Suivez-nous

Europe

Comment l’Europe tente de sauver son économie ?

Publié

sur

Jamais l’Europe n’a autant dépensé pour soutenir son économie. Que ce soient les institutions européennes, avec le plan de relance historique de 750 milliards d’euros décidé en juillet, ou les Etats pris individuellement, l’effort économique face à la pandémie est sans précédent. « Au total, en zone euro, les plans déjà annoncés s’élèvent à plus du double de ce qui a été fait en 2009 lors de la crise financière », note Felix Huefner, économiste à UBS, installé en Allemagne. Selon ses calculs, ils frôlent 5 % du produit intérieur brut (PIB) en zone euro. Soit 600 milliards d’euros, en excluant les prêts garantis par les Etats, dont le coût ne sera connu que dans quelques années. Le recours au chômage partiel, les aides sociales et le report massif d’impôts divers ont été généralisés à travers le continent.

Ce n’est qu’un début. Après les mesures destinées à maintenir les économies à flot, place désormais aux plans de relance. Jeudi 3 septembre, le gouvernement français va présenter le sien, avec une enveloppe totale de 100 milliards d’euros. Selon le pointage de Global Sovereign Advisory, ce sera le septième pays du G20 à opérer un plan de relance, tandis que cinq autres sont attendus en septembre et octobre.

Quelles leçons tirer jusqu’à présent de cette action sans précédent des pouvoirs publics ? Faut-il en faire plus ? Faut-il privilégier l’offre (l’aide aux entreprises) ou la demande (l’aide aux ménages) ?

L’Europe fait deux fois moins que les Etats-Unis

La première leçon concerne le manque d’ampleur des aides en Europe : si énormes soient-elles, elles restent beaucoup moins importantes que celles effectuées aux Etats-Unis (13 % du PIB) ou même au Royaume-Uni (8,6 %). « L’Europe devrait sans doute faire plus mais c’est difficile à cause des faiblesses de la zone euro », note Eric Dor, directeur des études économiques à l’Iéseg, une école de commerce. L’Italie et l’Espagne en particulier, qui se remettent à peine de la crise de la monnaie unique de 2012, manquent de marge de manœuvre : leurs plans de relance sont inférieurs à 5 % du PIB pour l’instant, là où l’Allemagne fait 6,9 %, et la France plus de 9 % en comptant celui qui doit être présenté jeudi 3 septembre.

« L’Italie et l’Espagne ont sans doute fait assez pour faire face à l’urgence, relativise Marchel Alexandrovich, économiste à Jefferies, une banque américaine. Mais la question est de savoir s’ils peuvent continuer au même rythme en 2021. Pour l’instant, les marchés ne s’inquiètent pas de l’endettement élevé de ces pays, mais cela va-t-il durer ? »

Il vous reste 76.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Le Parlement de Norvège visé par une attaque informatique

Publié

sur

L’attaque a été détectée il y a « un peu plus d’une semaine », selon un communiqué du Parlement.

Le Parlement norvégien a annoncé, mardi 1er septembre, avoir été la cible d’une attaque informatique. Son origine est encore inconnue, et la directrice de l’administration du Parlement, Marianne Andreassen, la qualifie « d’importante » : les messageries de plusieurs députés et employés du Parlement, dont le nombre n’a pas été communiqué, ont été piratées.

« Nos analyses montrent que des quantités variables de données ont été téléchargées », a fait savoir l’institution dans un communiqué. Selon Marianne Andreassen, les autorités ont détecté des « anomalies il y a un peu plus d’une semaine » et ont pris des mesures qui mis fin l’intrusion.

Enquête en cours

L’autorité de sécurité nationale (NSMt), un organe du renseignement norvégien, assiste le Parlement dans l’enquête sur cette attaque. Une plainte a également été déposée auprès de la police.

Dans le quotidien norvégien Dagbladet, le parti travailliste – principal parti d’opposition – a déclaré que plusieurs de ses élus et employés comptaient parmi les victimes de ce piratage. « Je m’attends à une inspection exhaustive » de la sécurité du Parlement, a déclaré l’élu travailliste Fredric Holen Bjordal à la chaîne TV2.

Dans leur rapport annuel d’évaluation des menaces publié début février, les services norvégiens de renseignement intérieur (PST) mettaient en garde contre les cyberattaques qui constituent, selon eux, « une menace persistante et à long terme pour la Norvège ».

« En faisant abstraction des frontières et sans préavis, un acteur hostile peut causer de graves dommages aux entreprises et aux infrastructures norvégiennes. »

Des informations sensibles peuvent être « dérobées ou manipulées » et des infrastructures essentielles « perturbées ou détruites », précisaient-ils.

Le Monde

via LeMonde

Continuer La Lecture

Europe

Les tensions gréco-turques se multiplient autour de Kastellorizo

Publié

sur

Des soldats grecs dans le port de la petite île grecque de Kastellorizo, à deux kilomètres au large de la côte sud de la Turquie.

La Turquie a exigé, lundi 31 août, que la Grèce retire ses soldats de l’île grecque de Kastellorizo, située à deux kilomètres des côtes turques, l’accusant de « piraterie » et citant un traité de démilitarisation de l’île daté de 1947. La publication, la semaine dernière, de photos de l’AFP montrant des militaires grecs en train d’arriver sur l’île a suscité la colère d’Ankara. « Nous ne permettrons pas une telle provocation près de nos côtes », a déclaré le porte-parole du ministère turc des affaires étrangères, Hami Aksoy.

Le ministère grec de la défense, Nikos Panagiotopoulos, a calmé les esprits en précisant qu’il s’agissait d’une simple rotation de ses effectifs. Près de 300 militaires sont stationnés à Kastellorizo pour une population d’environ 500 habitants. Pour la Grèce, comme pour Chypre, cette île est importante car elle permet aux zones économiques exclusives (ZEE) des deux Etats d’être reliées entre elles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Tensions en Méditerranée : la France au secours de la Grèce face à la Turquie

La délimitation des ZEE oppose la Grèce et la Turquie. La Grèce affirme que les îles doivent être prises en compte dans la délimitation de son plateau continental, conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (Unclos) qu’elle a signée, contrairement à Ankara. La Turquie estime, pour sa part, que le plateau continental d’un pays doit être mesuré à partir de son continent et que la zone située au sud de Kastellorizo fait donc partie de sa zone exclusive.

Les découvertes récentes de gisements de gaz en Méditerranée s’annoncent prometteuses pour Chypre, Israël et l’Egypte, mais pas pour la Turquie, restée en dehors du droit international, puisqu’elle n’a pas signé la Convention sur le droit de la mer et qu’elle ne reconnaît pas Chypre. Se sentant exclues de la manne gazière, les autorités turques font feu de tout bois pour obtenir un accès aux ressources.

« Un motif de guerre »

Des navires turcs multiplient depuis des mois leurs manœuvres exploratoires et militaires dans la zone, au risque d’aggraver les tensions avec le voisin grec qui est aussi le partenaire au sein de l’OTAN. Les efforts de médiation menés par l’Allemagne entre Ankara et Athènes ont échoué au début du mois d’août, après que la Grèce a annoncé la signature d’un accord de délimitation maritime avec l’Egypte qui remet en question un accord signé en novembre 2019 entre la Turquie et le gouvernement de Tripoli en Libye.

Le premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, a, de son côté, annoncé la rédaction prochaine d’un projet de loi sur l’« extension de la zone littorale en mer Ionienne », soit l’espace maritime partagé avec l’Italie. L’extension prévue ira de six à douze miles marins (de 11 à 22 kilomètres) comme le prévoit l’Unclos.

Il vous reste 33.37% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

via LeMonde

Continuer La Lecture

Europe

Djihadistes étrangers : les Etats-Unis s’opposent au reste du monde à l’ONU

Publié

sur

L’ambassadrice américaine à l’ONU, Kelly Craft, le 20 août à New York.

Les Etats-Unis ont mis lundi 31 août à l’ONU leur veto à une résolution sur le sort des combattants djihadistes étrangers au motif que le texte ne demandait pas leur rapatriement, illustrant un fossé qui se creuse avec notamment leurs alliés européens.

Rédigé par l’Indonésie, membre non permanent du Conseil de sécurité, le texte a recueilli 14 voix en sa faveur, seuls les Etats-Unis votant contre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pendant la pandémie, les guerres, de la Syrie à la Birmanie, continuent

Sur ce sujet de la lutte contre le terrorisme, qui était jusqu’à présent consensuel entre Occidentaux et au-delà dans les instances internationales, la décision des Etats-Unis d’utiliser leur veto est spectaculaire et semble traduire une irritation croissante de Washington à l’égard des Européens. « Le veto est devenu très bon marché », déplore un diplomate sous couvert d’anonymat, en jugeant « très dommageable » la position retenue par Washington pour les relations transatlantiques.

Camouflet pour l’Indonésie

Censée renforcer l’action internationale contre le terrorisme, la résolution indonésienne « était pire que pas de résolution du tout », a tranché dans son explication de vote l’ambassadrice américaine à l’ONU, Kelly Craft. Sans référence au « premier pas crucial » qui est le « rapatriement dans leur pays d’origine ou de nationalité » des combattants étrangers, cette résolution « échoue » à renforcer la lutte contre le terrorisme, a-t-elle insisté, et les Etats-Unis se refusent en conséquence à participer « à une farce aussi cynique et volontairement inconsciente ».

Lire aussi Selon l’ONU, la situation en Syrie constitue « la plus grosse crise aujourd’hui dans le monde »

Outre le signal négatif envoyé aux Européens, le veto américain représente un camouflet sévère pour l’Indonésie, qui avait fait de ce texte l’une des priorités de sa présidence en août du Conseil de sécurité.

Lors d’une conférence de presse, l’ambassadeur indonésien à l’ONU, Dian Triansyah Djani, a regretté la non adoption de cette « résolution importante » qui aurait fait de la planète « un monde plus sûr pour nous tous » et qui a reçu un « soutien majoritaire des membres » du Conseil. L’Indonésie a cherché un consensus en gardant en tête « la vision plus grande que nous devrions être unis dans le combat contre le terrorisme », a-t-il fait valoir.

Limiter la récidive

Le projet de résolution indonésien encourageait les membres de l’ONU à réinsérer dans leur société les ex-combattants étrangers dont plusieurs milliers sont détenus en Syrie et Irak, une fois leur éventuelle peine de prison accomplie, et à apporter une aide particulière à leurs femmes et enfants.

Le texte explique que l’encouragement à réinsérer les prisonniers dans les sociétés vise à limiter la récidive. Il a aussi pour objectif de pousser les Etats membres à partager leurs expériences d’application des peines et de réinsertion de personnes condamnées pour des actes terroristes, et les mesures qui doivent être prises pour réintégrer les individus dans la société, précisait la résolution.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’accord historique entre Américains et talibans ouvre un nouveau chapitre à l’issue incertaine

Washington, qui a été soutenu lors des négociations par Moscou pour inclure le terme « rapatriement » dans le texte, défend depuis longtemps la nécessité de reprendre dans leur pays d’origine les combattants étrangers djihadistes détenus en Syrie et en Irak. Les Européens mais aussi des pays arabes sont contre cette politique, préférant qu’ils soient jugés et purgent leur peine dans le pays où ils ont commis leurs crimes.

« Cas par cas »

En Europe, plusieurs pays comme la France ou la Belgique ont adopté une politique du « cas par cas » pour rapatrier des enfants (voire leur mère) de djihadistes détenus au Moyen-Orient.

A l’ONU, août a été particulièrement rude pour les relations américano-européennes.

Plus tôt dans le mois, les Européens avaient coup sur coup rejeté sèchement à l’ONU un projet de résolution américain destiné à prolonger un embargo sur les armes imposé à l’Iran, puis une tentative américaine de faire rétablir des sanctions internationales contre Téhéran.

La semaine dernière, lors d’un débat consacré au contre-terrorisme, Kelly Craft avait déploré que les Européens, comme sur le sujet de l’Iran selon elle, préfèrent « se mettre la tête dans le sable » face à « la grave menace » posée par les combattants djihadistes étrangers.

Le Monde avec AFP

via LeMonde

Continuer La Lecture

Suggestion