Ils sont des chefs d’Etat : Alpha Condé, Alassane Ouattara, pour ne citer que ces deux, à échouer à réunir autour d’une même loge le chef de l’Etat, Macky Sall et son devancier à la tête du pays. Ce, même si le protocole de Conakry a failli y parvenir. Car, lors de l’emprisonnement de son fils, Karim, Wade, son père s’est confié à des présidents de pays africains pour la libération de son fils. Le nom du Président Ivoirien était souvent cité.

Même après la libération de son fils, le «Pape» des libéraux n’a pas baissé les bras. Il plaide toujours pour que Karim Wade obtienne l’amnistie afin qu’il puisse se présenter à la prochaine élection Présidentielle, parce que devenant éligible et électeur. Ce qui n’est pas encore à l’ordre du jour.

Or, à la veille de la campagne de la Présidentielle du 24 février 2019, le président sortant, candidat à, sa propre succession avait laissé entendre qu’une fois réélu, il va étudier les conditions d’amnistier Karim Wade et Khalifa Sall. Depuis lors rien ne fut. Ce qui irrite Wade. Qui, depuis son retour au bercail est resté terré dans sa résidence de Fann.

Depuis la passation de témoin en 2012, suite à l’élection de Macky Sall au second tour comme quatrième Président du Sénégal, les deux hommes ne se sont plus, ni entendu, encore moins se serrer la main où s’asseoir sur la même loge officielle.

Touba en passe de réussir là où les politiques ont échoué

Au Sénégal, des personnes de bonne volonté ont formulé le vœu de voir Wade et Macky Sall se retrouver. Cela n’a jamais était concrétiser, feu de paille.

A cela est venu s’ajouter l’intervention des chefs d’Etat. La plus en vue et celle tentée par le Président Guinéen. C’était en pleine campagne électorale de la présidentielle du 24 février 2019. Le prédécesseur de Macky Sall s’est rendu à Conakry sur invitation de Condé. Ce dernier a réussi à faire calmer le patriarche libéral. Parce qu’il sursoit à toute action allant à discréditer le scrutin. Pour autant, il est resté sans en retour avoir gain de cause, notamment l’amnistie de son fils de la part du Président Sall. Wade garde son silence en espérant de voir le bout du tunnel dans un futur proche.

Peut être ; qui sait. L’inauguration de la Mosquée Massalikoul Djinane sur invitation du Khalife général des mourides, Wade qui a décidé d’honorer sa présence, pourrait avoir le temps de rappeler à Macky Sall ses engagements. C’est-à-dire, l’amnistie de son fils.

Si cela venait à être réalisé, il ne sera pas de trop de dire que Touba a réussi là où les politiques ont lamentablement échoué.
SENEGAL7

Senegal7.com

Auteur

Laisser un commentaire