Suivez-nous

Actualité

Vidéo-El Hadj Faye, alité et menacé d’expulsion appelle à l’aide et interpelle son « ami » Youssou Ndour: « Bu niou bayyi bama dé… »

Publié

sur


Son nom rappelle toute une époque. El Hadj Faye a fait les beaux jours de la musique sénégalaise. Aujourd’hui, l’auteur de « Samina » est au bout du désespoir, rongé par des ennuis financiers et de santé. Une maladie le cloue au lit depuis un mois. Pire, El Hadj Faye cumule les dettes et risque d’être expulsé de l’appartement qu’il occupe à Guédiawaye. La Covid qui sévit en ce moment n’est pas pour arranger sa situation, au contraire. Seneweb est allé à la rencontre de El Hadj Faye qui, dans cette vidéo, appelle à l’aide et interpelle les bonnes volontés notamment son « ami » Youssou Ndour.

Son nom rappelle toute une époque. El Hadj Faye a fait les beaux jours de la musique sénégalaise. Aujourd’hui, l’auteur de « Samina » est au bout du désespoir, rongé par des ennuis financiers et de santé. Une maladie le cloue au lit depuis un mois. Pire, El Hadj Faye cumule les dettes et risque d’être expulsé de l’appartement qu’il occupe à Guédiawaye. La Covid qui sévit en ce moment n’est pas pour arranger sa situation, au contraire. Seneweb est allé à la rencontre de El Hadj Faye qui, dans cette vidéo, appelle à l’aide et interpelle les bonnes volontés notamment son « ami » Youssou Ndour.

Son nom rappelle toute une époque. El Hadj Faye a fait les beaux jours de la musique sénégalaise. Aujourd’hui, l’auteur de « Samina » est au bout du désespoir, rongé par des ennuis financiers et de santé. Une maladie le cloue au lit depuis un mois. Pire, El Hadj Faye cumule les dettes et risque d’être expulsé de l’appartement qu’il occupe à Guédiawaye. La Covid qui sévit en ce moment n’est pas pour arranger sa situation, au contraire. Seneweb est allé à la rencontre de El Hadj Faye qui, dans cette vidéo, appelle à l’aide et interpelle les bonnes volontés notamment son « ami » Youssou Ndour.






Via SansLimite

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Urgent-Mort en détention du braqueur Amadel : Les résultats de l’autopsie dévoilés

Publié

sur


. Les résultats de l’autopsie, selon nos informations, ont conclu à une mort due à un traumatisme crânien. Toutefois, l’enquête confiée à la police centrale de Louga devrait permettre de déterminer les circonstances de la mort de Baba Ka alias Amadel. Poursuivi pour complicité d’assassinat avec son acolyte Birame Sène, le braqueur avait été arrêté à Kaffrine puis déféré au parquet de Louga, pour meurtre et association de malfaiteurs. Il était le suspect numéro 1 du meurtre de l’agent de renseignement de la brigade de gendarmerie de Touba et du jeune Américain Mouhamed Cissé, tué en janvier 2020 à Kaolack.

. Les résultats de l’autopsie, selon nos informations, ont conclu à une mort due à un traumatisme crânien. Toutefois, l’enquête confiée à la police centrale de Louga devrait permettre de déterminer les circonstances de la mort de Baba Ka alias Amadel. Poursuivi pour complicité d’assassinat avec son acolyte Birame Sène, le braqueur avait été arrêté à Kaffrine puis déféré au parquet de Louga, pour meurtre et association de malfaiteurs. Il était le suspect numéro 1 du meurtre de l’agent de renseignement de la brigade de gendarmerie de Touba et du jeune Américain Mouhamed Cissé, tué en janvier 2020 à Kaolack.

. Les résultats de l’autopsie, selon nos informations, ont conclu à une mort due à un traumatisme crânien. Toutefois, l’enquête confiée à la police centrale de Louga devrait permettre de déterminer les circonstances de la mort de Baba Ka alias Amadel. Poursuivi pour complicité d’assassinat avec son acolyte Birame Sène, le braqueur avait été arrêté à Kaffrine puis déféré au parquet de Louga, pour meurtre et association de malfaiteurs. Il était le suspect numéro 1 du meurtre de l’agent de renseignement de la brigade de gendarmerie de Touba et du jeune Américain Mouhamed Cissé, tué en janvier 2020 à Kaolack.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Affaire Mbour 4: Thierno Bocoum dénonce « le lotissement catastrophique de 2006 dans la forêt classée « 

Publié

sur


« Cette manie de mettre des agents de l’administration au-devant de la
scène pour justifier les dérives politiciennes d’un État irresponsabde,
doit cesser.

Ces agents s’approprient et vulgarisent des
éléments de langage qui les éloignent de l’orthodoxie républicaine. Ce
fut le cas avec la loi modifiant celle sur l’état d’urgence et l’état de
siège où tout a été justifié, par tous les moyens, sans que la vérité
des textes ne soit révélée aux populations », dénonce Thierno Bocoum qui
s’érige en boublier des victimes de démolitions de maisons à Mbour4.

« Aujourd’hui
avec l’affaire du quartier Mbour 4 de Thiès, tout a été dit pour
incriminer de pauvres goorgoorlou, mais la vérité est que l’État a créé
cette situation de bout en bout. D’abord c’est un lotissement
catastrophique de 2006 qui a conduit à l’attribution des parcelles dans
une forêt classée, en violation totale du Code de l’environnement et des
dispositions du Code de l’urbanisme. 67 hectares d’une forêt classée
ont été ainsi attribués en toute illégalité et sans tenir compte des
plans d’urbanisme ».

Or,  » l’article 43 du Code de l’urbanisme
est clair sur cette question : la création et la mise en œuvre de
lotissements à usage d’habitation doivent être exécutées en conformité
avec les plans d’urbanisme. D’ailleurs l’article 80 du code susvisé
prévoit des sanctions pénales contre de tels actes.

Toute une
chaîne de responsabilité, allant du Conseil municipal au ministre de
l’Urbanisme en passant par le représentant de l’Etat et les services
techniques déconcentrés, est engagée », argumente l’ancien parlementaire
dans un texte reçu.

Thierno Bocoum rappelle que le Président
Macky Sall, en 2017, à l’occasion de la cérémonie de lancement des
travaux de la troisième usine de Keur Momar Sarr (KMS 3), « avait promis
de rectifier la faute en régularisant les ayants droit. Il n’a pas tenu
parole jusqu’à ce jour ».

Le président de AGIR indexe également
la défaillance des services de l’État qui, dit-il, « ont failli en
laissant des constructions se mettre en place durant des années. Si on
est capable de mobiliser les forces de sécurité et de défense pour
imposer un couvre-feu sur l’étendue du territoire de Thiès, on doit être
capable de sécuriser une zone de quelques hectares et maîtriser les
promoteurs véreux qui seraient tentés d’y vendre illégalement des
parcelles ».

De l’avis de Thierno Bocoum,  » laisser des pères et
mères de famille construire, mettre tout ce qu’ils ont dans leurs
chantiers puis tout détruire, en pleine pandémie, est juste ignoble et
inhumain. Que l’État reconnaisse ses torts. Nul ne peut se prévaloir de
sa propre turpitude. Que le président de la République respecte sa
promesse, surtout qu’il est le seul habilité à déclasser une forêt »,
conclut le président du mouvement AGIR.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Interdiction de toutes réunions privées telles que les baptêmes, les mariages, les réceptions et …

Publié

sur


Conformément à la décision du chef de l’Etat, concernant l’état de
catastrophe, le ministre de l’Intérieur communique ses nouvelles
interdictions. Ce, pour lutter efficacement contre la propagation du
coronavirus.

-Interdiction de la circulation des personnes et des biens de 21 heures à 5 heures

-Interdiction des manifestations et rassemblements sur la voie publique

-Interdiction de toutes les réunions publiques

-Interdiction de toutes réunions privées telles que les baptêmes, les mariages, les réceptions et les manifestations religieuses

-Interdiction de tous rassemblements dans les lieux recevant du
public, notamment les hôtels, les salles de spectacles, les dancings,
les bars, les cafés, les salons de thé, les plages, les marchés
hebdomadaires, les terrains et salles dédiés au sport.

En outre, le Ministre de l’Intérieur rappelle que le port de masque
de protection reste de rigueur dans les lieux publics et privés tels que
la voie publique, les services de l’Administration publique quel qu’en
soit le mode de gestion, les services du secteur privé, les lieux de
commerce et les moyens de transport public ainsi que les moyens de
transport privé transportant au moins 2 personnes, sur toute l’étendue
du territoire national.

Par conséquent, le Ministre de l’Intérieur invite les populations à
se conformer à ces mesures et rappelle que le non-respect de celles-ci
expose les contrevenants aux sanctions prévues par les lois et
règlements.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion