Suivez-nous

Actualité

Énergie : Petrosen augmente la mise concernant sa participation dans la Zone d’exploitation de Sangomar.

Publié

sur

La filiale Far Ltd (Asx: Far) Far Sénégal Rssd Sa et ses partenaires de la co-entreprise Sangomar Rssd ont renforcé leur position en s’attribuant de nouvelles parts concernant l’exploitation du bloc pétrolier.

Cette augmentation est attestée par une documentation confirmant la décision de  Petrosen d’augmenter sa participation dans l’exploitation du bloc pétrolier offshore de Sangomar, au large du Sénégal. Une augmentation qui lui a permis de passer de 10% à 18%. Conséquence de la participation des Far dans l’exploitation de Sangomar, la superficie attribuée aux autres a diminué de 15% à 13,67%.

La Directrice générale des Far, Cath Norman, s’est d’ailleurs prononcée sur ces acquisitions : ‘’Les Far planifient depuis longtemps l’accroissement des intérêts de Petrosen et cela s’est reflété dans notre modélisation et nos communications. Le Conseil des Far continue de poursuivre la cession de tout ou partie de la participation de Far au lieu d’une autre option de financement’’, a-t-elle déclaré.

Dans une note d’information parcourue par Dakaractu,  il est relevé que ‘’Far a capturé l’impact de cette action attendue de Petrosen dans la modélisation économique du projet précédemment annoncé au marché’’.

Quant à Petrosen, elle est désormais tenue de rembourser aux autres co-entrepreneurs de la RSSD leur part au prorata des 8% des dépenses relatives à la Zone d’Exploitation de Sangomar engagées depuis le 8 janvier 2020. À la fin de Juin 2020, la part due aux FAR est de 4,79 millions de dollars Us (2 milliards 656 millions de F Cfa).

via Sanslimites

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Mairie Saint-Louis : Le Colonel Kébé défie Mansour Faye

Publié

sur


Le Colonel Abdourahim Kébé a annoncé officiellement
sa candidature aux prochaines élections locales. C’est ce que rapporte
Walf Quotidien dans sa parution de ce lundi.

Le
démissionnaire du parti Rewmi d »Idrissa Seck  veut briguer la mairie de
Saint-Louis dirigée par le ministre Mansour Faye, par ailleurs
beau-frère du Président Macky Sall.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

(07 Photos) Soumboulou s’est remariée et reçoit 6 millions comme premier cadeau

Publié

sur




Alors que nous n’avons pas fini de parler de du mariage de Bessel Bass voici une nouvelle qui vient de tomber.

Soumboulou divorcée depuis longtemps prépare son coeur pour un homme. Ce dernier s’appelle Abdlaye Diop Khass. Très connu pour ses bienfaits a donné la somme de 6 millions à sa dulcinée pour premier cadeau.

limametti



Dakarbuzz

Continuer La Lecture

Actualité

Traitement pénal des affaires civiles et commerciales : Le Procureur général stoppe les Opj

Publié

sur


Le Procureur général demande la fin des traitements abusifs des litiges de nature purement civile ou commerciale dans les commissariats de police et brigades de gendarmerie. Il a publié une lettre-circulaire aux officiers de police judiciaire pour leur rappeler qu’ «au-delà du caractère abusif de telles pratiques, celles-ci peuvent donner lieu à une réaction imprévisible des justiciables qui en seraient victimes, occasionner des troubles à l’ordre public et jeter le discrédit sur toute l’institution judiciaire».

Dans une lettre-circulaire, le Procureur général n’a pas manqué de mettre en gras certains comportements d’officiers de police judiciaire. Lansana Diabé Siby a décidé d’appeler les policiers et les gendarmes à plus de professionnalisme en mettant fin à des convocations arbitraires des justiciables dans les commissariats ou brigades de gendarmerie. Il le dit sans équivoque : «L’attention de la chancellerie a été attirée sur des agissements peu orthodoxes de certains officiers et agents de police judiciaire. En effet, pour des litiges de nature purement civile ou commerciale portés devant un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie, des concitoyens sont convoqués dans les locaux de ces unités et parfois contraints d’y rester pendant plusieurs heures.» Il ajoute en mettant en garde contre d’éventuelles réactions des cito­yens : «Au-delà du caractère abusif de telles pratiques, celles-ci peuvent donner lieu à une réaction imprévisible des justiciables qui en seraient victimes, occasionner des troubles à l’ordre public et jeter le discrédit sur toute l’institution judiciaire.»
Alors pour, dit-il, «éviter que des citoyens puissent être détenus arbitrairement dans ces lieux de privation de liberté, je vous demande de toujours garder à l’esprit les limites de vos prérogatives et de vous abstenir de traiter les litiges de nature civile ou commerciale qui vous seront directement soumis par des justiciables.» Le Procureur général fait savoir que c’est en vertu de leur mission de surveillance des officiers et agents de police judiciaire comme prescrit par l’Article 30 du code de procédure pénale qu’il a réagi à travers cette note interne qui vient de devenir publique.
Cette sortie de Lansana Diabé Siby interpelle les autorités sur l’utilité des maisons de justice installées un peu partout au Sénégal. Pourtant, elles ont été mises en place pour une justice de proximité. C’est-à-dire suppléer les cours et tribunaux traditionnels dans le traitement pénal des dossiers de nature civile ou commerciale. Une manière pour l’Etat de désengorger les tribunaux où parfois de nombreuses affaires mettent du temps à être jugées. D’habitude, les plaignants s’y rendent pour le règlement de conflit entre voisins, problèmes de loyers ou de dettes impayées, de tontines, de problèmes d’état civil, de divorce ou de succession. Ici, l’approche qui est privilégiée est d’essayer de rapprocher les deux parties pour arriver à une solution à l’amiable.



via LeQuotidien

Continuer La Lecture

Suggestion