Suivez-nous

Actualité

Mis à pied de Dié Maty Fall…Des syndicats de Presse rappellent Yakham Mbaye à l’ordre

Publié

sur


Dié Maty Fall, journaliste au quotidien national Le Soleil et membre du Tribunal des pairs des Journalistes du Sénégal a informé de la décision de mise à pied de 7 jours, prise à son encontre par la Direction Générale de l’entreprise le 13 octobre 2020.

Cette décision, de nature disciplinaire faisant suite à une demande d’explications que nous avons parcouru est surprenante, avilissante et disproportionnée en ce qu’elle sanctionne dans les faits, un retard de 30 minutes à une réunion de rédaction et le refus de l’intéressée de couvrir l’actualité politique nationale, malgré l’invocation par ses soins de sa clause de conscience.

D’un point de vue purement éthique et déontologique, sans nous prononcer sur la question du retard à une réunion de rédaction, retard non répétitif qui plus est,
Considérant que par courrier mail en date du 03 septembre 2020, Mme Dié Maty Fall a dûment informé sa hiérarchie de son option d’invoquer la clause de conscience pour ne plus traiter de l’actualité politique nationale par honnêteté intellectuelle ( 😉

Considérant que Dié Maty Fall, Porte-Parole adjointe du Parti Socialiste Sénégalais et membre par extension de la coalition politique Benno Bokk Yakaar est dans son droit éthique de ne pas traiter de l’actualité politique nationale si cela heurte sa conscience ( 😉

Considérant que ce faisant, elle se conforme à l’esprit et à la lettre de la Charte Internationale du Journaliste de Munich (article 3 des droits), du Code de la Presse du Sénégal (article 6), de la Convention Collective du secteur des Médias (article 17) et de l’Accord d’entreprise du Soleil (;)

Considérant que la Charte du Journaliste précise en son article 3 des droits des journalistes que ‘’Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience’’ (;)

Considérant au surplus que, de ce qui a motivé cette décision, il apparaît clairement que la direction du Soleil n’apprécie la Clause de conscience que dans le cadre d’un changement de ligne éditoriale (;)

Considérant que pour le cas de Dié Maty Fall, il s’agit moins de protester contre la ligne éditoriale du Soleil qu’elle a librement rejoint comme employée, que d’une question de conviction et de conscience personnelle (;)

Considérant que de ce fait, on ne saurait l’obliger à traiter de l’actualité politique nationale, que la journaliste-sénior qu’elle est, peut et doit exécuter toute tâche qui lui est imputée pour peu que cela ne heurte ni sa conscience ni ses convictions (;)

Au surplus, considérant qu’au Soleil il existe d’autres rubriques où la Rédaction peut proposer plusieurs types de sujets, que Dié Maty Fall en tant qu’employée est en devoir de traiter (;)

Le SYNPICS en accord avec le CORED et la Convention des Jeunes Reporters,
– Dénonce avec la plus grande énergie cette décision en ce qu’elle nie au journaliste sa liberté de conscience qui est centrale dans l’exercice du métier (;)

– Marque toute Sa solidarité à Dié Maty Fall dans ce combat de principe portant sur un droit fondamental du journaliste (;)

– Rappelle à Monsieur le Directeur Général du Soleil, que son statut de Journaliste devrait l’amener, au-delà de l’exercice de son pouvoir à aménager au sein de son entreprise un climat de respect strict des principes et fondements du journalisme, nonobstant toute autre question de personne (;)

– Encourage les camarades et confrères du Soleil qui ont déjà initié des démarches à l’interne de l’entreprise à continuer de défendre les droits et libertés sacro-saints du journalisme, au-delà de toute autre considération (;)

Le SYNPICS se réserve le droit de défendre par tous les moyens et à tous les niveaux requis, les principes sacro-saints qui guident le métier de journaliste.

Fait à Dakar, le 15 octobre 2020



Via Xibaaru

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Vidéo – Match de Football Écurie Balla Gaye Vs Écurie Walo, lutteurs face au ballon rond, Balla Gaye Sa Thiès

Publié

sur


Vidéo – Match de Football Écurie Balla Gaye Vs Écurie Walo, lutteurs face au ballon rond, Balla Gaye Sa Thiès



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Les Juristes Africains condamnent tout appel à la violence…en Côte d’Ivoire

Publié

sur


L’Association des juristes africains (AJA),

fidèle  à sa mission de  promotion  de l’Etat de droit en Afrique ;

soucieuse  du maintien de  la paix, de la souveraineté et de la cohésion sociale au sein des Etats africains, indispensables à la mise en œuvre des actions de développement au profit des populations ;

tient à rappeler solennellement,

d’une part, le respect de la Constitution, des lois électorales  ainsi que des principes fondamentaux de l’Etat de droit,  notamment, le respect de la souveraineté et l’autodétermination des peuples ;

et .d’autre part  l’organisation d’élections libres et transparentes sous le contrôle de la communauté internationale notamment de la Cedeao  et de Union Africaine  afin que la Côte d’ivoire garde sa place dans le concert des démocraties modernes et aussi afin d ‘éviter les soulèvements populaires.

L’Association des Juristes Africains,

Vu la situation pré-électorale qui prévaut en Côte d’ivoire e et qui risque d’installer une crise postélectorale ; notamment sur la question du nombre de mandat.

Vu les efforts consentis par le peuple  ivoirien depuis plus une décennie pour la reconstruction du pays  et éviter le  chaos.

 Vu la nouvelle constitution ivoirienne 

L’AJA, considérant la nécessité de l’Election à la tête des Etats comme exigence démocratique estime que celle-ci doit être conforme à un processus électoral régulier.

L’Association des Juristes Africains:

1 invite les dirigeants ivoiriens à organiser la tenue d’’élections régulières libres et transparentes conformément aux lois électorales de l’Etat Ivoirien  et à la Charte africaine de la démocratie des élections et de la Bonne gouvernance adoptée le 30 Janvier 2007,

2. félicite laCEDEAO et l’Union Africaine pour l’accompagnement en amont  des autorités ivoiriennes  dans la conduite  de l’élection  présidentielle,

3.estime que, la préservation de l’Etat de droit, la préservation de la paix civile et la préservation de la souveraineté populaire à travers le vote transparent en présence des représentants de tous les candidats, doivent être préservés en toutes circonstances et quel que soit le nombre de mandats réclamés. L’Essentiel est de permettre au peuple d’exercer sa légitimité et d’exprimer sa volonté, qui, du reste, finit toujours par triompher.

En outre, l’Association des Juristes Africains  appelle les institutions internationales notamment les  Nations Unies,  l‘Usaid à renforcer leurs actions  pour préserver la paix en Côte d’Ivoire  en tenant compte de l’expression de la volonté du peuple  qui constitue le Seul gage de protection  de  la Nation  en Afrique au-delà des identités éthiques ou religieuses.

L’Association des Juristes Africains reste vigilante quant au processus électoral en cours  en République de Côte d’Ivoire.

L’Aja condamne tout appel à la violence, invite l’Opposition ivoirienne  à poursuivre le processus électoral en demandant à la communauté internationale de mieux sécuriser le processus électoral afin d’éviter toute manipulation, et de garantir la transparence du vote.

L’aja lance un appel à tous les acteurs pour faire confiance aux institutions internationales et nationales, pour surveiller le processus électoral en cours et invite les autorités ivoiriennes à protéger l’expression transparente et régulière de la souveraineté du peuple, seul gage de la sécurité, de la paix  et de la stabilité globale du pays.

Fait à Dakar le 20 Octobre 2020 

Le bureau international 



Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Actualité

Ligue 1 : Ibrahima Niane élu joueur du mois de septembre

Publié

sur


L’attaquant du FC Metz Ibrahima Niane a tout vécu en ce début de saison. Présent lors des six premiers matches de Ligue 1, le joueur de 21 ans a marqué six buts pour s’installer en tête du classement des buteurs. Mais derrière, le Sénégalais s’est blessé au genou. Victime d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, ce dernier va être absent de nombreux mois.

Mais personne n’a oublié son magnifique mois de septembre. Du coup,
Ibrahima Niane a été élu joueur du mois de septembre ce jeudi. Pour
rappel, il avait inscrit un doublé contre le Stade de Reims le 20
septembre avant de marquer un but face à l’Olympique de Marseille six
jours plus tard.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion