Les donateurs du fonds pour l’Amazonie bloquent tour à tour leurs dons, effrayés par la déforestation galopante qu’entraîne la politique de Jair Bolsonaro.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 22h30, mis à jour à 22h35

Temps de Lecture 1 min.

Photo aérienne de la déforestation en Amazonie, le 3 septembre 2015.
Photo aérienne de la déforestation en Amazonie, le 3 septembre 2015. Nacho Doce / REUTERS

La Norvège, pays où un tiers des véhicules sont électriques, s’impose encore comme le fer de lance de la lutte écologique. Jeudi 15 août, le ministre de l’environnement et du climat a annoncé le blocage de 30 millions d’euros de subventions destinées au Brésil. « Le Brésil a rompu l’accord avec la Norvège et l’Allemagne depuis que le pays a suspendu le conseil d’administration et le comité technique du fonds pour l’Amazonie », a estimé Ola Elvestuen dans le journal norvégien Dagens Naeringsliv (DN). Oslo versait 8,3 milliards de couronnes (828 millions d’euros) chaque année à ce fonds pour l’Amazonie, créé en 2008, mais, d’après le gouvernement norvégien, le Brésil ne semble « plus souhaiter arrêter la déforestation ».

Le déboisement en juillet a été quatre fois supérieur au même mois en 2018, d’après les chiffres officiels. Une situation qui fait office de rupture de contrat pour les donateurs du fonds, estime la Norvège. Le gouvernement brésilien ne peut « pas faire cela sans que la Norvège et l’Allemagne ne soient d’accord », a jugé le ministre Elvestuen.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déforestation record au Brésil, le jeu dangereux de Jair Bolsonaro

35 millions déjà bloqués par l’Allemagne

Les déboursements annuels norvégiens fluctuent en fonction des résultats obtenus dans la lutte contre la déforestation, calculés par un comité technique. Selon des calculs encore provisoires basés sur les volumes de déforestation en 2018, Oslo aurait dû verser cette année à Brasilia quelque 300 millions de couronnes (30 millions d’euros), ce qu’il refuse désormais.

Alerté par les chiffres montrant une intensification de la déforestation depuis l’arrivée au pouvoir du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, le gouvernement allemand a également annoncé samedi suspendre une partie de ses subventions. Berlin a bloqué 35 millions d’euros jusqu’à ce que les chiffres de la déforestation redeviennent encourageants, tout en continuant toutefois de contribuer au Fonds de préservation de la forêt amazonienne.

M. Bolsonaro avait réagi en affirmant que son pays n’avait « pas besoin » des subventions allemandes. Le président brésilien martèle qu’il ne cédera pas à la « psychose environnementale » et que « l’Amazonie est à nous, pas à vous ».

Réagissez ou consultez l’ensemble des contributions

LeMonde.fr