Suivez-nous

Actualité

Incendie au marché Ocass : Le beau geste du ministre de l’Intérieur aux commerçants impactés

Publié

sur


}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

50 millions de francs CFA, c’est le montant que le Gouvernement du Sénégal a remis au délégué du marché Ocass. Un montant que les sinistrés de l’incendie qui s’est déclaré au marché doivent se partager pour assurer leurs dépenses. L’argent lui a été remis par le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome qui a effectué une visite sur les lieux.

Suite à cette visite, la délégation gouvernementale s’est rendue chez le Khalife général des mourides pour lui présenter les ambitions du chef de l’Etat après cet incendie. De l’avis du ministre de l’Intérieur, le chef de l’Etat a décidé d’indemniser les victimes mais aussi de réhabiliter le marché tout en intégrant tous les acteurs.

Les dégâts de cet incendie au marché Ocass, rappelle Antoine Félix Diome, sont énormes c’est pourquoi, poursuit-il, les bouches d’incendie seront remises en service après la réhabilitation du marché. Car, signale le ministre de l’Intérieur, beaucoup de bouches d’incendie n’ont pas été fonctionnelles lors de l’incendie. En sus, il y avait beaucoup de désordre dans les artères du marché, ce qui a rendu difficile l’intervention des sapeurs pompiers.



Via SansLimite

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

(Vidéo) Un voleur grièvement amoché par plusieurs individus sur une terrasse

Publié

sur


voleur
voleur attrapé sur une Terrace

}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

La scène s’est déroulée à Dakar. Un voleur a été attrapé dans une maison et torturé sur la terrasse. 



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Adja 2020 – Episode 51

Publié

sur




Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Des licences de pèche vendus aux bateaux étrangers : Voici la réponse du ministre Alioune Ndoye

Publié

sur


Alioune Ndoye
Alioune Ndoye

}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

(Dakar) Le ministre de la Pêche, Alioune Ndoye, s’est exprimé sur les accords de pêche signés avec l’Union européenne. Accords qui défraient la chronique depuis quelques temps. Pour lui, les choses ont été faites en toute transparence.

«Tout  ce qui est fait l’a été dans le cadre d’une transparence et d’un respect stricte de la règlementation sénégalaise », a-t-il indiqué lors de la conférence de presse du gouvernement.

Par ailleurs, de nombreux pêcheurs ont fustigé le pillage de nos ressources par les bateaux étrangers. Ce qui pousse les pêcheurs artisanaux à émigrer clandestinément vers l’Europe. Sur ce point, la réponse du ministre est peu claire: «On fait le lien avec l’immigration clandestine. Parce que la mer n’aurait pas de poisson. Mais ces accords existent depuis 1979. Et avant, ils s’attaquaient à des pêcheries qui intéressaient nos pêcheurs et aujourd’hui ce n’est plus le cas», dit-il,

M. Ndoye déclare qu’à l’heure actuelle, le pavillons sénégalais, intervenant dans nos eaux, se limite à 129 navires : l’union européenne est à 31 navires dans nos eaux dont 10 français et 21 espagnols.

«Nous ne vendons pas de licences aux étrangers, j’aimerais aussi essayer de recadrer cette perception, parce que je viens de dire comment ça fonctionne. Ces 10 000 tonnes de thon, si nous ne les avions pas accordées, c’est une ressource qui ne reste pas chez nous, qui ne nous appartient pas», dit-t-il.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion