Suivez-nous

Afrique

« Le Covid-19 fait peser une menace planétaire et il importe de partager équitablement les outils pour le vaincre »

Publié

sur


Tribune. On se souviendra de 2020 pour une pandémie qui a donné une leçon d’humilité même aux systèmes de santé les plus modernes et qui a montré ce qui nous aveugle collectivement. Au-delà de la maladie et des décès causés par le virus lui-même, des millions de personnes ont perdu leur emploi, l’économie mondiale est en récession et les clivages géopolitiques se sont aggravés. Si nous voulons riposter en 2021, nous ne pouvons pas reprendre le cours normal de nos activités.

Premièrement, nous devons mettre fin à la pandémie. De nombreux pays apportent la preuve que le virus peut être supprimé grâce à des interventions efficaces de santé publique, y compris le dépistage et la recherche des contacts. Du reste, les vaccins sont en bonne voie. La communauté scientifique a établi une nouvelle norme pour la mise au point de vaccins. Il appartient désormais à la communauté internationale de faire de même en matière d’accès.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les silences de la Chine, un virus repéré dès 2013, la fausse piste du pangolin… Enquête sur les origines du SARS-CoV-2

Nous ne pouvons tout bonnement pas accepter un monde dans lequel les personnes démunies et marginalisées sont sacrifiées dans la ruée vers les vaccins. Le Covid-19 fait peser une menace planétaire et il importe de partager équitablement les outils pour le vaincre, en les considérant comme des biens publics mondiaux. Ce n’est pas de la charité. C’est le moyen le plus rapide et le plus judicieux de mettre fin à la pandémie et d’engager une reprise économique véritablement mondiale.

La santé, un investissement essentiel

Deuxièmement, tous les pays doivent investir dans la santé. La pandémie nous a appris que la santé ne peut pas être considérée comme un simple sous-produit du développement ni comme un coût qu’il faudrait maîtriser — c’est un investissement essentiel dans des économies et des sociétés plus productives, plus résilientes et plus stables.

Chaque année, le monde dépense 7 500 milliards de dollars (6 000 milliards d’euros) pour la santé, soit près de 10 % du produit intérieur brut mondial. Cependant, il existe d’énormes différences entre les pays et un déséquilibre dans les sommes consacrées au traitement des maladies, plutôt qu’à la protection et à la promotion de la santé, et à la préparation aux pandémies.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La pandémie de Covid-19 menace de déclencher une autre “pandémie”, celle de la faim »

Afin de renforcer l’argument économique en faveur de la santé, l’Organisation mondiale de la santé a créé un nouveau Conseil sur l’économie de la santé pour tous, qui sera présidé par une économiste de premier rang, la professeure Mariana Mazzucato.

Troisièmement, nous devons trouver de nouvelles façons de travailler ensemble pour mieux reconstruire. Un vaccin aidera à mettre fin à la pandémie, mais il ne s’attaquera pas aux faiblesses qui en sont à l’origine. Il n’y a pas de vaccin contre la pauvreté, la faim, le changement climatique ou l’inégalité.

Il vous reste 37.37% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Via LeMonde Afrique

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique

Wael Ghonim, l’étoile déchue de la place Tahrir

Publié

sur


Wael Ghonim, activiste égyptien alors responsable marketing de Google, place Tahrir, au Caire, le 11 février 2011.

A 40 ans, il a traversé tout ce que l’on peut désirer ou redouter de la vie : la gloire et l’oubli, l’ivresse des foules et leur vindicte, le pouvoir qu’on tient au creux de sa main et sa morsure. Wael Ghonim a été le wonder boy de la révolution égyptienne, celui qui la déclencha, le 25 janvier 2011. Aujourd’hui, son nom est presque tombé dans l’oubli. Certains le disent « fou », se demandent si ses Tweet relèvent d’un « canular ».

Faute de réponse de l’intéressé, plusieurs fois contacté par Le Monde, il faut se contenter de sa vie numérique. D’après son compte Twitter, Wael Ghonim est domicilié à Palo Alto, capitale de la Silicon Valley, en Californie. Il s’y présente comme « Egyptien, ex-Frère musulman, ancien de Google, ex-activiste et ex-mari. J’ai aidé à déclencher la révolution de 2011. Je remets tout en question. Père d’Isra et d’Adam ». Le suivre sur les réseaux sociaux – on s’est limité à Twitter, Facebook et Instagram – relève d’une activité à plein temps. On y trouve un déluge de messages, vidéos et statuts qui laissent transparaître le désarroi plus que l’amertume, une dépression profonde.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Tahrir, le pouvoir égyptien fait place nette

Il ne parle pas de politique, sauf pour s’insurger quand son frère est brièvement arrêté sans raison apparente au Caire, à l’été 2019. Parfois, il risque une allusion. Le 10 janvier, il écrit : « Si vous ne voulez pas que ce qui m’est arrivé arrive à vos enfants, dites-leur de ne pas se hâter dans leurs jugements sur ceux qui les oppriment, de ne pas courir derrière ceux qui font commerce de leur gentillesse et de ne pas baisser les bras face à ceux qui les harcèlent. J’ai très bien compris ce qui m’est arrivé. Je sais que je ne le dois qu’à moi-même et je ne me cache pas derrière ma douleur. C’est comme ça que j’arrive à continuer. Si je ne l’avais pas compris, je me serais suicidé. » Dans les quelque 200 commentaires qui suivent s’affiche une majorité de messages de soutien, mais aussi venant de détracteurs et de trolls de l’armée électronique du président Sissi, qui lui enjoignent de ne jamais revenir en Egypte ou en appellent à Trump pour clôturer son compte Facebook…

Grande religiosité

Fils de médecin, Wael Ghonim a grandi dans une famille aisée et étudié à l’Université américaine du Caire (AUC). A 18 ans, il fonde Islamway.com, une bibliothèque de prêches d’inspiration salafiste, vouée à un énorme succès. Cette grande religiosité, habillée des atours d’un geek de la Côte ouest, est encore présente dans sa communication en ligne parsemée de formules coraniques.

Il vous reste 64.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Via LeMonde Afrique

Continuer La Lecture

Actualité

Covid-19 : Pourquoi les vaccins seront plus chers en Afrique

Publié

sur






Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Afrique

Les harkis et leurs descendants s’estiment toujours « indésirables » des mémoires franco-algériennes

Publié

sur


Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Portraits d'identités des parents de Dalila Kerchouche. Fille de harkis

Il y a un camp mal aimé, pour ne pas dire honni, qui attendait les conclusions de la mission de Benjamin Stora sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » avec impatience, espoir et pas mal de scepticisme aussi.

En effet, les harkis – et leurs descendants – se demandaient si leur « douleur » d’avoir été abandonnés par l’Etat français au lendemain de la fin du conflit en 1962 serait « enfin » reconnue dans « la réconciliation entre les peuples français et algérien » que souhaite Emmanuel Macron.

Lire aussi France-Algérie : les 22 recommandations du rapport Stora

Ce rapport – remis mercredi 20 janvier au chef de l’Etat – propose, parmi vingt-deux recommandations, de « voir avec les autorités algériennes la possibilité de faciliter le déplacement des harkis et de leurs enfants entre la France et l’Algérie ». Cet avis a été accueilli avec étonnement, déception et colère.

Dalila Kerchouche est journaliste et fille de harki. Ici, chez elle, dans le département de la Seine-Saint-Denis, en janvier 2021.

« La libre circulation ? Mais c’est déjà le cas », souligne Boaza Gasmi, président du Comité national de liaison des harkis. Comme d’autres représentants associatifs, il explique que « la plupart » des supplétifs engagés dans l’armée française ont pu retourner « avec plus ou moins de difficultés » sur leur terre natale.

C’est déjà trop tard

Seule une minorité, la plus active durant les sept années de guerre, n’a jamais pu – et ne pourra jamais – reposer un pied en Algérie. « Et la majorité des harkis sont restés en Algérie après la guerre. Certains ont été massacrés, les autres ont vécu dans de terribles conditions là-bas », rappelle M. Gasmi.

Fatima Besnaci-Lancou, historienne, chez elle à Paris, en janvier 2021.

« Réduire le drame des harkis à une seule mesure me choque profondément, tonne la journaliste Dalila Kerchouche, auteure de Mon père, ce harki (publié en 2003 au Seuil). Les enfants des harkis n’ont jamais été interdits de circuler en Algérie. » Pour l’historienne Fatima Besnaci-Lancou, membre du conseil scientifique du mémorial du camp de Rivesaltes où des familles de harkis ont été enfermées, cette question de circulation était « importante il y a quelques années, reconnaît-elle. J’y suis très sensible mais, aujourd’hui, la plupart des harkis ne sont plus en vie, les autres sont trop âgés pour voyager. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi France-Algérie : « Il faut trouver la “juste mémoire” », selon Benjamin Stora

Brahim Sadouni, 78 ans, un harki qui habite à Rouen (Seine-Maritime), a essayé à plusieurs reprises de retourner en Algérie, sans succès. « Je ne sais pas pourquoi, ça doit être à la tête du client. Quel crime ai-je commis ? Je n’ai jamais mis une gifle à quelqu’un, raconte-t-il encore ému. J’ai été enrôlé de force à l’âge de 17 ans, et mon père était un moudjahid (ancien combattant). Je n’ai jamais fait de mal à l’Algérie. »

Le vieil homme a accueilli la recommandation de Benjamin Stora sur les harkis et leurs enfants avec bienveillance mais, pour lui, c’est déjà trop tard. Aujourd’hui, au crépuscule de sa vie, il a décidé de ne plus tenter de retourner de l’autre côté de la Méditerranée où vivent encore sa mère et l’une de ses sœurs.

Attiser davantage les rancœurs

Photo d'archive de Fatima Besnaci-Lancou. Photo qui date de 1959. Fatima est à gauche de l'image avait 5 ans.

« Les dirigeants algériens nous ont découragés d’aimer notre pays. Les harkis qui vivent là-bas le font tête baissée. Ce pouvoir est injuste, clame-t-il. Des anciens cadres du FLN (Front de libération nationale) peuvent venir chez moi en France, mais on ne veut pas me laisser rentrer chez moi en Algérie, c’est incompréhensible et méprisant. »

Malgré cette douloureuse situation, Brahim Sadouni continue de parler de l’Algérie avec tendresse. Près de soixante ans après la guerre, il se considère toujours comme un enfant des Aurès (dans l’est du pays) et souhaite seulement le meilleur pour son autre pays. « Vous savez, quand l’Algérie va mal, on va mal aussi », conclut-il.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mémoire franco-algérienne : l’incessante déchirure de la scène politique française

Au-delà du cas de M. Sidouni, le rapport Stora a du mal à passer chez les représentants des harkis. Ces derniers assurent qu’il va attiser davantage les rancœurs. « Ce n’est pas étonnant. Ce rapport ne cherche pas à reconnaître la trahison de la France envers les harkis, que l’Etat les a abandonnés et parqués dans des camps. Pour moi, le rapport n’oublie pas les harkis, il les enterre », argue Mme Kerchouche.

La journaliste voit dans ce rapport « une nouvelle insulte faite à nos pères ». Fatima Besnaci-Lancou, quant à elle, se demande si « cette recommandation qui n’aboutit à rien d’essentiel » a été formulée pour ne pas froisser le pouvoir algérien sur la question des harkis.

Sortir du déni

Car, à Alger, Abdelmadjid Chikhi, l’historien chargé de travailler conjointement avec Benjamin Stora sur les questions mémorielles entre les deux pays, ne semble pas vouloir débattre du sujet des anciens supplétifs de l’armée française. « Je souligne à ce titre que certains dossiers sont hors de discussion, tel que le sujet des harkis, d’autant que leur départ en France a été un libre choix (…). Il revient aux Français de se réconcilier avec leur histoire », a récemment déclaré cet ancien combattant de la guerre d’indépendance qui dirige le Centre national des archives algériennes et conseille le président Abdelmadjid Tebboune.

Portraits d'identités des parents de Dalila Kerchouche.

En réalité, la recommandation Stora serait surtout destinée aux autorités algériennes, une manière de les pousser à sortir du déni, à reconnaître officiellement qu’elles ont de facto accepté depuis longtemps le retour des harkis et de leurs enfants sur leur terre d’origine. M. Stora voudrait que ces retours soient assumés publiquement par Alger et non seulement tolérés en silence. Alors, pourquoi ne pas l’avoir écrit plus explicitement ?

Lire aussi Mémoire franco-algérienne : à Alger, l’opinion demande une réparation à l’écart des récupérations officielles

Quoi qu’il en soit, les harkis et leurs descendants s’estiment, une fois de plus, effacés des mémoires franco-algériennes. « Les harkis restent indésirables dans l’histoire entre les deux pays », regrette Mme Kerchouche. C’était d’ailleurs une crainte exprimée avant la remise du rapport au président de la République. Une méfiance aussi vis-à-vis de Benjamin Stora qu’ils considèrent trop proche des autorités algériennes. Alors, en août 2020, l’association Génération harkis a saisi le Conseil d’Etat d’un recours en annulation de la décision d’Emmanuel Macron de confier cette mission mémorielle à l’historien.

Pour autant, certains représentants des harkis ne font pas que des reproches au rapport. La mise en place d’une commission « Mémoires et vérité », censée impulser des initiatives mémorielles communes entre les deux pays de la Méditerranée, pourrait permettre aux harkis et à leurs descendants de parler de leur histoire.

« Manipulations et mensonges »

« C’est ce que je réclame depuis longtemps. Je suis heureux que Benjamin Stora ait repris cette idée, note Mohand Hamoumou, 64 ans, fils de harkis. La vérité historique doit être recherchée et dite pour guérir les plaies et non pour les rouvrir. Etre dans un esprit de pardon ne signifie pas qu’on oublie. »

Mais l’ancien maire de Volvic (Puy-de-Dôme) insiste sur la notion de « réciprocité », absente selon lui du rapport : « L’Algérie doit poser un regard lucide sur le passé car on sait que, pour le pouvoir algérien, la guerre d’indépendance est utilisée à des fins politiques et pour cacher son échec. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mémoire entre la France et l’Algérie : les deux fronts de la bataille des archives

Fatima Besnaci-Lancou parle quant à elle de « manipulations et mensonges » qui continuent de « créer du ressentiment », génération après génération. L’historienne aurait souhaité que l’Algérie « fasse un pas » en abrogeant, par exemple, l’article 68 de la loi du 5 avril 1999 « relative au moudjahid et au chahid (martyr) » qui fait allusion aux harkis : « Perdent leurs droits civiques et politiques, conformément à la loi en vigueur, les personnes dont les positions pendant la révolution de libération nationale ont été contraires aux intérêts de la patrie et ayant eu un comportement indigne» Ou encore en revoyant la façon dont les harkis sont racontés dans les manuels scolaires. « Il faut qu’on élève le débat », martèle-t-elle.

« Le temps des tribunaux »

D’autres porte-voix de la cause auraient préféré que le rapport Stora pousse le président de la République à reconnaître à travers une loi l’abandon de la France, principale revendication des harkis et de leurs descendants. Quoi qu’il en soit, pour le juriste Charles Tamazount, président du Comité harkis et vérité, le temps des rapports politiques ou mémoriels est terminé.

Charles Tamazount, juriste et fils de harkis, est président du Comité harkis et vérité. Ici chez lui, dans le département de la Seine-et-Marne, en janvier 2021.

« C’est le temps des tribunaux », clame-t-il. En octobre 2018, il a obtenu gain de cause auprès du Conseil d’Etat à travers une décision sans précédent : l’Etat s’est vu condamné à verser 15 000 euros à son frère, fils de harki né et ayant vécu dans des camps de transit, au titre des « préjudices matériels et moraux subis ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au cœur de la mémoire entre la France et l’Algérie : le combat des irradiés du Sahara

Dans un communiqué de presse, la plus haute juridiction administrative française avait estimé que « la responsabilité pour faute de l’Etat doit être engagée » pour « les conditions de vie indignes réservées aux familles de harkis dans les camps où elles ont été accueillies en France après l’indépendance de l’Algérie ». « Nous avons une vérité judiciaire, c’est plus fort que la vérité historique », assure M. Tamazount.

Aujourd’hui, l’affaire a été portée devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). « La plainte a été jugée recevable en septembre, informe M. Tamazount. Nous attendons la décision. C’est la première fois que notre histoire va être jugée par des non-Français et des non-Algériens. Nous allons avoir peut-être une approche internationale et plus objective. »



Via LeMonde Afrique

Continuer La Lecture

Suggestion