Suivez-nous

Actualité

La mystérieuse « maladie des pêcheurs » de Thiaroye passe de 82 à 200 Cas, un comité de crise annoncé

Publié

sur


}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

Les populations de Thiaroye-sur-mer, une localité composée en majorité de pêcheurs, fait les frais d’une maladie dermique qui n’apparait que sur les pêcheurs revenus de haute mer. Une affection de type dermatologique ; qui se manifeste par des boutons sur le visage, aux bras, sur les lèvres, sur les parties intimes, ainsi que par des yeux larmoyant. Une grosse fièvre et un refus de s’alimenter font aussi partie des symptômes.

Certains pêcheurs de la localité accusent un bateau étranger mouillant au large de déverser en mer des produits chimiques, car ces pêcheurs de retour d’une campagne en haute mer ont vu leur état s’aggraver. En l’espace de 48 heures, le bilan passe de  82 patients à 200. Le  district sanitaire qui les prend en charge est débordé. Poussant le gouverneur de Dakar, à annoncer  l’installation d’un comité de crise. « Effectivement, nous avons constaté qu’il y a un rush vers les structures de santé entre hier et aujourd’hui. Ils étaient à 82 patients et ce matin plus de 200 pêcheurs sont concernés », explique monsieur Al Hassan Sall.

Une situation qui nécessite une prise en charge d’urgence, avec un site de recasement des infectés qui a été annoncé pour une mieux connaître l’évolution de la maladie. Des prélèvements ont été effectués sur les patients pour apporter le traitement qui y sied. Les résultats de ces prélèvements sont attendus ce mercredi soir.

Un autre prélèvement, en relation avec la Brigade maritime et environnemental aura lieu au niveau de eaux de Thiaroye sur Mer.

pressafrik



Via SansLimite

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

(Dernière minute) Ndeye Fatou Ndiaye vient de claquer la porte de Walf après 12 ans de bons et loyaux services…La raison dévoilée !

Publié

sur


Ndeye Fatou Ndiaye

}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

Selon les informations exclusives de Senegalactu, la talentueuse journaliste Ndeye Fatou Ndiaye vient de claquer la porte de Walf après 12 ans de bons et loyaux services.

Une nouvelle qui paraît surprenante à plus d’un, tant qu’elle était une icône incontestable de la chaîne de feu Sidy Lamine Niasse.

Selon la source, la journaliste a évoqué un motif de convenance personnelle.

Mais, les choses sont bien plus que compliquées que cela car, nous apprend la même source, le retour des Biteye, Pierre Édouard Faye a semé une atmosphère tendue dans la boîte. On reproche à ces derniers de vouloir faire la pluie et le beau temps dans la boîte alors qu’ils avaient “fui” l’entreprise pendant la période des vaches maigres.

Sur ce, la nouvelle gestion de Cheikh Niasse n’est pas aussi exempt de tout reproche après avoir remplacé son père Sidy Lamine Niasse, il y a deux ans.

Les jours à venir marquant l’anniversaire des deux ans de disparition du Mollah de Khar Yalla risquent d’être cruciaux pour le nouveau boss de Walf.

Affaire à suivre



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Emigration clandestine : « Ce phénomène demande une meillleure éducation pour … »

Publié

sur


Le
ministre des finances et du budget a entamé avec les parlementaires,
depuis ce matin, le marathon budgétaire qui va consacrer le budget de
l’année 2020-2021. 

Précédemment
dans les discussions avec la commission des finances, le ministre
Abdoulaye Daouda Diallo avait évoqué plusieurs point d’actualité,
notamment, le phénomène de l’émigration clandestine. Il considère que
chacun doit jouer sa partition.

« Il
s’agit donc d’un problème d’éducation et de tradition car, dans son
Fouta natal par exemple, un homme ne peut être considéré comme mature
tant qu’il n’a pas voyagé », déclare Abdoulaye Daouda Diallo.

De
plus, le ministre des finances et du budget estime que « l’essentiel
des jeunes migrants abandonne un emploi pour tenter l’aventure ».

À
l’en croire, « la migration clandestine est un phénomène mondial, mais
elle doit être encadrée et se faire dans les meilleures conditions de
sécurité garantissant la vie humaine ». Ainsi, il propose « qu’une
meilleure éducation soit envisagée, surtout à l’égard des
investissements massifs du président de la République dans
l’agriculture, l’élevage, mais également dans les infrastructures de
transformation des produits afin d’inverser la tendance et la fiction de
l’exode rural ».



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

(Video) Farba Ngom : « En 1993 j’ai pris la pirogue pour voyager »

Publié

sur


(Video) Farba Ngom : « En 1993 j’ai pris la pirogue pour voyager »

}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

(Video) Farba Ngom : « En 1993 j’ai pris la pirogue pour voyager »



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion