Suivez-nous

Actualité

Prise en charge de 3 000 handicapés : Dahw investit un milliard

Publié

sur


L’Association allemande de lutte contre la lèpre (Dahw) a investi un milliard de francs Cfa dans la prise en charge de 3 000 personnes vivant avec un handicap lié aux Maladies tropicales négligées (Mtn) telles que la lèpre, a indiqué hier Mouhamed Cissé, directeur de Dahw Sénégal.

Les personnes affectées par la lèpre ou d’autres handicaps des communes de Ndiaffat, Kébé­mer, Sokone, Baback et Gandon ne galèrent plus. En effet, elles ont bénéficié d’un projet d’une enveloppe d’un milliard de francs Cfa pour la promotion de leurs Droits, la participation et l’accès aux services de santé (Dpass). A l’initiative de l’Association allemande de lutte contre la lèpre (Dahw), en partenariat avec le ministère de la Santé et de l’action sociale, le projet, selon le premier adjoint au maire de Gandon, à Saint-Louis, Kha­lilou Ba, est très «pertinent», en ce sens qu’il «a apporté une nouvelle touche à la lutte contre la lèpre et les autres Maladies tropicales négligées (Mtn)». L’élu local estime que ledit projet, de manière générale, a permis «d’identifier, de recenser et d’encadrer toutes les personnes handicapées au niveau de notre commune. Elles ont bénéficié aujourd’hui des acquis qu’elles n’avaient pas auparavant». Des acquis tels que la mise en place d’une base de données pour toutes les communes. Laquelle devrait permettre aux communes et aux services impliqués d’être opérationnels dans la planification des actions de développement inclusif en direction de ces groupes vulnérables et plus particulièrement les personnes qui sont affectées par la lèpre et par un handicap, estime Mou­hamed Cissé, directeur de Dahw Sénégal. Aussi, il relève qu’un dispositif de gouvernance du projet a été mis en place en rapport avec des acteurs de terrain et les communes. «Il existe actuellement, dans chaque commune pilote, un comité communal de gestion de la réadaptation à base communautaire. Il y a aussi des instruments communautaires mis en place pour répondre à la demande des personnes handicapées et ainsi apporter des solutions locales par rapport à la problématique. Au niveau de l’Administration également, les autorités ont mis en place des comités de suivi pour faciliter la procédure d’inclusion des personnes handicapées», entre autres acquis dans le domaine de la santé, avec notamment l’intégration de certains problèmes négligés comme les pieds-bots, la qualité de l’appareillage dans le dispositif de santé et l’aspect de la menstruation. S’agissant de la prise en charge éducative des bénéficiaires, M. Cissé estime que «beaucoup d’initiatives assez intéressantes ont été mises en œuvre, surtout dans le domaine de la catégorie des sourds-muets qui sont souvent oubliés du point de vue de la communication avec des classes d’alphabétisation fonctionnelles».
Un projet salué par Mamadou Lamine Faty, directeur de la Promotion et de la protection des personnes handicapées au ministère de la Santé et de l’action sociale, qui estime que «la stratégie de réadaptation à base communautaire promeut un développement inclusif». Il pense que «cette expertise est en cohérence avec les programmes de l’Etat qui a adopté une loi d’orientation sociale relative à la promotion et à la protection des personnes handicapées». M. Faty d’annoncer que le projet sera élargi aux 557 communes que compte le Sénégal.
Une idée bien accueillie par Sidy Fall de la commune de Kébémer, représentant les bénéficiaires et qui demande que «ce projet hautement important puisse pénétrer toutes les communes du Sénégal au grand bénéfice des personnes handicapées».



via LeQuotidien

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Reug Reug raconte comment il a mis KO Alain Ngalani en 2 minutes

Publié

sur


Vendredi dernier Reug Reug a réussi sa deuxième sortie en MMA en mettant KO Alain Ngalani en deux minutes. « Le combat a eu lieu avant 9heures. Comment s’est il déroulé ?  » Au coup d’envoi, j’ai marché sur Alain Ngalani. J’ai réussi à me saisir de sa jambe pour bien la maîtriser. Et dans mes manœuvres, j’ai pu l’envoyer au tapis pour le rouer de coups qui ont fini par le mettre KO avant que l’arbitre nous sépare. Je l’ai frappé jusqu’à ce qu’il abandonne, en 1 à 2 minutes environ d’affrontement « . Précise t-il.
Sunu Lamb

Vendredi dernier Reug Reug a réussi sa deuxième sortie en MMA en mettant KO Alain Ngalani en deux minutes. « Le combat a eu lieu avant 9heures. Comment s’est il déroulé ?  » Au coup d’envoi, j’ai marché sur Alain Ngalani. J’ai réussi à me saisir de sa jambe pour bien la maîtriser. Et dans mes manœuvres, j’ai pu l’envoyer au tapis pour le rouer de coups qui ont fini par le mettre KO avant que l’arbitre nous sépare. Je l’ai frappé jusqu’à ce qu’il abandonne, en 1 à 2 minutes environ d’affrontement « . Précise t-il.
Sunu Lamb

Vendredi dernier Reug Reug a réussi sa deuxième sortie en MMA en mettant KO Alain Ngalani en deux minutes. « Le combat a eu lieu avant 9heures. Comment s’est il déroulé ?  » Au coup d’envoi, j’ai marché sur Alain Ngalani. J’ai réussi à me saisir de sa jambe pour bien la maîtriser. Et dans mes manœuvres, j’ai pu l’envoyer au tapis pour le rouer de coups qui ont fini par le mettre KO avant que l’arbitre nous sépare. Je l’ai frappé jusqu’à ce qu’il abandonne, en 1 à 2 minutes environ d’affrontement « . Précise t-il.
Sunu Lamb



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Ziguinchor: Les professeurs candidats à la FASTEF oubliés élèvent la voix

Publié

sur






Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Actualité

Montée des cas de Covid-19 : Les nouvelles mesures restrictives de l’Évêque de Thiès

Publié

sur


La deuxième vague du coronavirus au Sénégal est préoccupante. Elle est plus sévère avec son lot de morts au quotidien. Face à cette montée des cas de Covid-19, un nouveau plan de riposte a été décrété par le Président de la République. Du coup, « en grande partie notre Diocèse est concernée par l’état d’urgence assorti du couvre-feu. Je vous demande malgré les bonnes traditions de solidarité et de compassion, d’observer, à partir de ce dimanche 24 janvier  et jusqu’à nouvel ordre, les instructions sur l’ensemble du territoire du Diocèse, pour éviter les rassemblements jugés propices à la contamination », a indiqué l’Évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, à travers un communiqué.
Ainsi, constatant que la pandémie de Covid-19 n’en finit pas de se propager et de faire des victimes de plus en plus nombreuses dans nos communautés paroissiales, il a déclaré que les messes de mariage sont strictement réservées à la famille et aux proches parents. Pour les funérailles, dit Monseigneur André Guèye, les veillées de prières publiques dans les maisons et les expositions de corps sont suspendues. En sus, la levée du corps est désormais réservée à la famille restreinte.
« Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés »
Poursuivant, il soutient : « Les corps seront directement acheminés au cimetière où le prêtre fera l’absoute, en présence de la famille restreinte et des proches parents. Une messe à l’intention du défunt peut être célébrée avant ou après les obsèques, à la demande de la famille ou des proches. Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies ou les repas organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés ».
Sur ce, l’Evêque a rappelé que l’état d’urgence dans les régions de Dakar et de Thiès interdit cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, toute réunion publique et privée, y compris les baptêmes, les mariages, les réceptions et les cérémonies religieuses. Ce qui fait que pour les messes, Mgr André Guèye a demandé aux fidèles de nettoyer les vases sacrés, surtout le calice avec des produits appropriés avant tout célébration, de prendre toutes les précautions pour la visite et la communion des malades et de tenir les rassemblements opportuns (visites, réunions de mouvements d’associations, de groupes de prière etc) dans des espaces aérés et ouverts.
Aussi, a-t-il, invité les chrétiens à mieux organiser les quêtes et offrandes, sans se passer les paniers ou caisses, et en respectant la distanciation.

La deuxième vague du coronavirus au Sénégal est préoccupante. Elle est plus sévère avec son lot de morts au quotidien. Face à cette montée des cas de Covid-19, un nouveau plan de riposte a été décrété par le Président de la République. Du coup, « en grande partie notre Diocèse est concernée par l’état d’urgence assorti du couvre-feu. Je vous demande malgré les bonnes traditions de solidarité et de compassion, d’observer, à partir de ce dimanche 24 janvier  et jusqu’à nouvel ordre, les instructions sur l’ensemble du territoire du Diocèse, pour éviter les rassemblements jugés propices à la contamination », a indiqué l’Évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, à travers un communiqué.
Ainsi, constatant que la pandémie de Covid-19 n’en finit pas de se propager et de faire des victimes de plus en plus nombreuses dans nos communautés paroissiales, il a déclaré que les messes de mariage sont strictement réservées à la famille et aux proches parents. Pour les funérailles, dit Monseigneur André Guèye, les veillées de prières publiques dans les maisons et les expositions de corps sont suspendues. En sus, la levée du corps est désormais réservée à la famille restreinte.
« Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés »
Poursuivant, il soutient : « Les corps seront directement acheminés au cimetière où le prêtre fera l’absoute, en présence de la famille restreinte et des proches parents. Une messe à l’intention du défunt peut être célébrée avant ou après les obsèques, à la demande de la famille ou des proches. Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies ou les repas organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés ».
Sur ce, l’Evêque a rappelé que l’état d’urgence dans les régions de Dakar et de Thiès interdit cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, toute réunion publique et privée, y compris les baptêmes, les mariages, les réceptions et les cérémonies religieuses. Ce qui fait que pour les messes, Mgr André Guèye a demandé aux fidèles de nettoyer les vases sacrés, surtout le calice avec des produits appropriés avant tout célébration, de prendre toutes les précautions pour la visite et la communion des malades et de tenir les rassemblements opportuns (visites, réunions de mouvements d’associations, de groupes de prière etc) dans des espaces aérés et ouverts.
Aussi, a-t-il, invité les chrétiens à mieux organiser les quêtes et offrandes, sans se passer les paniers ou caisses, et en respectant la distanciation.

La deuxième vague du coronavirus au Sénégal est préoccupante. Elle est plus sévère avec son lot de morts au quotidien. Face à cette montée des cas de Covid-19, un nouveau plan de riposte a été décrété par le Président de la République. Du coup, « en grande partie notre Diocèse est concernée par l’état d’urgence assorti du couvre-feu. Je vous demande malgré les bonnes traditions de solidarité et de compassion, d’observer, à partir de ce dimanche 24 janvier  et jusqu’à nouvel ordre, les instructions sur l’ensemble du territoire du Diocèse, pour éviter les rassemblements jugés propices à la contamination », a indiqué l’Évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, à travers un communiqué.
Ainsi, constatant que la pandémie de Covid-19 n’en finit pas de se propager et de faire des victimes de plus en plus nombreuses dans nos communautés paroissiales, il a déclaré que les messes de mariage sont strictement réservées à la famille et aux proches parents. Pour les funérailles, dit Monseigneur André Guèye, les veillées de prières publiques dans les maisons et les expositions de corps sont suspendues. En sus, la levée du corps est désormais réservée à la famille restreinte.
« Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés »
Poursuivant, il soutient : « Les corps seront directement acheminés au cimetière où le prêtre fera l’absoute, en présence de la famille restreinte et des proches parents. Une messe à l’intention du défunt peut être célébrée avant ou après les obsèques, à la demande de la famille ou des proches. Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies ou les repas organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés ».
Sur ce, l’Evêque a rappelé que l’état d’urgence dans les régions de Dakar et de Thiès interdit cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, toute réunion publique et privée, y compris les baptêmes, les mariages, les réceptions et les cérémonies religieuses. Ce qui fait que pour les messes, Mgr André Guèye a demandé aux fidèles de nettoyer les vases sacrés, surtout le calice avec des produits appropriés avant tout célébration, de prendre toutes les précautions pour la visite et la communion des malades et de tenir les rassemblements opportuns (visites, réunions de mouvements d’associations, de groupes de prière etc) dans des espaces aérés et ouverts.
Aussi, a-t-il, invité les chrétiens à mieux organiser les quêtes et offrandes, sans se passer les paniers ou caisses, et en respectant la distanciation.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion