Suivez-nous

Actualité

Le réchauffement climatique favorise les grossesses à risque

Publié

sur


Une nouvelle étude souligne que le réchauffement climatique a un impact sur les femmes enceintes.

Plus les vagues de chaleur sont fortes et longues, et plus les femmes enceintes s’en trouveront fragilisées. Une nouvelle étude publiée dans The BMJ Journal explique comment les hautes températures peuvent être à l’origine de fausses couches ou encore de naissances prématurées.
Sur le même sujet
Covid-19 et grossesse : les réponses à vos questions
Covid-19 et grossesse : masque pendant l’accouchement, tests… Toute les réponses à vos questions

Les périodes de gestation sont impactées par la température extérieure. Cette étude le réaffirme, mais n’était pas la première à le souligner. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont étudié les données périnatales (qu’il s’agisse du taux de mortinatalité ou encore de naissances prématurées) de 27 pays, à travers la synthèse de 70 études.

En Europe, en Australie, en Nouvelle Zélande ou encore en Amérique du Nord… La plupart des pays étudiés ont un niveau de vie élevé, seuls sept d’entre eux sont considérés comme ayant des revenus faibles ou moyens.
Des bébés plus petits qui naissent plus tôt

Le résultat de leur enquête suggère qu’une vague de chaleur fait grimper le risque d’accoucher trop tôt, ou de donner naissance à un bébé mort à hauteur de 16%. Par ailleurs, dans 18 des pays étudiés, les hausses de températures sont associées à des naissances de bébés plus légers.

Si l’incidence de la chaleur sur la grossesse est une réalité quelle que soit le revenu du pays, les chercheurs notent tout de même que pour ceux au niveau socio-économique bas ou moyen, le réchauffement climatique aura des conséquences plus importantes.

Lire aussi :

Moins de naissances prématurées durant le confinement
Bébés prématurés : zoom sur les progrès
Comment s'explique l'écart de taille des enfants selon les pays du monde ?

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

«Dama la koy dei»…le nouveau clip de l’artiste Seydina

Publié

sur






Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Actualité

BTP – Réhabilitation et construction de la route Saraya-Boto : La société Iam gold finance les travaux

Publié

sur


Le nouveau ministre des Mines et de la géologie, Oumar Sarr, a procédé le vendredi dernier au lancement des travaux de réhabilitation et de construction de la route Saraya-Boto, dans la région de Kédougou. Ce projet entrepris par la société minière Iam gold, en partenariat avec Eiffage Sénégal, va coûter 11 milliards de francs Cfa.

Les travaux de construction et de réhabilitation de la route Saraya-Boto, longue de 70 km, ont été lancés le vendredi dernier par la société minière Iam gold. Le coût de ces travaux, qui vont durer dix mois, est estimé à 11 milliards de francs Cfa.
Cette route dont la réalisation sera assurée par Eiffage Sénégal donnera un accès direct à la mine de Boto, tout en désenclavant considérablement plusieurs localités de la région de Kédou­gou situées sur cet axe, telles que Nafadji, Saroudja, Noumou­fouka, Madina Baffé et Gué­médjé. Les travaux comprennent également une piste d’atterrissage sur le site de Boto et la construction du pont de Baitilaye.
«Ça sera une route moderne d’une largeur de 12 m. Il y aura aussi des contournements et nous avons pris en considération la biodiversité», a précisé Oumar Toguyéni, président du Conseil d’administration de la société minière, qui a obtenu son permis d’exploitation le 19 décembre 2019.
A ce propos, le Pca informe que la mine a une durée de vie de 11 ans. «Nous attendons une production de 3,4 tonnes d’or par an. Nous avons investi environ 162 milliards de francs Cfa. Le développement socio-économique des communautés et l’amélioration de leurs conditions de vie sont nos priorités. Nous voulons faire de la mine une référence dans la sous-région et au Séné­gal», promet Oumar To­guyéni.
En termes de création d’emplois, le nouveau ministre des Mines et de la géologie, Oumar Sarr, indique que le projet devrait approximativement re­cruter 500 employés durant la phase de construction et 450 au moment de l’exploitation.
Profitant de cette occasion, il a rappelé que des instructions ont été données pour que les collectivités territoriales puissent accéder au fonds de péréquation et d’appui, notamment à la première tranche de 5 milliards qui sera disponible en fin novembre.



via LeQuotidien

Continuer La Lecture

Actualité

MOMO DIENG – ALALU KU SAGAN

Publié

sur




Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion