Suivez-nous

Actualité

HISTORIQUE DU PLAN ORSEC | SenePlus

Publié

sur


Il est destiné à « faciliter la mobilisation des moyens exceptionnels lorsque les moyens ordinaires des services publics de secours risquent de se trouver débordés, par le nombre de victimes ou l’ampleur d’un événement accidentel ou catastrophique », si l’on en croit le décret portant sa création daté du 17 novembre 1993. L’idée de sa mise en œuvre est née après l’explosion d’une citerne d’ammoniac de la Sonacos, le 24 mars. En effet, l’Etat a voulu mettre en place un outil de secours organisé.

Les moyens appartenant aux services publics et aux organismes privés sont rassemblés par les autorités administratives. Le ciblage des intervenants aussi est fait.

Le Plan Orsec existe donc depuis 27 ans. A ce jour, il a été déclenché six fois pour faire face à des situations de crises notamment les inondations.

Une réponse aux inondations

Ce samedi 5 septembre, le Chef de l’Etat a demandé au ministre de l’Intérieur, de déclencher le plan suite aux inondations notées après les fortes pluies de vendredi et de samedi.

La dernière fois que ce plan a été mis en place au Sénégal en septembre 2019. Les fortes pluies enregistrées à Dakar dans la période du 09 au 16 septembre avaient engendré ont provoqué des dégâts à Dakar.

Ce fut un Plan Orsec régional a été déclenché le mardi 17 septembre 2019. « Le Plan Orsec est déclenché pour prendre en charge la gestion des inondations et questions liées », informait un communiqué du gouverneur de Dakar de Dakar.

Bien qu’existant depuis 1993, le Plan Orsec de 2012 a connu une grande ampleur. A l’époque, 800 millions de francs CFA ont été mobilisés. En plus des participations personnelles et collectives, les fonds se sont élevés à plus d’un milliard.

Durant les inondations d’août 2005 et ceux de 2009 aussi, le Sénégal avait également déclenché le plan Orsec.

Inondations certes mais pas que…

Auparavant, lors de la tragédie du bateau le Joola, un arrêté ministériel portant déclenchement du Plan national Orsec a été fixé. Il était entré en vigueur le vendredi 27 septembre 2002 à 9 heures à la « suite au naufrage du bateau « Le Joola » survenu dans les eaux territoriales gambiennes, le jeudi 26 septembre 2002, entre 22 heures 45 et 23 heures », lit-on dans l’arrêté.

« Tous les moyens des services publics de secours et des services privés civils mobilisés pour apporter une assistance aux personnes rescapées et rechercher les corps sans vie. Le Groupement national des sapeurs-pompiers, en liaison notamment avec l’Armée nationale, la Gendarmerie nationale, la Direction générale de la Sûreté nationale, les services de Santé, le Port autonome de Dakar, est chargé de la Direction des Opérations de Secours et de Sauvetage », précise-t-il.





Via Seneplus

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Les explications de Mbaye Mbengue

Publié

sur


About Us

Newspaper WordPress Theme is your news, entertainment, music fashion website. We provide you with the latest breaking news and videos straight from the entertainment industry.

Contact us: contact@yoursite.com



BuzzClics

Continuer La Lecture

Actualité

Rokya Sarr élue nouvelle Miss Sénégal France 2020

Publié

sur






Dakarbuzz

Continuer La Lecture

Actualité

Mort tragique de Lamine Seydi en Italie

Publié

sur




Un ressortissant gambien a tragiquement perdu la vie en Italie, dans la nuit du vendredi au Samedi. Il s’appelle Lamine Seydi et vivait à Milan.

Le corps sans vie a été retrouvé dans le parking souterrain de la via Alto Adige. La thèse du meurtre n’est pas exclue. et les carabinieri ont ouvert une enquête. L’autopsie, quant à elle, a révélé des fractures internes à la hauteur des côtés. Ce qui aurait entraîné une hémorragie interne, rapporte le média d’information italien « Rainews ».

Il aurait, donc, atterri d’en haut sur le côté et une côte aurait transpercé son poumon. Mais, il ne serait pas mort sur le coup. A-t-il été poussé d’en haut ? Malheureusement, l’absence de caméras sur les lieux rend la tâche plus difficile aux enquêteurs selon Railnews.

Des zones d’ombres subsistent cependant. Car, il a été noté la présence de traces de sang sur une balustrade. Et ses vêtements étaient soigneusement rangés à plusieurs mètres de l’endroit où le corps, torse nu, a été retrouvé.

Des migrants gambiens, qui veulent savoir ce qui s’est réellement passé, ont organisé une manifestation spontanée devant le commissariat de police de la ville, exigeant toute la lumière sur ce décès. « Nous voulons savoir qui a tué Lamine Seydi », scandaient-t-ils sur les vidéos visionnées par iGfm.



Dakarbuzz

Continuer La Lecture

Suggestion