Suivez-nous

Afrique

des Bleus sans certitudes au Mondial

Publié

sur


Le Norvégien Sander Sagosen, face aux Français Adrien Dipanda et Romain Lagarde, lors de la défaite des Bleus, le 12 janvier 2020 à l’Euro de handball.

Redire, refaire, répéter, inlassablement. Guillaume Gille aura eu tout le loisir, ces derniers mois, de réviser le Mythe de Sisyphe. Nommé entraîneur de l’équipe de France masculine de handball après le fiasco de l’Euro en janvier 2020 (élimination dès le premier tour, une première), l’ancien international a attendu près d’un an pour diriger les Bleus dans un match officiel – contre la Serbie lors d’une double confrontation, les 5 et 9 janvier. La faute au Covid-19, qui a reporté le tournoi de qualification olympique, prévu en avril 2020, puis les matchs qualificatifs à l’Euro 2022, programmés en octobre, contre la Belgique et la Grèce.

Un an de doutes, de questionnements, de remises en cause, pour une « équipe en période de reconstruction ». Avec, parfois, le sentiment de vivre « un cauchemar, un long tunnel dont on ne sort jamais », de l’aveu même du technicien chambérien dans un entretien à L’Equipe début janvier.

« On se retrouve sans séquences, sans entraînement, sans matchs, sans possibilité de se réunir… Il fallait faire, défaire, refaire en permanence, des plans A, B, C, D », analyse avec le recul celui qui compare volontiers le parcours des Bleus à une longue ascension devant les mener jusqu’à l’or olympique, à Tokyo, en août.

Lire aussi Handball : l’équipe de France engagée dans un « processus de reconstruction »

Voilà désormais Guillaume Gille au pied d’un premier sommet : le Mondial de handball, qui se déroule du 13 au 31 janvier en Egypte. L’équipe de France fera son entrée en matière le 14 janvier, contre la Norvège – double vice-championne du monde en titre –, avant d’affronter l’Autriche puis la Suisse (les 16 et 18 janvier).

« Loin de son niveau »

L’obstacle du tour préliminaire ne paraît pas insurmontable pour une équipe de France qui compte dans ses rangs des joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens (une dizaine d’internationaux ont participé au Final Four de la Ligue des champions, fin décembre).

Huitièmes du dernier Euro, les Autrichiens ne représentent pas une réelle menace. Quant aux Suisses, ils ne doivent leur présence en Egypte qu’au forfait, à la veille du début de la compétition, de l’équipe des Etats-Unis, décimée par des cas de Covid dans ses rangs – peu après celui de la sélection tchèque (groupe G). Un changement de dernière minute qui ne fait toutefois pas les affaires de la France, la sélection helvète est un adversaire autrement plus coriace que Team USA.

D’autant que les Bleus ne se présentent pas au pied des pyramides de Gizeh sous leur meilleur profil. Une défaite, le 5 janvier en Serbie lors des qualifications à l’Euro 2022, suivie d’un nul, quatre jours plus tard, arraché dans les derniers instants du match retour, ont fait resurgir les maux dont souffraient les Bleus il y a un an : défense perméable, manque d’inspiration en attaque, montées de balle approximatives… Les chantiers sont nombreux.

Il vous reste 58.28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.





Via LeMonde Afrique

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afrique

A Daleside, banlieue fantôme de Johannesburg, une irrésistible envie de vivre

Publié

sur



Au XIXe siècle, la richesse en or de cette région d’Afrique du Sud fit de Daleside une cité afrikaner prospère. Mais la désindustrialisation est passée par là. Pendant cinq ans, deux photographes, l’un noir et sud-africain, Lindokuhle Sobekwa, l’autre blanc et français, Cyprien Clément-Delmas, sont allés à la rencontre de sa population.



Via LeMonde Afrique

Continuer La Lecture

Afrique

« La RDC ne devrait pas récompenser ceux qui ont pris les armes contre elle »

Publié

sur


Des miliciens de la Codeco montent la garde lors d’une réunion avec d’anciens chefs de guerre à Wadda, en Ituri, le 19 septembre 2020.

Hantées par les guerres du passé, les provinces orientales de la République démocratique du Congo (RDC) sont toujours en proie à des violences impliquant des groupes armés. Les civils sont les principales victimes de ces conflits sans fin, contraints de vivre dans la peur ou de rejoindre les rangs des millions de déplacés. Pour la Mission de l’ONU en RDC (Monusco), la situation sécuritaire « alarmante » qui prévaut dans cette région frontalière du Soudan du Sud, de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi est la priorité. La majorité de ses près de 15 000 casques bleus y sont déployés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En RDC, les mille et une guerres des provinces orientales

En décembre 2020, le retrait de la Monusco de RDC a été décidé par l’ONU et le gouvernement congolais. Il devrait prendre plusieurs années. Sa cheffe et représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU dans le pays, l’Algérienne Leila Zerrougui, dont le mandat se termine en février, dresse un bilan de son action.

Comment se fait-il que les groupes armés continuent de prospérer dans l’est de la RDC, malgré les initiatives en faveur de leur désarmement ?

Pour répondre, il faut remonter le fil des rebellions qui ont marqué l’histoire du pays ces trente dernières années. Après la chute de Mobutu Sese Seko, en 1997, les dirigeants des principaux groupes armés se sont mis d’accord pour se partager le pouvoir. Une loi d’amnistie a été votée et les anciens rebelles ont été intégrés dans les troupes régulières. Certains de leurs chefs se sont reconvertis dans la politique, mais les conflits n’ont pas cessé pour autant, notamment dans les provinces orientales.

Après la deuxième guerre du Congo (1998-2003), de nouvelles amnisties ont été décidées, en 2006, pour essayer de tourner la page de la violence. Mais le problème s’est posé de nouveau quelques années plus tard avec la crise au Nord-Kivu : une fois de plus, il a été décidé d’intégrer dans l’armée les ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), de Laurent Nkunda. La précédente loi d’amnistie a donc été étendue. Et cela s’est reproduit encore en 2013 avec les membres du Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion issue du CNDP.

Aujourd’hui, une multitude de groupes armés réclament les mêmes conditions de démobilisation. C’est devenu un cercle vicieux : tuer, violer, massacrer, négocier, demander à intégrer l’armée, réclamer un grade et imposer de rester là où les crimes ont été commis, recommencer… Il faut que ça s’arrête. La RDC ne devrait pas récompenser ceux qui ont pris les armes contre elle. Mais elle ne peut pas non plus laisser quelqu’un qui sait manier les armes mendier dans la rue. C’est là toute la difficulté des programmes dits de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR).

Une grande partie des violences qui déchirent aujourd’hui l’Ituri (nord-est) sont attribuées aux miliciens de la Coopérative pour le développement du Congo (Codeco), un groupe mystico-militaire qui prétend défendre les Lendu et mènent des assauts meurtriers contre des Hema et les militaires congolais. Comment se fait-il que les autorités n’aient pas pu vaincre ce mouvement ?

Depuis des décennies, on s’efforce de traiter les effets du conflit, mais pas le fond du problème. Chaque milice prétend défendre sa communauté et la guerre structure tout : l’économie, les relations entre les ethnies, l’accès à la terre, son utilisation… La priorité du gouvernement, c’est d’asseoir l’autorité de l’Etat dans ces zones. Il faut s’assurer que les militaires et les policiers sont payés, qu’ils sont casernés et ne sont pas tentés, eux-mêmes, de créer des réseaux criminels. C’est un travail qui n’est pas facile à mener, mais il faut le commencer. Sans cela, les groupes armés risquent une fois encore de passer pour des sauveurs alors qu’ils sont en réalité des prédateurs.

Lire aussi Dans l’est de la RDC, miliciens maï-maï et banyamulenge se livrent une guerre sans fin

Notre rôle, en tant que représentants des Nations unies en RDC, c’est d’aider les autorités à rétablir la paix. Plutôt qu’une intégration des milices dans l’armée, nous soutenons une intégration dans les communautés, ce qui aide les populations à absorber ceux qui ont pris les armes en leur nom ou contre eux. Cela passe par des créations d’emploi, mais aussi par une certaine stabilité juridique pour que chacun puisse faire valoir ses droits et que ceux qui profitent de la situation de crise soient sanctionnés. C’est la vulnérabilité qui pousse les gens à se placer derrière un groupe armé.

N’est-ce pas surtout un problème de moyens ? Le programme DDR n’est-il pas sous-doté, faute d’engagements des bailleurs de fonds ?

Si un cadre légal est instauré, si l’Etat congolais montre qu’il s’implique dans la durée, qu’il est volontaire pour faire changer les choses, la communauté internationale suivra. La RDC n’est pas un pays pauvre, c’est l’instabilité qui décourage les investisseurs. Pour en finir avec ces violences, il faut des directives très claires et un contrôle de l’Etat sur ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, tout en laissant de la flexibilité dans la mise en œuvre au niveau local en Ituri, au Sud-Kivu, au Nord-Kivu.

Concrètement, on doit s’interroger sur les conditions de vie des communautés : est-ce que ce sont des éleveurs ? Des agriculteurs ? Faut-il mettre à leur disposition des terres ? Ouvrir une route pour encourager la mobilité ? Vient ensuite la question de la justice transitionnelle et de la réconciliation. Et pour finir, il est indispensable de veiller à ce que deviennent les chefs de guerre, qui doivent à tout prix répondre de leurs crimes. Et quels sont ceux que les communautés sont prêtes à pardonner ? En cas de récidive, ces gens doivent être arrêtés et jugés. C’est comme ça qu’on rétablit la paix.

Lire aussi Une Guinéenne nouvelle émissaire de l’ONU en RDC

Vous êtes à la tête de la Monusco depuis 2017 et vous vous apprêtez à passer la main. A l’heure du bilan, de quoi êtes-vous le plus satisfaite ?

Quand je suis arrivé en RDC, tout le monde pensait que ce pays allait brûler. J’ai essayé de convaincre mon équipe que nous pouvions faire la différence en travaillant à la tenue d’élections relativement pacifiées [tenues en décembre 2018 avec deux ans de retard]. Le contexte était compliqué et le processus n’a pas été parfait : il y a eu beaucoup de tensions, des gens emprisonnés, des manifestations, des personnes tuées… Mais le scrutin a abouti à un transfert de pouvoir et, pour moi, c’était une première étape. Je pense que la Monusco a joué son rôle. Mais il ne faut pas que ce soit un accident de l’histoire.

Et votre plus grand regret ?

Il y a beaucoup de choses que j’aurais voulu ou dû faire et que je n’ai pas faites. Mais je ne suis pas la présidente de la RDC : je représente le secrétariat général d’une mission de maintien de la paix dans un pays souverain. Alors que mon départ approche, il est vrai que je suis un peu inquiète : est-ce que les efforts menés, de même que le processus commencé en 2018, vont se poursuivre ? La RDC va-t-elle replonger dans la crise ? Je regrette que nous n’ayons pas davantage avancé sur le programme DDR. Le processus en est encore à ses balbutiements et j’espère que ceux qui viendront après moi feront mieux.



Via LeMonde Afrique

Continuer La Lecture

Afrique

pour la famille de Patrice Lumumba, le temps de la restitution « symbolique »

Publié

sur


Patrice Lumumba (à droite), premier ministre du Congo-Kinshasa de l’époque, et Joseph Okito (à gauche), vice-président du Sénat, lors de leur arrestation à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa), le 1er novembre 1960.

Soixante ans après son assassinat, la famille de Patrice Lumumba attend toujours un procès à Bruxelles, mais va enfin récupérer ce qui a valeur de « relique » pour les Congolais, une dent du héros de la lutte anticoloniale dont le corps n’a jamais été retrouvé.

« C’est un symbole important pour la famille et tout le peuple congolais », affirme à l’AFP le chef du parquet fédéral belge, Frédéric Van Leeuw, à propos de cette restitution qui devrait donner lieu dans les semaines ou mois à venir à une cérémonie officielle à Bruxelles, avec les enfants du défunt. Avant l’hommage en République démocratique du Congo.

Lire aussi La ville de Bruxelles rend hommage au Congolais Patrice Lumumba en donnant son nom à une place

En décembre 2020, le président congolais Félix Tshisekedi a lui-même annoncé son intention d’organiser un hommage national le 30 juin 2021, date du 61anniversaire de l’indépendance, après le « rapatriement des reliques ». L’idée est d’offrir enfin une sépulture à celui qui fut un éphémère premier ministre du pays (de juin à septembre 1960).

En fait de « reliques », il s’agit de récupérer puis rapatrier une dent saisie par la justice chez la fille d’un commissaire de police belge ayant contribué à faire disparaître le corps. Juliana Lumumba, fille du héros assassiné, en avait exprimé le souhait dans un courrier adressé à Philippe, roi des Belges, à l’été 2020, en plein mouvement planétaire Black Lives Matter.

« Diable », homme à « éliminer »

Patrice Lumumba a été assassiné par des séparatistes katangais et des mercenaires belges le 17 janvier 1961 dans le sud-est du Congo pendant le chaos qui a suivi la proclamation de l’indépendance. Il avait 35 ans. Son corps, dissous dans l’acide, n’a jamais été retrouvé.

Le 30 juin 1960, devant le jeune roi Baudouin, il avait livré une mémorable diatribe anticolonialiste, appelant ses concitoyens à « une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant esclavage qui nous a été imposé par la force ».

Lire aussi La mort de Lumumba, une mission du MI6 ?

Ce dirigeant nationaliste était perçu comme prosoviétique, représentant une menace pour les intérêts belges, particulièrement au Katanga, province riche en cuivre. Jusqu’à être qualifié de « diable », d’homme à « éliminer », selon des télex échangés fin 1960 entre Bruxelles et l’ancienne colonie tout juste indépendante.

Soixante ans plus tard, l’enquête judiciaire ouverte en Belgique pour « crime de guerre » est dans sa phase finale selon l’avocat Christophe Marchand, qui a déposé plainte en 2011 au nom de François Lumumba, l’un des fils. « On se dirige vers une audience cette année devant la chambre du conseil du tribunal de Bruxelles [juridiction de renvoi] pour voir si le dossier peut déboucher ou pas sur un procès en cour d’assises », déclare MMarchand à l’AFP.

Les « excuses » de la Belgique

Pour lui, le temps presse car seules deux des dix personnes initialement ciblées par la plainte sont encore en vie. Il s’agit de l’ancien diplomate Etienne Davignon, 88 ans, et de l’ex-haut fonctionnaire Jacques Brassinne de la Buissière, 91 ans, selon des sources proches du dossier.

La plainte, consultée par l’AFP, accuse « diverses administrations de l’Etat belge » d’avoir « participé à un vaste complot en vue de l’élimination politique et physique de Patrice Lumumba ». Elle rappelle que l’armée belge avait déployé « quelque 200 officiers » pour encadrer les forces de l’ordre de la province sécessionniste du Katanga, où le crime a eu lieu.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Cinquante ans après, la justice belge rouvre le dossier Patrice Lumumba

« Il peut y avoir des charges, mais elles doivent devenir des preuves pour justifier un procès ou une condamnation », fait valoir M. Van Leeuw, qui évoque des investigations « particulièrement difficiles » pour une poignée d’enquêteurs confrontés à « des tonnes d’archives ». « Il faut avoir la preuve qu’une personne au sein d’une chaîne de commandement avait connaissance de ce qui allait se passer et voulait vraiment ce qui est arrivé », poursuit le procureur fédéral.

Il assure qu’en qualifiant en 2012 l’assassinat de « crime de guerre [ce qui le rend imprescriptible], la cour d’appel de Bruxelles est allée au-delà de la commission d’enquête » du Parlement belge, qui avait conclu en 2001 à la « responsabilité morale » de la Belgique. L’année suivante le gouvernement belge avait présenté les « excuses » du pays.

Pour l’association antiraciste Bamko, Patrice Lumumba est une figure majeure qui mérite davantage que la « petite placette » à son nom inaugurée en 2018 à Bruxelles, en bordure de Matongé, le quartier de la diaspora africaine dans la capitale belge.

« Des personnes comme lui nous permettent de nous tenir debout et d’être dignes, affirme Mireille-Tsheusi Robert, présidente de Bamko, Belge d’origine congolaise. Lui rendre justice, c’est aussi rendre justice à tous les afrodescendants du Congo. »

Le Monde avec AFP



Via LeMonde Afrique

Continuer La Lecture

Suggestion