Suivez-nous

Actualité

La GCO qui exploite le Zircon à Diogo vire 22 employés sur la base de discussions privées sur WhatsApp (Documents exclusifs)

Publié

sur

La société Grande Côte Operations (GCO) qui exploite du zircon au Sénégal, avec la mine de Diogo, commune de Darou Khoudoss (région de Thiès) a pris des mesures radicales contre des employés qui dénonçaient dans un groupe WhatsApp, les conditions d’hébergement et la mauvaise qualité des repas qui leur sont servis, dans un groupe WhatsApp dédié.

Sur les 32 employés qui ont été ciblés par la direction, 22 d’entre eux ont été licenciés pour faute grave et 10 autres mis à pieds, d’après les informations recueillies par PressAfrik, qui détient la copie d’une des lettres de licenciement dûment signées par Monsieur Michel Privé, Directeur général de la GCO.

Tout est parti des discussions dans un groupe WhatsApp entre employés qui planifiait des actions pour contraindre les responsables de ladite société à trouver une solution à leurs conditions de vie au sein du camp de l’usine où ils sont logés. D’après des photos envoyées par notre source, leurs chambres sont inondées par les eaux de pluies et la bouffe qui est servie n’est pas saine. La direction, qui avait certainement des pions dans ledit groupe, a reçu les éléments de la discussion où certains agents sont allés jusqu’à proposer un arrêt de la production, si leurs supérieurs continuaient à faire la sourde oreille.

Les dates précisées sur la Demande d’explication et la Lettre de licenciement de l’un des employés indiquent que les faits pour lesquels ces employés ont été licenciés se sont déroulés au mois de juillet.

La Direction affirme s’être basée sur l’article 9 du Règlement intérieur de l’entreprise titré Interdiction générale:
A/Actes de nature à troubler l’ordre
-La provocation ou la participation à une rixe à  l’intérieur de Grande Côte Opération
B/Actes de nature à perturber le travail
-Tout acte de nature à entraver, perturber ou ralentir l’exécution du travail

Le Demande d'explication, datant du 03 août, servie à un des 22 employés licenciés

Le Demande d’explication, datant du 03 août, servie à un des 22 employés licenciés

« Il ne faudrait pas se laisser intimider… quite à ce que l’on arrête l’usine, la production »

La Lettre de licenciement servie au même employé le 13 août 2020

La Lettre de licenciement servie au même employé le 13 août 2020
PressAfrik a cherché à joindre un juriste pour savoir si les conditions dans lesquelles les 22 employés sont en conformité avec le Code du travail. Les faits qui leurs sont reprochés dans les lettres de licenciement sont : Actes de nature à troubler l’ordre qui est définit dans le Règlement intérieur de la société comme la provocation ou la participation à une rixe à  l’intérieur de Grande Côte Opérations
Et Actes de nature à perturber le travail, défini comme tout acte de nature à entraver, perturber ou ralentir l’exécution du travail
Or, les employés concernés dans ce cas précis n’ont été auteurs ni d’une rixe à l’intérieur de l’entreprise ni de perturbations ou ralentissement du travail. Même s’ils en avaient le projet comme précisé dans les lettres de licenciement: « Il ne faudrait pas se laisser intimider… quite à ce que l’on arrête l’usine, la production »

Pour le moment, les robes noires contactées n’ont pas voulu avancer sur le sujet. Ils veulent d’abord plus de détails sur le dossier. PressAfrik va revenir dans un prochain article avec un avis juridique sur la chose.

En attendant, la plateforme SOS Mboro, qui s’active dans la zone des Niayes a entamé une médiation pour amener la direction à revenir sur sa décision radicale de licencier ces 22 pères de familles. Ces derniers ont pris l’initiative de se constituer en collectif pour entamer une bataille judiciaire.

via Sanslimites

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Perte d’odorat et Covid-19 : la majorité des patients la récupèrent au bout de 2 mois

Publié

sur


C’est prouvé : la perte d’odorat (ou anosmie) est bien un symptôme de l’infection à coronavirus Sars-CoV-2. Et 6 mois après le début de la pandémie, les scientifiques en ont appris un peu plus sur l’origine et les délais de récupération. Voici ce que l’on sait.

Tandis que l’épidémie de coronavirus continue à progresser dans le monde, il y a un symptôme de l’infection par le Sars-Cov-2 qui fait beaucoup parler de lui : la perte d’odorat ou « anosmie » en langage médical. Les médecins spécialistes en ORL (nez, gorge, oreilles) s’interrogent sur l’origine de ce symptôme, sur ses formes et sur les délais de récupération.
Sur le même sujet
Symptômes du coronavirus : la perte de goût et d’odorat
Perte du goût et de l’odorat : « je n’ai pas pensé au coronavirus »

Le délai de récupération est estimé à deux mois

Selon une étude multicentrique européenne menée sur 1 300 patients et coordonnée par l’Hôpital Foch et l’Université de Mons en Belgique, 75 à 85 % des patients anosmiques semblent récupérer leur odorat deux mois après la fin de la maladie. Concernant le goût, la dernière étude de l’hôpital Foch montre que 90,6% des patients ayant rapporté une perte de goût semblent avoir retrouvé le gout deux mois après la fin de la maladie à coronavirus.

La perte d'odorat touche davantage les formes légères

Selon cette même étude, la présence d’un trouble de l’odorat est un facteur de bon pronostic de la maladie à coronavirus. En effet, les patients qui ont développé une maladie à coronavirus sévère, ainsi que ceux qui ont été hospitalisés en soins intensifs, ont une proportion de trouble de l’odorat nettement plus faible que les sujets non hospitalisés en réanimation.

La perte d'odorat est l'un des symptômes les plus courants

Dans une première étude menée entre le 22 mars et le 10 avril 2020 sur 1420 patients atteints d’une infection légère ou modérée au Covid-19 menée par a Fédération internationale des sociétés d’ORL (IFOS),les chercheurs ont listé les symptômes les plus fréquents. Ils ont découvert que la perte de l’odorat est présente dans 70% des cas chez ces patients, soit autant que les maux de tête, et un peu plus que l’obstruction nasale (68%) et la toux (63%).

Et c'est un symptôme précoce 

En outre, toujours selon cette étude, les troubles de l’odorat survenaient soit avant l’apparition des autres symptômes du Covid-19 (dans 12 % des cas), soit pendant (65 % des cas) ou soit après (23 % des cas).

Les femmes sont plus touchées par les pertes d'odorat

Cette perte d’odorat – qui est partielle ou totale en fonction des patients – n’est pas liée à une obstruction nasale (nez bouché) ni à une rhinorrhée (nez qui coule). De façon surprenante, c’est un symptôme du Covid-19 que l’on observe plutôt chez les femmes.

Les chercheurs soulignent également que les études chinoises ne parlent pas (ou presque) de perte d’odorat en lien avec l’infection par le coronavirus. « Le potentiel neuro-invasif du Covid-19 (…) est peut-être plus répandu chez les patients européens que les patients chinois » en raison de différences purement biologiques entre les peuples, expliquent-ils.

L'invasion du système nerveux central (et non des fausses nasales) serait en cause

Comment expliquer l’anosmie (perte d’odorat) provoquée par le Covid-19 ? Pour le moment, rien n’est sûr. Les chercheurs estiment néanmoins que « les troubles olfactifs (…) pourraient être liés au potentiel neuro-invasif du Covid-19. (…) La capacité du Covid-19 à envahir le bulbe olfactif et, par conséquent, le système nerveux central, est probablement une piste. »

Source : communiqué de presse Hôpital Foch

À lire aussi :

Un test à la cannelle pour détecter le coronavirus

Coronavirus : comment savoir si on l’a ?

Où se faire dépister du coronavirus ?

AlloCovid, une intelligence artificielle dédiée au coronavirus

La conjonctivite, un symptôme du coronavirus ?

Troubles digestifs, symptômes atypiques du coronavirus

Coronavirus : rougeurs, urticaire et symptômes dermato

Coronavirus : les traitements prometteurs

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Vaccin contre la grippe : sera-t-il obligatoire pour les soignants ?

Publié

sur


La campagne de vaccination contre la grippe démarrera en octobre. L’Académie nationale de médecine considère qu’il est urgent de rendre obligatoire ce vaccin pour l’ensemble du personnel soignant exerçant dans le secteur public ou libéral, dans les établissements de santé et dans les EHPAD.

Alors qu’il n’est pas toujours simple de déterminer si l’on souffre d’un rhume ou du Covid-19, les professionnels de santé savent que dans quelques semaines la même question se posera dès les premiers frissons pour savoir si l’on souffre du coronavirus ou de la grippe. Les deux épidémies vont en effet cohabiter dès la fin d’automne, risquant d’engorger les services de réanimation et de provoquer un nouveau pic de surmortalité.
Sur le même sujet
Vaccin covid-19 : la course des laboratoires
Vaccin contre le Covid-19 : Sanofi, Moderna, AstraZeneka… Où en sont les laboratoires ?

C’est pour cette raison que l’Académie considère « qu’il est urgent de rendre obligatoire la vaccination contre la grippe pour l’ensemble du personnel soignant exerçant dans le secteur public ou libéral, dans les établissements de santé et dans les EHPAD, ainsi que pour les auxiliaires de vie pour personnes âgées ».
Vaccination obligatoire pour les soignants des Ehpad ?

Dès le mois de mai dernier, l’Académie de médecine recommandait de se faire vacciner contre la grippe dès le début de la campagne de vaccination. Plus précisément, l’Académie recommandait d’initier une campagne d’information de grande ampleur « grippe et Covid-19 « pour sensibiliser la population aux risques d’une co-épidémie, et de rendre obligatoire la vaccination antigrippale pour tous les soignants et les personnels sociaux en contact avec les personnes vulnérables, en particulier dans les EHPAD et les hôpitaux.

Dans un nouveau communiqué, l’Académie souligne l’urgence de cette vaccination et la justifie par les 3 points suivants :

L'évolution actuelle des indicateurs épidémiologiques fait redouter la persistance d'une circulation du SARS-CoV-2 sur un mode épidémique jusqu'au printemps prochain.
Nul ne peut prédire l'ampleur ni la gravité de la grippe saisonnière 2020-2021.
Le risque d'une saturation des services hospitaliers par l'addition de cas de grippe sévère aux cas de Covid-19, aggravée par l'incapacité des soignants malades, ne peut être encouru.

Si l’Académie de médecine insiste tellement, c’est que les professionnels de santé des Ehpad font partie des mauvais élèves côté vaccination contre la grippe. Selon une enquête de Santé publique France qui date d’octobre 2019, dans les établissements d’accueil pour personnes âgées dépendantes , la couverture vaccinale est estimée à (seulement) 32%.

Or, « Covid et grippe présentent tous deux des signes respiratoires comme une toux, des céphalées, de la fièvre. Si la grippe circule, le vaccin pourra aider dans les diagnostics. Face à une personne vaccinée, on pourra écarter la grippe plus facilement » explique au HuffPost Sylvie Behillil, biologiste médicale au Centre National de Référence des virus des infections respiratoires.
Le vaccin contre la grippe sera-t-il gratuit ?

Dans un appel publié ce week-end dans le JDD, 75 députés soulèvent la question de la gratuité possible du vaccin contre la grippe. Pour inciter le plus grand nombre à opter pour cet « acte citoyen en faveur de sa santé et de celle des autres », ils proposent de rendre la vaccination gratuite pour toutes les classes d’âge et non seulement pour les plus de 65 ans ou les personnes à risque.

Si les médecins et les députés appellent les patients à se faire vacciner contre la grippe, ce n’est pas parce que le vaccin permettrait d’être protégé contre le Covid-19. Mais essentiellement pour limiter la cohabitation des deux maladies et réduire les embouteillages dans les services d’urgence. « Je crains que la superposition des deux maladies engendre une saturation des réanimations » déclare dans le Parisien le Pr Alain Fischer, professeur honoraire au Collège de France. « Une épidémie de grippe tue des milliers de personnes et nécessite un grand nombre de lits d’hospitalisation. On peut se retrouver dans une situation catastrophique ».

A lire aussi :

Covid-19 : les tests antigéniques arrivent cette semaine
Coronavirus : qu'est-ce qu'un cas contact ?
Dépistage du coronavirus en Ile-de-France : pour qui ? où le faire ?

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

9 aliments riches en protéines

Publié

sur


Consommer des protéines est indispensable pour la bonne santé de notre organisme. La consommation d’aliments riches en protéines permet d’éviter d’avoir faim entre deux repas car ils ont un effet satiétogène. Zoom sur 9 aliments riches en protéines.

Les protéines permettent de fabriquer tous nos organes (les muscles, les os, la peau…) et de produire les hormones, enzymes, anticorps… Ce sont les briques de construction de tout notre organisme. Elles font partie des protides, constitués d’acides aminés. Parmi les 22 acides aminés, 8 ne peuvent être fabriqués par l’organisme, ils sont dits indispensables ou essentiels. Ils doivent impérativement être apportés par l’alimentation.
Sur le même sujet
Top des aliments riches en calcium
9 aliments pour faire le plein en calcium

Il existe deux grandes catégories de protéines : les protéines animales et les protéines végétales. Les protéines animales se trouvent dans les viandes et les poissons, les fromages, les œufs, les yaourts, le fromage blanc et le lait. Tous ces aliments contiennent tous les acides aminés essentiels. Les viandes et les fromages ont une teneur élevée en protéines, de 20 à 30% tout comme certains poissons (saumon, thon…). Les protéines végétales, elles, proviennent essentiellement du pain, des céréales, des légumes secs et légumineuses et ne contiennent pas tous les acides aminés essentiels. Les aliments d’origine végétale qui affichent des teneurs en protéines élevées sont les légumes secs (légumineuses, le soja et les amandes et noix).

L’apport recommandé en protéines est de 1g par kilo de poids corporel chaque jour (soient 58g de protéines par jour pour une femme de 58kg). Les enfants, les adolescents, les personnes âgées et les femmes enceintes ont un besoin supérieur en protéines, de l’ordre de 2g par kilo de poids.

Sources : Laurence Plumet, Le grand livre de l’alimentation, Editions Eyrolles, 2014 – Marie Borrel, ‎Carole Garnier, ‎Anne Dufour, Le grand livre des protéines végétales, Editions Leduc.s, 2016.

Lire aussi :

Les régimes hyper-protéinés, mauvais pour la santé ?
Les protéines doivent aussi être consommées au petit déjeuner
Flexitarien : 5 façons de consommer plus de protéines végétales

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion