en finale, en toute facilité

via LeMonde

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sports

le Real Madrid s’impose sur le fil face au Betis dans un match fou

Publié

sur



Pour le compte de cette 3e journée de Liga, le Real Madrid se déplaçait sur la pelouse du Real Betis Balompié et espérait lancer sa saison dès ce soir après le match nul (0-0) concédé la semaine dernière sur la pelouse de la Real Sociedad. De leur côté, les joueurs du Betis, comptaient déjà deux victoires en autant de rencontres disputées. L’occasion pour les partenaires de Nabil Fekir de conserver cette invincibilité en championnat et par la même occasion, les rênes de la Liga.

La suite après cette publicité

Pour ce faire, Manuel Pellegrini concoctait un 4-2-3-1 avec notamment Aissa Mandi et Marc Bartra tous deux alignés dans l’axe. Nabil Fekir était également titularisé au même titre que Canales et Sanabria à la pointe de l’attaque. De son côté, Zinedine Zidane optait pour un 4-4-2 inhabituel. Si la ligne défensive ne changeait pas, ce n’était pas le cas du bloc offensif. Habitué à un rôle de remplaçant, Luka Jovic était ce samedi soir aligné aux côtés de Karim Benzema sur le front de l’attaque. Martin Odegaard et Federico Valverde étaient quant à eux positionnés sur les ailes.

Sergio Ramos une nouvelle fois décisif

En début de match, les Madrilènes mettaient rapidement le pied sur le ballon, et ce malgré le placement très offensif des joueurs du Betis. Dès la 2e minute de jeu, l’incontournable Karim Benzema pensait ouvrir le score sur ce bon service de son compatriote Ferland Mendy. Mais l’arbitre de la rencontre signalait rapidement une position de hors-jeu. Une joie de courte durée pour l’attaquant français qui pouvait finalement retrouver le sourire quelques minutes plus tard en délivrant un caviar de centre en direction de Valverde. Le milieu de terrain uruguayen déviait parfaitement le cuir au premier poteau et permettait à la Casa Blanca d’ouvrir le score (14e, 0-1). Dominateurs, les champions d’Espagne en titre avaient l’occasion de creuser l’écart sur l’action suivante mais Sergio Ramos, seul au point de penalty, manquait de lucidité dans le dernier geste. Sa frappe fuyait le cadre et laissait les locaux en vie dans ce match.

Un raté qu’ils payaient cher. À la demi-heure de jeu, Aïssa Mandi sautait plus haut que Casemiro et transperçait les filets d’une tête surpuissante (35e, 1-1). Un but qui réveillait complètement les locaux qui n’avaient besoin que d’une minute après ce but pour renverser ce match et prendre l’avantage au score grâce à leur milieu de terrain William Carvalho (37e, 2-1). Après un bon travail de Fekir, le Portugais déclenchait une grosse frappe au premier poteau. Celle-ci faisait mouche et le Betis prenait les devants. Vexés, les Merengues réagissaient dès leur retour des vestiaires. Lancé dans son couloir droit, Carvajal délivrait une merveille de centre en direction de Benzema, mais c’est le malchanceux Emerson qui déviait le cuir dans ses propres cages (48e, 2-2). Les Madrilènes poussaient pour obtenir leur première victoire de la saison en Liga mais il fallait attendre la 81e minute et cette action litigieuse pour voir le Real prendre l’avantage sur ce penalty généreusement offert par l’arbitre. Sergio Ramos ne tremblait pas et offrait la victoire aux siens d’une subtile panenka (82e, 2-3). Avec cette courte victoire, le Real grimpe à la 5e place du classement.



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

le salaire que propose le Genoa à Mario Balotelli

Publié

sur



Ces derniers jours, les médias italiens avançaient que le Genoa pensait à relancer le fantasque Mario Balotelli. Après une expérience peu concluante à Brescia, le natif de Palerme, actuellement libre de tout contrat, pourrait selon les informations de la Gazzetta dello Sport rejoindre les rangs du Genoa. Les discussions entre l’Italien et le club génois seraient très bien engagées, si ce n’est proche d’aboutir dans les prochains jours.

L’ancien attaquant de l’Olympique de Marseille aujourd’hui âgé de 30 ans pourrait selon le quotidien italien signer un contrat d’une année avec en option une année supplémentaire. Son salaire pourrait par ailleurs atteindre le million d’euros à l’année, avant de potentiellement pouvoir voir ce dernier atteindre les 4M€ avec des bonus. De quoi relancer un Mario Balotelli vieillissant ? Affaire à suivre.



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Sports

Arsenal va revenir à la charge pour Houssem Aouar

Publié

sur



À deux ans de la fin de son contrat, Houssem Aouar va-t-il quitter l’Olympique Lyonnais ? Vendredi soir, la chaîné Téléfoot expliquait en tout cas que le milieu de terrain français était tombé d’accord avec Arsenal pour un futur transfert. Quelques heures plus tard, RMC Sport affirmait que les Gunners avaient fait une offre d’environ 35 millions d’euros au club rhodanien pour tenter de s’attacher les services du joueur de 22 ans. Mais les négociations traînent.

Toujours d’après RMC Sport, les Gones ont refusé cette première proposition d’Arsenal, mais la formation londonienne pourrait en faire une nouvelle à hauteur de 38M€. Seul problème, le président Jean-Michel Aulas attendrait environ 50M€ pour craquer et laisser filer son joueur. Un accord total est donc encore bien loin, d’autant plus que Houssem Aouar n’aurait aucun accord contractuel avec Arsenal comme l’explique le média français. Affaire à suivre…



via Foot Mercato

Continuer La Lecture

Suggestion