Suivez-nous

Actualité

Incendie marché Ocas, maladie “mystérieuse”: Ousmane Sonko exhorte l’Etat à réagir

Publié

sur


Ousmane Sonko est sorti de sa réserve pour parler de l’actualité du pays. Le récent incendie au marché Ocas, et la maladie dite “mystérieuse” aperçue chez les pêcheurs, sont les principaux axes qui préoccupent le leader de Pastef. Dans une déclaration publiée sur sa page Facebook, Sonko demande la réaction de l’Etat sur ces deux faits.

Texte in extenso 

Suite au terrible incendie qui a ravagé une partie du marché Ocass de Touba, nous témoignons notre entière solidarité aux commerçants et nous associons à leur peine.

Le compte-rendu qui nous a été dressé par la mission que nous avons déléguée sur les lieux, conduite par le Coordonnateur de Pastef Touba, Serigne Cheikh Thioro Mbacké, est plus que désolant. De dignes travailleurs ont perdu, pour certains, le fruit d’une vie de labeur en quelques minutes.

Cet incendie n’est malheureusement pas une première au Sénégal. Nous nous rappelons encore du Pak Lambaay.

En effet, depuis de nombreuses années, des hommes d’affaires, commerçants, soutiens de famille n’ont que trop souvent assisté impuissants à la réduction en cendres de leur source de revenus.

Nous exhortons l’Etat à prévenir ce genre de catastrophes récurrentes en modernisant les marchés, en veillant au respect des normes de sécurité strictes, mais également en améliorant les dispositifs de réaction, notamment par le renforcement technique, humain et matériel des services des sapeurs-pompiers. Nous l’exhortons enfin à envisager un mécanisme de soutien à ces commerçants afin de les aider à relancer leurs activités pour leur bien, celui de leur communauté et de l’économie nationale.

Nous exprimons également nos vives préoccupations face à cette maladie dite “mystérieuse” qui frappe des centaines de nos compatriotes, des zones côtières, singulièrement des pêcheurs. Inquiétudes doublement justifiées par le manque d’information quant à la nature de cette maladie et par sa rapide propagation.

Nous assurons les personnes touchées de toute notre solidarité et appelons nos concitoyens à beaucoup de vigilance en attendant d’en savoir plus.

Nous appelons l’état à une prompte réaction en prenant toutes les mesures régaliennes de sécurisation des populations, en communiquant sur des mesures barrières éventuelles et en dotant les services sanitaires compétents de tous moyens nécessaires pour soulager les concitoyens affectés et maîtriser la maladie.



Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Incendie à Castors : Après les flammes, le néant !

Publié

sur


L’incendie qui s’est déclaré hier à Castors sur l’avenue Bourguiba en
face du supermarché Auchan a fait d’énormes dégâts. En effet, le
sinistre a eu lieu dans une installation artisanale où se trouvait
différents vendeurs de matériels et d’animaux. Mais tout est presque
parti en fumée.

A l’intérieur, les vendeurs qui s’y trouvaient
ont perdu des biens matériels comme des véhicules, des tissus et du
bétail et de la volaille tels que vaches, moutons, canards, entre
autres. Ces propriétaires se désolent et se posent de multiplient
questions sur les raisons qui peuvent provoquer cet incendie. En fait,
ils se disent surpris, car il n’y a pas d’électricité qui peut
déclencher cet incendie.

Certains d’entre eux trouvés sur place
font deja l’estimation de leur perte. « Jai perdu presque deux vaches, et
si je ne me trompe pas ces vaches peuvent être estimées à 800 mille
Fcfa ». D’autres ont du mal, pour l’instant, à estimer leur perte mais
tendent déjà leur bras à l’État du Sénégal pour un soutien. Ils
demandent également qu’une enquête soit faite pour éclairer les raisons
de cet incendie.

Malgré les pertes importantes,  les victimes
saluent le travail que les sapeurs-pompiers ont pu effectuer hier sur
les lieux. En attendant l’arrivée des autorités municipales et de l’Etat
central.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Les confidences de l’Imam empêtré dans une sale affaire de « Ndialo » par Soda Maréme Touré. »elle a voulu me…»

Publié

sur


}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

« L’Obs » a foulé le sol du populeux quartier Khar-Yallah de Dakar et fait le pied de grue pour mener une enquéte de voisinage sur l’imam El Hadji Aboubacar Diallo, qui a attrait, vendredi dernier, sa « maitresse », Soda Maréme Touré, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour diffusion d’images obscénes prises lors de leur intimité. Ce maitre coranique et précheur dit étre une « cible ».

Il est des moments de le vie ou l’on préfère tomber dans l’anonymat, pour ne pas dire dans l’oubli. Elhadji Aboubacar Diallo de Khar-Yallah serait sans doute arrivé à ce stade de son existence. Son nom associé à une abjecte histoire de moeurs, cet imam, jadis respecté doublé d’un précheur chevronné aux sermons écoutés, fuit la lumière et cherche refuge à l’ombre. A la parole, il préfére le silence. Depuis que sa réputation est ternie par l’histoire des vidéos obscènes partagées par sa « maitresse » et fortement commentées sur les parvis du tribunal de Dakar et dans les rubriques faits-divers des journaux, il avale sa peine à petites doses.

Le précheur et maitre coranique est sous le feu des projecteurs depuis qu’il attrait son « ex-maitresse », l’infirmière Soda Maréme Touré, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, vendredi dernier. « L’ imam » de Khar-Yallah reproche à son « ex-amante » d’avoir pris et diffusé des images obscénes de leurs moments intimes. Sans son consentement, l’infirmière aurait envoyé les images à son jeune frère et à son épouse. Pour laver l’affont, Elhadji Aboubacar Diallo porte plainte, le dossier atterrit à la barre du tribunal de Dakar. Soda Maréme Touré écope une peine de 3 mois avec sursis, le plaignant a, quant à lui, récolté une salve de réprobations de la part du parquet et suscité la curiosité des médias. Quel personnage se cache derrière cet imam crayonné bon viveur ? L’Obs a tenté de percer le mystère.

« L’imam » Diallo, son penchant pour la belle vie et les mondanités

Le brin d’espoir pour lever un coin du voile sur le sieur El hadji Aboubacar Diallo est venu d’un nommée Bara Faye (le nom a été changé), un homme de teint noir, à la taille moyenne et au phrasé clair. Mais malgré notre insistance, il n’a pas daigné indiquer le domicile de « l’imam » de Khar-Yallah. il s’est juste contenté de témoigner sur l’homme avec qui il partage le quartier. Il dit, un peu géné : « El Hadji Aboubacar Diallo habite à Khar-Yallah. Apparemment, les gens ne veulent pas salir sa réputation. L’imam interdit tout commérage sur son semblable. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il est un prêcheur et maître coranique qui tient un « daara » (école coranique) dans le quartier. On l’appelle imam Diallo et il est membre de l’Alliance pour la République (APR). « Ce qui lui est arrivé peut arriver à n’importe qui. on n’est pas des saints et la femme est capable de tout pour piéger un homme. Mais les gens racontent qu’il n’est pas indemne de tout reproche, qu’il aime la belle vie et a des penchants pour les mondanités ». Des « frivolités » qui lui ont valu d’ailleurs des déboires avec sa « maitresse ». termine Bara.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Barça ou Barsakh: Modou Lo « Bouniou Démer Bakoy Mégeulé Ak Xarou »

Publié

sur




Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion