Suivez-nous

Actualité

Mercato: Manchester City zappe Koulibaly et offre 94 millions d’euros pour José Maria Gimenez

Publié

sur


Guardiola tient vraiment à renforcer sa défense. Malgré le recrutement de Bournemouth, Nathan Aké, Man City compte recruter un autre défenseur central. Selon AS, les blues ont fait une offre de 89 millions d’euros, plus cinq de bonus, à l’Atlético Madrid pour son défenseur central José Maria Gimenez. 

Les Citizens avaient jusqu’ici jeté leur dévolu sur Kalidou Koulibaly. Manchester City est-il en train de perdre patience avec Kalidou Koulibaly ? Annoncé proche des Citizens depuis plusieurs semaines, le défenseur central de Naples n’a toujours pas bougé. Et le club mancunien semble visiblement décidé à activer son plan B. Selon les informations de AS, City aurait ainsi transmis une offre formelle de 89 millions d’euros (plus cinq de bonus) à l’Atlético Madrid, pour José Maria Gimenez.

Les Colchoneros ne seraient pas vendeurs et attendraient 120 millions d’euros pour lâcher leur joueur de 25 ans, soit le montant de sa clause libératoire, informe football365 visité par Senego. Gêné par des pépins physiques, l’international uruguayen n’avait disputé que 21 matchs de Liga la saison dernière. Son contrat court jusqu’en 2023 et sa valeur marchande est estimée à 56 millions d’euros par le site Transfermarkt.



Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Les applications pour dormir sont-elles fiables ?

Publié

sur


Méditation, sons d’ambiance, analyses des cycles de sommeil : il existe une multitude d’applications conçues pour améliorer nos nuits. Mais sont-elles vraiment efficaces ? La réponse du Dr Sylvie Royant-Parola, médecin du sommeil.

Depuis quelques années, plus personne (ou presque) ne compte de moutons. Qu’elles s’appellent Calm, Pillow ou encore Sleep Cycle, les applications mobiles pour nous aider à trouver le sommeil n’ont jamais été aussi nombreuses. Mais nos nuits sont-elles vraiment plus belles avec ? Pas selon certains spécialistes, comme la neurologue américaine Kelly Baron, qui affirmait dans une étude récente que ces outils poussaient leurs utilisateurs à s’auto-diagnostiquer des pathologies du sommeil… provoquées par les applications !
Sur le même sujet
15 effets sur la santé d’un manque de sommeil
En manque de sommeil ? 15 effets inattendus sur votre humeur et sur votre santé

Alors, arnaque ou pas ? Nous avons posé la question à une experte française pour en avoir le cœur net.
Méfiez-vous des sons

Tout d’abord, il faut noter qu’il existe évidemment différentes familles d’applications, et que toutes ne se valent pas. Des programmes comme Sleepy, Calm ou Petit Bambou, par exemple, sont avant tout conçus pour vous détendre à travers le yoga et la méditation. « Elles sont intéressantes parce que les différentes techniques qu’elles enseignent permettent de réduire la tension nerveuse. Ce qui peut améliorer le sommeil », explique Sylvie Royant-Parola, médecin du sommeil et présidente du réseau Morphée.

En revanche, des outils comme Relax Melodies ou White Noise, qui diffusent des sons et/ou des mélodies au moment de l’endormissement, ne trouvent pas grâce aux yeux de l’experte : « Sur le plan technique, ça ne marche pas vraiment. En réalité, elles vont pousser les gens à avoir besoin d’un son et ils vont finir par se tourner vers des podcasts ou la musique qu’ils aiment. Ce qui n’est pas très efficient au niveau du sommeil. »

On trouve, enfin, une troisième grande famille d’applis : celles qui, comme Pillow ou Sleep Cycle, mesurent les rythmes de vos nuits. « Le problème, c’est que les stats fournies par ces apps et la réalité ne collent pas du tout, nuit par nuit, commente Sylvie Royant-Parola. En revanche, sur le long terme, disons sur 15 jours ou 3 semaines, elles peuvent fournir une rétrospective intéressante à un médecin. »

« Personnellement, embraie le médecin, j’utilise avec mes patients des applis qui permettent de mesurer le pourcentage et l’intensité des ronflements [Comme iRonfle, ndlr.] C’est, là aussi, un paramètre intéressant, même si l’outil ne peut pas diagnostiquer seul une apnée du sommeil ».
Des applications inefficaces en cas de vraie pathologie du sommeil

Vous l’aurez compris : hormis celles qui diffusent des sons, ces applis ne perturbent pas votre sommeil, mais n’ont pas non plus un impact décisif dessus. En tout cas pas sans l’aide d’un(e) professionnel(le) : « Le problème, c’est qu’elles fournissent des conseils d’ordre général, qui sont bons à prendre, mais ne sont pas spécifiquement ciblés sur les utilisateurs, explique Sylvie Royant-Parola. De plus, il existe très peu d’applications qui aident vraiment à dormir. Et il s’agit de programmes payants en anglais, sans équivalents en France, comme Sleepio ou SHUTi. »

Seulement, que vous décidiez de céder aux sirènes des programmes anglo-saxons ou non, aucun outil mobile ne réglera, par exemple, un problème d’insomnie sévère : « Je dirais qu’ils s’adressent surtout à des gens un peu anxieux, mais pas à ceux qui ont de véritables pathologies. Quand on est sur quelque chose de récurrent et vraiment pesant, il faut consulter. D’ailleurs, ces gens-là essaient les applications, et s’arrêtent rapidement. » Bref, les moutons n’ont peut-être pas dit leur dernier mot.

Lire aussi :

Quelle est l'heure idéale pour se coucher ?
Parler en dormant, est-ce inquiétant ?
A quelle heure boire un dernier café pour ne pas faire d'insomnie ?
Pourquoi est-il utile de noter ses rêves ? 

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Vidéo – Bass thioung craque, s’excuse et font en larmes : « khamouma sama pape, sama yaye moma yar »

Publié

sur


Vidéo – Bass thioung craque, s’excuse et font en larmes : « khamouma sama pape, sama yaye moma yar »





Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Voici la camerawoman de dakaractu sauvagement agressée par la police(Photo)

Publié

sur


Une camerawoman de dakaractu sauvagement agressée par la police

« Nous avons appris avec consternation et indignation que la camerawoman Adja Ndiaye de Dakaractu a été sauvagement bastonnée par la Police ce lundi 28 septembre à Dakar.

L’équipe de Dakaractu comme d’autres médias, étaient au niveau de la direction de la Police sise au quartier de la Medina, pour couvrir l’affaire de l’activiste Dj Malick qui répondait ce lundi à une convocation de la brigade en chargé de la Cybercriminalité.
Des premiers témoignages recueillis par le Synpics, il apparaît que c’est suite à l’adresse de Fatima Mbengue du mouvement Frapp France Dégage, que les policiers sont venus encadrer les journalistes, leur intimant l’ordre de quitter les alentours de la Direction Générale de la Police.

Sur ce, la presse obtempère et se déplace au niveau de la Place du Souvenir africain, afin de recueillir la déclaration de Dj Malick du mouvement « Luttons contre l’indiscipline des sénégalais », une page Facebook qui alerte sur certaines dérives notées dans l’espace public local.
C’est au moment où les journalistes avaient en face d’eux Dj Malick, que la police revient à la charge, et s’adressant au groupe qui s’était formé, leur interdit tout rassemblement sur la voie publique.
Alors que les journalistes remballent leur matériel, un élément du Gmi prend en apparté la Camerawoman de Dakaractu, et lui administre un violent coup avant de la pousser à terre. Celle ci, perdant du coup sa caméra fortement endommagée, se rebelle avant de se faire arrêter par toute la meute d’agents de police présents sur les lieux.
Mise dans le panier à salade, elle sera selon les témoignages de plusieurs journalistes présents, menottée, bastonnée, insultée par la nuée d’agents aidée par un ASP (Agent de sécurité public non détenteur du droit d’usage de la violence) comme une malpropre.
Non content de ce forfait, les agents de police vont arrêter tous ceux qui avaient exhibé leur téléphone pour filmer l’incident et vont les sommer un à un de supprimer les captures et vidéos.
Il s’agit là de plusieurs violations indignes d’un pays comme le Sénégal, qui plus est, surviennent ce 28 septembre, Journée Mondiale de l’accès à l’information.
En interdisant aux journalistes de faire leur travail sur la devanture de la direction de la Police, les agents ont fauté par excès de zèle et ont de ce fait, porté atteinte à la liberté de presse et à celle d’expression.
En leur interdisant une seconde fois, sur la place du Souvenir Africain de tendre leur micro, ils ont consacré une deuxième violation des droits les plus fondamentaux en plus de la liberté d’aller et de venir que consacrent toutes les lois et traités du monde.
Enfin, en agressant physiquement une camerawoman, une femme, au point de lui occasionner des blessures que les examens médicaux ne tarderont pas à révéler, la Police Sénégalaise par certains de ses éléments, vient une nouvelle fois de porter un sérieux coup aux libertés que consacrent notre régime démocratique.
Last but not least, en torturant notre consoeur Adja Ndiaye puis en usant de la menace pour faire effacer les vidéos des témoins, les agents ont une nouvelle fois porté une atteinte grave aux principes qui font du Sénégal, un pays de libertés.
Face à cette situation, le Synpics qui a informé aussi bien le Directeur de la Sécurité Publique que le ministre de l’intérieur, condamne avec toute la rigueur qui sied ces actes dignes d’une dictature.
Se préoccupant d’abord de l’état de la victime de ces actes barbares, le Synpics suit avec une attention stressante l’évolution de son état de santé et prend pour responsable l’Etat du Sénégal de tout ce qui pourrait arriver à Adja Ndiaye.
Notre consoeur, actuellement hospitalisée dans une clinique de la place est la énième femme de médias, victime cette année de l’exagération de forces de police.
Le Syndicat lui marque sa solidarité totale et entière et donnera avec elle toute suite judiciaire appropriée à cette affaire.
Nous rappelons aux forces de l’ordre que le pouvoir de coercition, au besoin, qui leur est accordé au point qu’elles peuvent user d’une violence légitime pour maintenir l’ordre, découle de la loi.
Qu’il ne saurait être question dans une République que le port d’une tenue, soit transformé en un permis de matraquer ou d’humilier en toute impunité en usant de la violence et se couvrant du statut d’agent public de sécurité.
La récurrence des actes d’agression contre des journalistes (Touba durant le Covid, Place de L’indépendance, marche de Guy Marius Sagna sur le Boulevard de la République) ne nous fait pas mériter notre place dans le top 50 des pays les mieux classés en matière de liberté de presse.
La police doit, comme récemment au Quai de pêche de Mbour, déployer toutes ses ressources pour protéger les citoyens, dont les journalistes, et non les violenter gratuitement.
Le secrétaire général du Synpics ».





Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion