Alors qu’on n’a pas encore fini d’épiloguer sur l’affaire Sainte Jeanne-D’Arc, une affaire «dangereuse et sensible» éclabousse cette structure dirigée par Abdoulaye Bibi Baldé.

Que se passe-t-il ? D’après ‘’Les Echos’’, un groupe d’agents au niveau de La Poste ne veut pas d’une dame de confession catholique à la tête de l’amicale des femmes. Si ces dernières veulent coûte que coûte aller vers cette assemblée de renouvellement de leur bureau, c’est parce que certaines femmes membres de l’amicale ne peuvent pas accepter que ce soit une catholique qui les dirige», note ‘’Les Echos’’ qui informe qu’actuellement, elles font des pieds et des mains pour que cette assemblée se tienne samedi. D’ailleurs, le directeur, Abdoulaye Bibi Baldé, qui leur a donné l’autorisation de tenir cette rencontre, a clairement indiqué aux femmes que s’il n’y a pas de consensus, il ne reconnaitra personne.Mais, informent nos confrères, «celles qui considèrent que l’amicale des femmes de La Poste ne doit pas être n’importe quoi, ont décidé de vendre chèrement leur peau pour stopper cette affaire, parce que considérant qu’on ne peut pas soulever un débat religieux au moment où les gens ont tout fait pour régler l’affaire Sainte Jeanne-D’Arc».
Assane SEYE-Senegal7

Senegal7.com

Auteur

Laisser un commentaire