Suivez-nous

Actualité

Pour la reprise massive des 4 millions d’apprenants, prévue en novembre prochain : La Cosydep appelle à s’accorder sur de nouveaux protocoles pédagogique et sanitaire

Publié

sur

«Le système n’a pas encore apporté de réponses concrètes pour le sort des 3 millions d’élèves des classes intermédiaires.» C’est l’analyse que la Cosydep a faite de cette année scolaire exceptionnelle à cause de la pandémie du coronavirus. Dans un document, cette organisation soutient que «l’année scolaire 2019-2020, profondément marquée par le Covid-19, aura été un véritable parcours du combattant pour la chaîne des acteurs (apprenants, enseignants, parents et partenaires)».
Cheikh Mbow et ses collaborateurs estiment qu’à l’heure du bilan de cette année scolaire, les acteurs devraient «s’accorder sur les nouveaux protocoles pédagogique et sanitaire pour la reprise massive des 4 millions d’apprenants, prévue en novembre prochain». Pour eux, «le cas échéant, les leçons évidentes apprises du Covid-19 sur l’état du réseau scolaire invitent à mener des actions urgentes pour une amélioration de l’environnement des apprentissages (blocs sanitaires, approvisionnement en eau, sécurité des établissements,…)».
La Cosydep estime que «sur la rentrée 2020-2021, il est indispensable d’établir un bilan objectif, exhaustif et inclusif sur tout le processus de la reprise en vue d’apprécier la portée et le taux de couverture des multiples offres d’accompagnement des apprenants». D’après les membres de cette organisation, «ce bilan devra aussi être l’occasion de confirmer la disponibilité des sortants des centres de formation dès la prochaine rentrée conformément au plaidoyer mené par la coalition, ces dernières années».
Dans la même dynamique, il devrait permettre aussi «de s’engager à mieux soutenir le financement de l’offre publique d’éducation sur laquelle compte la majorité des Sénégalais avec un budget conséquent, libéré à temps pour les établissements publics». La Cosydep veut aussi que l’occasion soit saisie afin «d’anticiper les difficultés qui pourraient perturber la prochaine année scolaire par la reprise du monitoring des accords avec les organisations d’enseignants et la révision du calendrier scolaire».
Par ailleurs, faisant dans la projection, la Cosydep soutient que «sur les examens certificatifs de fin d’année, plusieurs facteurs influeront très probablement sur les résultats de cette année exceptionnelle de la pandémie du Covid-19». Ainsi, d’après l’organisation, «la réduction des effectifs pourrait éventuellement impacter positivement les résultats et confirmer que les effectifs réduits sont un facteur de qualité contrairement aux effectifs pléthoriques».
Poursuivant leur analyse, les auteurs du document pensent que «l’insuffisance en personnel enseignant dans certaines disciplines, combinée à la mobilisation d’enseignants pas suffisamment préparés à tenir des classes d’examens, pourrait constituer une limite dans la qualité de l’encadrement des élèves». Pour eux, «la capacité d’anticipation du système face aux effets de l’hivernage pourrait impacter le temps réel d’apprentissage et poser un problème d’équité».
Les membres de la Cosydep se sont aussi prononcés sur le problème récurrent de défaut de pièce d’état civil pour les candidats du Cfee. Selon la Cosydep, «à court terme, le système devra changer de perspective pour des solutions structurelles durables en lieu et place des mesures habituellement prises qui ne sont que conjoncturelles («composer sous réserve», «organiser des audiences foraines»)».
L’organisation recommande également «la prise de dispositions pertinentes pour l’accompagnement des candidats qui sont exemptés de reprise pour raison de maladie et la tenue de la session de remplacement qui leur est dédiée».

via LeQuotidien

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Image du policier qui fait le tour du net: L’administrateur de la Page «Luttons contre l’indiscipline» convoqué

Publié

sur




Dj Malick, l’administrateur de la Page «Lutton contre l’indiscipline au Sénégal» a été convoqué par la police.

L’administrateur de la page Facebook «luttons contre l’indiscipline au Sénégal (Lcs)» vient d’être convoqué par la police. Il a reçu une convocation de la division en charge de la cybercriminalité et devra aller y répondre dans l’après-midi de ce vendredi. Joint par nos soins, «Dj Malick», l’intéressé confirme.

La police n’a pas précisé l’objet de la convocation, mais, il serait lié à la publication, sur ladite page, d’une photo mettant en exergue un policier se penchant sur un scooter sur lequel était disposé de nombreux billets de banque, avec comme commentaire :«Sétalll ma li reke. Gni gno takh gnouye wakhale les honnêtes policiers du tout. (Ndlr : C’est à cause d’eux qu’on incrimine les dignes policiers)»

La Page Lcs est connue pour son combat contre l’indiscipline, notamment routière au Sénégal. Mais aussi, pour le soutien constant qu’elle apporte aux personnes nécessiteuses à travers des appels à l’aide et à la solidarité lancés sur la page.

IGFM



Dakarbuzz

Continuer La Lecture

Actualité

( 03 Photos ) Pluies diluviennes à Sédhiou : Une maison s’effondre sur deux fillettes à Faoune

Publié

sur




La nuit du mercredi au jeudi a été cauchemardesque pour la famille de Vieux Haidara. En effet, les fortes pluies qui se sont abattues sur cette commune du département de Bounkiling, ont occasionné l’effondrement une maison en banco sur deux fillettes âgées de 4 et 10 ans. L’une a eu le bras cassé et l’autre atteinte à la tête. Elles ont été admises au poste de santé de la commune pour les premiers soins.

Hier jeudi, les jeunes et les femmes se son mobilisés pour reconstruire la maison endommagée avec les moyens du bord. La famille attend le soutien des autorités locales.



Dakarbuzz

Continuer La Lecture

Actualité

Affaire Teliko : Ce qui est ressorti de son audition à l’Igaj et ce que révèle son avocat

Publié

sur


Selon les informations exclusives de Libération online, Souleymane Téliko a été interrogé, ce vendredi, de 10 heures 30 à 13 heures 45, par l’Inspection générale de l’administration de la Justice (Igaj).

Une audition qui a été tendue à ses débuts et pour cause. Le président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) a débarqué avec deux avocats à savoir Me Ciré Clédor Ly et Me Demba Ciré Bathily. Les inspecteurs étaient contre la présence des avocats mais Téliko a indiqué qu’il pouvait bel et bien se faire assister. Après un débat houleux, les avocats ont été autorisés à prendre part à l’audition.

Des sources sûres renseignent que les questions ont tourné autour des propos du président de l’Ums qui avait indiqué, sur Iradio, que les droits de Khalifa Sall avaient été v**lé lors de son procès. Il lui est reproché d’avoir, avec ces propos, “jeter le discrédit sur la justice”, ce qu’il a formellement nié.

Joint au téléphone Me Ciré Clédor Ly confirme : “Le débat qui était posé, à savoir la possibilité pour le juge Téliko de se faire assister a été, heureusement, tranché positivement. Pour le reste, je m’insurge contre la tentative d’intimidation des magistrats par les autorités politiques. Convoquer le président de l’Ums, signifie s’attaquer à tous les magistrats pris individuellement”.

“Tout ce que Téliko avait dit était déjà confirmé par la cour de la Cedeao. Mais nous saluons la décision qui a été prise par les inspecteurs après délibérations, ce qui est une grande première car jamais un avocat n’avait été assisté par un avocat dans le passé”, a ajouté Ciré clédor Sène qui révèle que l’assistance à Téliko s’était très bien passée.

“Dans ce pays, l’Etat de droit peut toujours être consolidé et tout dépend des magistrats. Il n’y a aucune entrave dans la procédure et en aucun moment l’assistance n’a été aussi un obstacle” a terminé Ciré Clédor joint au téléphone.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion