Après une pétition qui a porté ses fruits, des voix se sont élevées pour la libération de l’ancien maire de Dakar. Cependant, le chef de l’Etat qui avait annoncé qu’il va gracier Khalifa Sall après la fin de la procédure, veut que le socialiste en personne écrive pour l’obtention de la grâce. Ce que les proches de ce dernier ont rejeté en bloc. Face à la volonté du Président Sall et le refus de Khalifa Sall, ce dossier est devenu encombrant pour les tenants du pouvoir, le chef de l’Etat en premier.

Macky Sall attend la demande écrite de Khalifa Sall

Selon la Rfm qui tient cette information d’une source très proche du président de la République, Macky Sall aurait déjà acté la décision d’accorder la grâce présidentielle à l’ancien maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, mais un grand mystère entoure la date de publication du décret et de libération de ce dernier. Rfm informe que la présidence attendrait une demande formulée par Khalifa Sall et ses conseils.

« Nos sources sont formelles. Le président Macky Sall a bel et bien décidé de gracier Khalifa Sall, mais à une seule condition. Il veut que l’ex maire de Dakar et ses avocats en fassent la demande. Ce qui n’est toujours pas fait. Un membre de l’entourage proche du chef de l’Etat nous affirme que, Khalifa Sall ne passerait pas une seule nuit de plus en prison s’il formule une demande de grâce aujourd’hui », informent nos confrères de RFM.

Les précisions du conseil politique de Khalifa Sall

Dans un entretien avec Jeune Afrique, le président Macky Sall déclare qu’il envisage d’Amnistier Khalifa Sall et Karim Wade s’il est réélu en 21019. Une nouvelle qui n’a pas été appréciée par les partisans de l’ex-maire de Dakar.

«Nous n’accordons aucun crédit aux propos de Macky Sall. Cette déclaration est la preuve que c’est lui-même qui est au début et à la fin de ce procès politique. Pour notre part, nous considérons que Khalifa Sall est toujours innocent, et qu’il n’a besoin ni de grâce ni d’amnistie», a déclaré le conseil politique de Khalifa Sall.

Moussa Taye estime que «cette volonté du chef de l’Etat prouve que c’est lui-même qui est l’instigateur de ce procès politique. Nous ne souhaitons pas qu’il soit réélu et nous travaillons fermement à son départ du pouvoir. On ne veut pas de grâce ni d’amnistie».

Une patate chaude entre les mains de Macky

A l’unanimité, le peuple Sénégalais veut voir l’ancien maire de Dakar, passer la fête de Tabaski avec sa famille. Cela n’a eu lieu. Sur plus de quatre cent personnes graciées par le chef de l’Etat, le nom de Khalifa Sall n’y figure point. Ce qui a suscité une véritable déception chef certains citoyens. Qui ne semblent pas comprendre le chef de l’Etat. Parce qu’à leur regard, Macky Sall n’a pas tenu promesse.

Selon certains de ses proches, «le chef de l’Etat ne semble pas aimé qu’on lui tordre le bras. Ce, suite aux nombreuses voix qui se élevées pour la libération de Khalifa Sall par le biais d’une grâce présidentielle».

Le président Sall veut une seule chose, la demande par écrit de Khalifa Sall pour qu’il puisse bénéficier d’une grâce présidentielle.

Face à cette situation, et face au refus de Khalifa de demande une grâce du chef de l’Etat parce que se disant toujours innocent trouvant son emprisonnement comme une affaire politique, le Président Sall a, entre ses mains une patate chaude.

Car, tous les jours que Dieu fait, des citoyens d’ici et d’ailleurs ne cessent de faire des pressions sur Macky Sall pour que l’ancien Maire de Dakar puisse humer l’air pur de la liberté.
Senegal7

Senegal7.com