Suivez-nous

A la une

Finale de la Ligue des champions : Gana «rejoint» Sadio

Publié

sur

Le PSG s’est montré à la hauteur de son statut de favori pour éliminer le RB Leipzig (3-0) ce mardi, au terme d’un match maîtrisé. Gana Guèye «rejoint» ainsi Sadio Mané en finale de C1. Ce sera contre le Bayern Munich ou Lyon, dimanche.

Il aura dû attendre 25 ans, la moitié de sa vie, avant de tenter à nouveau sa chance. Mais cette fois, il ne l’a pas manquée. Vainqueur autoritaire du RB Leipzig (3-0) ce mardi à Lisbonne, le PSG de l’international sénégalais, resté sur le banc, s’est qualifié pour la première finale de Ligue des champions de son histoire. Il rejoint ainsi son partenaire en sélection, Sadio Mané, vainqueur de la précédente édition avec Liverpool. Il ne reste plus à l’ancien pensionnaire de Diambars de réaliser la même performance que le natif de Bambali, en remportant son premier titre de la Coupe aux grandes oreilles.
En effaçant le triste souvenir contre l’Ac Milan en 1995, le Psg n’a jamais été aussi proche de la récompense suprême.
Très bien organisés dans leur 4-3-3, les Parisiens ont parfaitement occupé les espaces et fait énormément courir les Allemands en première période (70% de possession). Excepté une reprise de Poulsen non cadrée (25e), les troisièmes de Bundesliga n’ont jamais approché la cage de Rico. A l’inverse, Neymar et les siens n’ont cessé de revenir sur celle de Gulacsi. Une pression qui a rapidement porté ses fruits, Marquinhos ouvrant le score de la tête sur un coup franc déposé de Di Maria (13e).
Sur leur lancée, les champions de France ont continué de pousser. Mbappé (17e), puis Neymar (35e), d’un coup franc malin sur le poteau après une première tentative repoussée par le montant (6e), sont passés tout près du 2-0. C’est finalement Di Maria qui, après une mauvaise relance de Gulacsi, a permis au PSG de faire le break juste avant la mi-temps (44e).
A la reprise, malgré les changements offensifs opérés par Nagelsmann, Paris est resté serein. En plein temps fort allemand, il a même trouvé le moyen d’inscrire un troisième but, validé par la vidéo, de la tête par Bernat (56e), toujours présent dans les matchs importants.
Le prochain rendez-vous, dimanche (21h), sera tout simplement le plus grand de l’histoire du club. L’année de ses 50 ans, le PSG aura enfin l’occasion de pouvoir soulever la Coupe aux grandes oreilles, l’objectif ultime des Qatariens depuis leur arrivée en 2011. Pour cela, il devra encore se défaire du Bayern Munich ou de Lyon. Un dernier effort pour un cadeau mémorable.

Di Maria, retour gagnant
Suspendu au tour précédent, Angel Di Maria n’est pas revenu pour rien. Le milieu offensif argentin (32 ans, 102 sélections) a été impliqué sur les trois buts parisiens. Passeur pour Mar­quinhos (6e) et Bernat (56e), l’ancien joueur du Real Madrid, vainqueur de la C1 en 2014, a donc aussi marqué, en profitant d’une belle talonnade de Neymar (44e). C’est la première fois qu’il réussit une telle performance dans l’épreuve depuis 2013. Constam­ment disponible sur son côté droit, il a quelque peu éclipsé ses deux partenaires d’attaque, Mbappé notamment, malheureux dans ses tentatives (70e, 72e et 81e).
Le PSG devient le cinquième club français à atteindre la finale de la C1 après Reims (1956 et 1959), Saint-Etienne (1976), Marseille (1991 et 1993) et Monaco (2004).
Avec lequipe.fr

via LeQuotidien

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

[Recap du soir] Gaston clash GFM et Youssou Ndour,Baba Maal conseille Wally Seck et le recarde sur sa relation avec…Regardez

Publié

sur

[embedded content]

via Sanslimites

Continuer La Lecture

A la une

Vidéo: Tentative de s*ucide d’une jeune fille après sa convocation à la police,les révélations surprenantes des riverains

Publié

sur

[embedded content]

via Sanslimites

Continuer La Lecture

A la une

CHEF DE L’OPPOSITION : PASTEF S’EN LAVE LES MAINS ET APPORTE DES ÉCLAIRAGES

Publié

sur

Et si l’intention prêtée par de larges franges du corps social au parti Pastef/Les Patriotes de vouloir faire désigner le Parti démocratique sénégalais (PDS) et Me Abdoulaye Wade comme chef de l’opposition, contre une majorité de l’opposition qui aurait porté son choix sur Idrissa Seck arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle, n’était qu’une simple vue de l’esprit ? En tout cas, cette intention est formellement niée par les partisans du président Ousmane Sonko. «Loin des préoccupations du peuple, cette mesure n’a aucune importance pour les Sénégalais et ne doit pas être une priorité pour la classe politique. Un chef de l’opposition décrété n’est chef que de lui-même, son parti et, peut-être, sa coalition» déclare Pastef dans un communiqué parcouru par Le Témoin qui s’en fait l’écho dans sa parution de ce mardi.
«Cependant, puisqu’elle est inscrite dans l’ordre du jour de la commission et dans la Constitution depuis le référendum de 2016 sans qu’aucune loi n’ait été adoptée depuis pour son application effective, nous suggérons, comme il est de coutume dans la majorité des démocraties où elle est appliquée, que la désignation du chef de l’opposition se fasse à partir de l’échelon législatif. Cette option se justifie par le fait que le chef de file de l’opposition, dans les systèmes politiques où il est consacré, porte la voix de l’opposition sur des questions d’intérêt national. Ainsi, nous estimons que la représentativité de l’Assemblée nationale reflète le mieux les dynamiques en cours dans notre pays et constitue le lieu par excellence des débats, compromis, accords et désaccords entre Gouvernement et Opposition, notamment au moment du vote des lois» ajoute le document.

via Sanslimites

Continuer La Lecture

Suggestion