Suivez-nous

Actualité

Semaine de la covid: Les chiffres qui renforcent les craintes!

Publié

sur

Le pire était craint pour le lendemain de la tabaski. Les chiffres enregistrés ces derniers jours, dans la lutte contre la covid-19, ne présagent rien de rassurant.

Durant la présente semaine ce sont, au total, 987 nouveaux cas d’infection à la covid-19 qui ont été enregistrés. Un chiffre record, jamais atteint depuis le début de l’épidémie au Sénégal en une semaine.

Le taux de positivité a grimpé à 8.9%, le nombre global de test effectués se chiffrant à 11005. Ledit taux est en constante croissance depuis la Tabaski. Il était à 7,5% au bout de la semaine qui a suivi celle de la tabaski, puis à 8,2% la semaine dernière.

Les cas communautaire sont en littéral explosion.  Durant les 7 derniers jours, 566 ont été dénombrés. La semaine précédente, ils étaient à 320. Une hausse qui renseigne à suffisance sur l’effusion silencieuse du virus.

Le nombre de personnes décédées a baissé de 23 à 21 durant la même période, de même que le nombre de patients guéris qui a fléchi de 514 la semaine dernière à 325 pour les 7 derniers jours.

Durant la semaine, l’info sur la covid-19 est marquée par l’annonce du Président russe qui a dévoilé le «Spoutnik V», le vaccin conçu par son pays. Sera-t-il disponible dans les tous prochains jours ? Aura-t-il l’efficacité que lui prête Vladimir Poutine? Les prochains jours nous édifieront.

D’ici là, protégez-vous et préservez vos proches

IGFM

via Sanslimites

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Affaires Locafrique et Carrefour Automobiles : Khadim Bâ blanchi !

Publié

sur


Khadim Bâ a été blanchi dans les affaires Locafrique et Carrefour Automobiles qui l’opposent à son père Amadou Bâ. Selon Libération, repris par Seneweb, le Doyen des juges lui a accordé, hier, un non-lieu, s’opposant ainsi au réquisitoire du parquet qui réclamait la tenue d’un procès. Une décision de justice qui a une incidence directe sur la gestion de la Société africaine de raffinage (Sar). La même décision a été étendue aux membres de sa famille inculpés à la suite d’une plainte de son père, Amadou Bâ.

Accusé de faux et usage de faux, association de malfaiteurs, abus de biens sociaux et escroquerie, le patron de Locafrique a été entièrement blanchi par le Doyen des juges près le Tribunal de grande instance de Dakar dans cette procédure ouverte à la suite d’une plainte déposée par son père Amadou Bâ.
Dans l’avis de l’ordonnance rendue, le Doyen des juges Samba Sall renseigne à Me Mouhamed Seydou Diagne, avocat de Khadim Bâ, avoir rendu, le 29 septembre 2020 (hier mardi), une ordonnance de non-lieu dans cette dite procédure. La mère de Khadim (Oumou Guèye) son frère (Alioune Badara Guèye) et ses deux sœurs (Fatou Kiné Bâ et Ndèye Khady Bâ) qui étaient aussi dans cette procédure ont bénéficié de non-lieu. De même que les collaborateurs du Directeur général de Locafrique Ibrahima Diakhoumpa et Abdou Karim Diop, eux aussi inculpés dans le cadre de cette procédure.
Toutes ces personnes ont été blanchies par le Doyen des juges. Ce qui est un rebondissement spectaculaire dans cette bataille judiciaire entre père et fils. Amadou Bâ, patron de Carrefour automobiles qui l’accuse d’avoir utilisé de manière illicite sa richesse. Ce qui avait justifié les deux plaintes qu’il avait déposées contre son fils. L’une des plaintes a été déposée à la Section de recherches pour cession frauduleuse des actions de Locafrique. L’autre a atterri sur le bureau du Doyen des juges pour faux, usage de faux en écritures privées de commerce.
Carrefour automobiles détenait 99% des parts de Locafrique, mais en 2016, des problèmes sont survenus dans l’entreprise. Amadou Bâ accepte alors de se retirer, surtout qu’il était malade, laissant ses actions aux membres de sa famille. Des sources proches de cette affaire estiment qu’il en a donné à sa femme, à ses fils et filles. Sur cette base, les partenaires convoquent une nouvelle assemblée générale à la suite de laquelle il a été décidé de mettre Alioune Badara Bâ à la tête de Carrefour Automobile et de confier les rênes de Locafrique à Khadim Bâ. Après quelques années, il y a eu des rapports d’audit. Des commissions bancaires (Bceao) ont toutes décelé des déficits financiers à Carrefour Automobiles, parce qu’il n’arrivait même plus à payer les charges fixes. Ce qui justifie la plainte qui a été déposée contre lui.
Amadou Bâ contre-attaque en portant plainte contre ses enfants et son épouse. Il disait qu’il n’a jamais signé pour donner ses actions et que sa signature a été imitée. « C’est ce qui est à l’origine de tous les problèmes dans cette affaire », soufflent des sources judiciaires. Ainsi Khadim Bâ, sa mère et ses deux sœurs ont été inculpés et placés sous contrôle judiciaire. Amadou Bâ sollicite alors la prise de mesures conservatoires qui limiteraient les actions de son fils. C’est le début des perturbations à Locafrique. Amadou gagne des batailles, obtenant des ordonnances dans ce sens. Mais depuis hier, la tendance s’est renversée et la Justice a tranché en faveur de Khadim Bâ. Le Doyen des juges a conclu que le Directeur général de Locafrique n’a commis ni faux ni escroquerie, ainsi que tous les autres membres de la famille. Ils sont blanchis, parce que le protocole a été signé par Amadou Bâ. Donc, ce qui signifierait qu’il n’a plus d’actions dans les deux sociétés.



Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Actualité

Affaire Sidiki Diabaté : des images intimes de Mariam Sow publiées qui risquent de tout aggraver

Publié

sur


Des personnes ont publié des images de Mariam Sow, l’ancienne compagne de Sidiki Diabaté. Ce sont des vidéos montrant la jeune femme nue. Elles ont été balancées sur internet, depuis l’arrestation du musicien. Et cette affaire risque de jeter de l’huile sur le feu, d’autant que selon des proches de la victime, Sidiki Diabaté serait impliqué dans cette fuite des vidéos, en les donnant à ses proches. Ces derniers auraient alors menacé Mariam de les publier si elle ne retirait pas sa plainte. L’affaire fait grand bruit au Mali, surtout, sur les réseaux sociaux.

Plusieurs Maliens affirment toutefois que les vidéos ont été publiées par l’entourage de Sidiki Diabaté, pour l’enfoncer. Notamment, les griots, caste dont le musicien est issu. Ces derniers avaient essayé auparavant de mener une médiation pour demander pardon, afin que Sidiki soit libéré. Pour beaucoup de Maliens cette démarche relève de l’hypocrisie et demandent que les griots soient boycottés lors des cérémonies.

Placé sous mandat de dépôt, les charges retenues contre le musicien lui ont été signifiées, jeudi 24 septembre. Il est suspecté de séquestration, coups et blessures aggravés, attentat à la pudeur, détention illégale d’arme à feu et détention de chanvre. Une enquête a été ouverte.

Selon un témoin, l’artiste tirait parfois dans le mur sous l’effet de la drogue, pour s’amuser. « Les filles se mettaient à crier et à le supplier. L’une s’est même évanouie dans son salon. Pour lui, c’était juste un jeu, pour s’amuser. Quant à sa consommation de drogue, c’est pas notre problème ».

Le camp de Sidiki Diabaté parle de complot amplifié par les réseaux sociaux. Ils reprochent également à l’instruction d’être menée à charge sans tenir compte de la préemption d’innocence. Devant la gravité de la situation, son équipe veut prendre son temps pour communiquer. De leur côté, les avocats de Mariam Sow donneront une conférence de presse dans les prochains jours, pour détailler certains éléments dont ils disposent. Une marche contre les violences basées sur le genre est prévue dans le pays ce samedi 26 septembre.

Par Fatogoma

ci.opera.news

Sidiki Diabaté est en garde à vue et sous le coup d’une enquête pour viol et coups et blessures.

Célèbre pour avoir su remettre la kora au gout du jour, Sidiki Diabaté séduisait les mélomanes de toute l’Afrique et semblait filer le parfait amour avec sa compagne de longue date Mariam Sow.

Mais, selon les accusations de la jeune femme qui ont fait surface contre l’artiste, elle vivait en réalité un enfer quotidien sous les coups et les brimades psychologiques du chanteur.

De quoi le chanteur est-il accusé ?
On lui reproche d’avoir séquestré et battu sa compagne. Mariam Sow dit avoir trouvé refuge chez une amie, profitant d’un moment d’inattention des gardes du corps de l’artiste chargés de sa surveillance.

C’est son amie, toujours selon Mariam Sow, qui va ensuite tirer la sonnette d’alarme en publiant sur Instagram des photos de son corps couvert de bleus et de blessures, le visage tuméfié. Des images datant de l’année dernière.

Le chanteur serait coutumier du fait. Mariam Sow l’accuse de l’avoir battue à de nombreuses reprises y compris en utilisant des objets tels que des rallonges électriques, des ceintures ou des cravaches.

Le chanteur a été arrêté par la police malienne le 21 septembre et placé en garde à vue.

Après trois jours de garde à vue à la brigade d’investigation judiciaire de Bamako, l’artiste musicien a été déféré le vendredi 25 septembre à la maison centrale d’arrêt de Bamako.

Sidiki Diabaté est suspecté de séquestration et de coups et blessures aggravés. Approché par notre correspondant au Mali, Me Cheick Omar Konaré, qui représente l’artiste, n’a pas voulu s’exprimer sur l’affaire qui, selon ses dires, « est toujours en cours ».

Le musicien malien a d’abord nié connaître la jeune femme, puis lorsque les accusations ont été rendues publiques, il a déclaré au Monde Afrique que l’affaire était « plus compliquée qu’il n’y paraît », mais il a gardé le silence depuis son arrestation.

Me Cheick Omar Konaré, avocat de Sidiki Diabaté, a insisté sur le fait que son client bénéficiait toujours de la présomption d’innocence, lors de son échange avec notre correspondant au Mali.

Qui est l’accusatrice ?

Mariam Sow, surnommée Mamacita, qui porte aujourd’hui ces accusations contre Sidiki Diabaté est une influenceuse d’origine guinéenne très présente sur le réseau Tik Tok.

Elle dit qu’elle a été en couple avec Sidiki Diabaté pendant sept ans, de 2013 à cette année.

Quelles ont été les réactions dans le monde de la musique ?
Le chanteur a vu de nombreuses portes se fermer.

Sa maison de disque Universal Music Africa a suspendu son contrat.

Sidiki Diabaté a, par ailleurs, été disqualifié de deux compétitions musicales les Primud qui récompensent les artistes de coupé-décalé (il y avait été couronné meilleur artiste d’Afrique de l’Ouest en 2018) et les Afrimma qui couronnent les artistes du continent.

Que risque le chanteur au plan judiciaire ?
Selon Me Cheick Omar Konaré, les sanctions prévues par le Code pénal malien pour les coups et blessures aggravés vont de un à cinq an d’emprisonnement et une amende de 180.000 à 1.600.000 FCFA.

Pour le motif de séquestration et coups et blessures volontaires, la peine d’emprisonnement est d’un à cinq ans, assortie d’une amende de 180.000 à 1.600.000 FCFA.

Toutefois, l’emprisonnement pourrait être porté à dix ans et l’amende à 3.600.000 FCFA à l’égard des sanctions visées aux articles 37, 38 et 39 du Code Pénal. Ces articles font référence notamment aux circonstances d’aggravantes comme le flagrant délit, la préméditation ou les actes commis sous l’emprise de la drogue ou autres substances.

En attendant son procès, Sidiki Diabaté est enfermé à la maison d’arrêt de Bamako.

Qui est Sidiki Diabaté ?

Le chanteur-compositeur malien âgé de 28 ans est issu d’une lignée de musiciens très connus au Mali.

Il porte le nom de son grand-père reconnu comme le « roi de la kora » et est le fils de Toumani Diabaté, un autre très grand joueur de cet instrument à cordes typique de l’Afrique de l’Ouest.

Sidiki Diabaté compte plusieurs collaborations avec des musiciens internationaux à son actif. En 2015, il contribue sur l’album du groupe anglais Gorillaz, en 2017 avec le chanteur français Matthieu Chedid ou des featuring avec les rappeurs Niska, Guizmo ou Black M.

Par ailleurs, la star a déjà été nominée pour de nombreux prix hors du Mali dont les Grammy Award en 2015 et les MTV Africa Music Award en 2016. Il a reçu une Victoire de la musique en 2017.

bbc.com





Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Liverpool – Jamie Carragher: “Diogo Jota sera une alternative si Sadio Mané est en déclin”

Publié

sur


Diogo Jota sera un bon remplaçant pour Sadio Mané. C’est l’avis de Jamie Carragher. L’ancien joueur des Reds de Liverpool estime que la nouvelle recrue sera utile à Klopp pour fournir une alternative si l’un des trois est en déclin, notamment Mané.

“La position qu’ils doivent renforcer est de trouver un remplaçant pour Mané, ce qui est plus important que quiconque. Si Salah est absent, vous pouvez mettre Mané sur la droite”, a confié Carragher à Sky Sports visité par Senego.

Selon lui, ce n’est pas la position de brevet dont ils ont besoin. “C’est juste qu’ils peuvent bouger si Jota vient occuper le côté gauche – je pense que c’est la position la plus puissante pour lui”, a-t-il indiqué.

Jota a rejoint Liverpool cet été en provenance de Wolverhampton pour un montant de 40 millions de livres sterling.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion