Une mission de la présidente du conseil économique social et environnemental CESE dirigée par son conseiller spécial Moussa Fall était à Kaolack, ce samedi pour assister les populations et compatir à la douleur qu’ils vivent depuis les averses record de jeudi.

«Plan d’urgence pour Kaolack»

«Les fortes pluies qui se sont abattues sur Kaolack ont semé la désarroi et la désolation. En tant que messagers de la présidente Aminata Touré, nous sommes désolés et nous déplorons la situation dégradante des Kaolackois à chaque hivernage. La situation est inquiétante et dépasse aujourd’hui les compétences du maire et son équipe. Nous demandons un plan d’urgence pour Kaolack», a plaidé le secrétaire général de l’APRODEL, par ailleurs, conseiller spécial de la Présidence du CESE.

Avant d’ajouter : «l’heure est grave et même une situation d’épidémie n’est pas à écarter. Nous appelons tous les kaoalackois de tout bord à mener des élans de solidarité. Les partis politiques, la société civile et les dignes fils du Saloum doivent réagir».

 L’Aprodel s’érige en boucliers contre les détracteurs de Mimi Touré  

Très remonté contre la guerre fratricide que mènent les alliés du président de la république dans la localité,  Moussa Fall a profité de l’occasion pour tirer la sonnette d’alarme.

«Nous demandons aux responsables de l’Apr d’arrêter de commanditer des articles de presse pour déstabiliser des personnes de même parti ou de même coalition. Le principe d’un parti politique est tout d’abord la solidarité. Le règne de la pensée unique est révolu. Personne ne détient le monopole des solutions. Kaolack appartient à tous ses fils. Le respect des autorités du parti doit être la règle. Nous combattrons toujours pour des personnes, qui constituent à mon avis les références du parti. Aminata Touré est aujourd’hui une réalité irréfutable à Kaolack. Il faut que l’on commence à composer avec cette nouvelle donne», a-t-il déclaré.

A en croire le conseiller spécial au CESE: «depuis 5ans, nous avons reçu beaucoup de coups, et pour l’intérêt du parti nous avons esquivé. Maintenant c’est terminé. Nous allons désormais nous donner les moyens de régler définitivement les attaques tout en sachant qu’elles viennent de personnes malintentionnées, sans morale ni éthique politique».

REDACTION/SENEGAL7

 

Senegal7.com

Auteur

Laisser un commentaire