Suivez-nous

A la une

Pour que le Mali «ne sombre dans un vide institutionnel» : Macky appelle à «agir avec responsabilité et célérité»

Publié

sur

Le chef de l’Etat sénégalais estime qu’il faut «agir avec responsabilité et célérité» sur la situation au Mali pour éviter que le pays «ne sombre dans un vide institutionnel et dans une impasse politique». «Il nous faut agir avec responsabilité et célérité afin d’éviter que le #Mali ne sombre dans un vide institutionnel et dans une impasse politique», a twitté Macky Sall. «Le coup de force contre un Président démocratiquement élu constitue une violation du protocole de la #Cedeao sur la démocratie et la bonne gouvernance. Nous l’avons fermement condamné», a-t-il insisté sur le réseau social.
Le Président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a annoncé mardi, tard dans la soirée, sa démission après avoir été arrêté en même temps que d’autres officiels à la suite d’une mutinerie qui s’est transformée en coup d’Etat.
Les chefs d’Etat de la Cedeao se réunissent ce jeudi par visio-conférence pour examiner la situation au Mali. L’organisation sous régionale a déjà condamné le renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta. Elle a exigé la libération des personnes arrêtées et annoncé des mesures immédiates, dont la fermeture des frontières ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciaux et financiers avec le Mali.
Aps

via LeQuotidien

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

[Recap du soir] Gaston clash GFM et Youssou Ndour,Baba Maal conseille Wally Seck et le recarde sur sa relation avec…Regardez

Publié

sur

[embedded content]

via Sanslimites

Continuer La Lecture

A la une

Vidéo: Tentative de s*ucide d’une jeune fille après sa convocation à la police,les révélations surprenantes des riverains

Publié

sur

[embedded content]

via Sanslimites

Continuer La Lecture

A la une

CHEF DE L’OPPOSITION : PASTEF S’EN LAVE LES MAINS ET APPORTE DES ÉCLAIRAGES

Publié

sur

Et si l’intention prêtée par de larges franges du corps social au parti Pastef/Les Patriotes de vouloir faire désigner le Parti démocratique sénégalais (PDS) et Me Abdoulaye Wade comme chef de l’opposition, contre une majorité de l’opposition qui aurait porté son choix sur Idrissa Seck arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle, n’était qu’une simple vue de l’esprit ? En tout cas, cette intention est formellement niée par les partisans du président Ousmane Sonko. «Loin des préoccupations du peuple, cette mesure n’a aucune importance pour les Sénégalais et ne doit pas être une priorité pour la classe politique. Un chef de l’opposition décrété n’est chef que de lui-même, son parti et, peut-être, sa coalition» déclare Pastef dans un communiqué parcouru par Le Témoin qui s’en fait l’écho dans sa parution de ce mardi.
«Cependant, puisqu’elle est inscrite dans l’ordre du jour de la commission et dans la Constitution depuis le référendum de 2016 sans qu’aucune loi n’ait été adoptée depuis pour son application effective, nous suggérons, comme il est de coutume dans la majorité des démocraties où elle est appliquée, que la désignation du chef de l’opposition se fasse à partir de l’échelon législatif. Cette option se justifie par le fait que le chef de file de l’opposition, dans les systèmes politiques où il est consacré, porte la voix de l’opposition sur des questions d’intérêt national. Ainsi, nous estimons que la représentativité de l’Assemblée nationale reflète le mieux les dynamiques en cours dans notre pays et constitue le lieu par excellence des débats, compromis, accords et désaccords entre Gouvernement et Opposition, notamment au moment du vote des lois» ajoute le document.

via Sanslimites

Continuer La Lecture

Suggestion