Suivez-nous

Actualité

Guédiawaye : Les femmes handicapées crient à la discrimination

Publié

sur


Les personnes handicapées expriment leur mal-vivre. Le temps d’une journée de sensibilisation et d’échanges sur la Convention des droits des personnes handicapées (Cdph), ces citoyens ont, par la voix de Mme Khady Ba, présidente des femmes de l’Anhms (Association nationale des handicapés moteurs du Sénégal), déclaré que les personnes handicapées sont constamment l’objet de discrimination et font face à de nombreux obstacles dans leur environnement. «Souvent, les Etats ne savent pas comment faire en sorte que les personnes handicapées puissent jouir de leurs droits au même titre que tous les autres citoyens. De nombreuses fausses idées sont véhiculées sur les personnes handicapées et très peu de personnes s’attendent à ce que les personnes handicapées soient capables d’accomplir quelque chose. Il y a un besoin de changement dans les lois, systèmes, services…», fait remarquer Mme Ba.
Pour cette dernière, les personnes handicapées méritent respect pour ce qu’elles sont et sont libres de faire leurs propres choix. «Les personnes handicapées ne doivent subir aucune discrimination. Les personnes handicapées ont les mêmes droits d’être impliquées et de prendre part à la vie communautaire au même titre que les autres. Tout le monde doit respecter la différence et accepter le handicap comme partie intégrante de la diversité humaine», soutient-elle.
L’Ong Ceci, à travers son projet «Voix et leadership des Femmes», accompagne la section féminine de l’Anhms, basée au quartier Wakhinane Nimzatt de Guédiawaye.
«Cette convention a pour objet de promouvoir, protéger et assurer la dignité, l’égalité devant la loi, les droits humains et les libertés fondamentales des personnes avec des handicaps en tous genres. L’objectif est la pleine jouissance des droits humains fondamentaux par les personnes handicapées et leur participation active à la vie politique, économique, sociale et culturelle doit être connue par tous.» «Nous aimerions qu’à l’issue de cette journée que les membres handicapés et élus locaux aient une large connaissance du contenu de la Cdph qui est étroitement lié aux Odd (Objectifs de développement durable) et aussi la nécessité de vulgariser la Cdph devant faciliter la sensibilisation au sein des communautés d’une part, et d’autre part des autorités locales, administratives et coutumières», souligne Mme Ba.
Les femmes de la section féminine de Guédiawaye ont tenu à remercier le maire de Wakhinane Nimzatt, Racine Talla, qui les a soutenues pour l’organisation de leur manifestation du jour, de même que l’organisation canadienne Ceci qui, à travers son projet Vlf, leur a accordé une subvention qui a permis l’organisation de cette activité et a également accepté d’accompagner la section féminine de l’Anhms Guédiawaye.



via LeQuotidien

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

L’hommage du President Macky à Papa Bouba Diop : « C’est une grande perte pour le Sénégal »

Publié

sur


}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

Le chef de l’Etat Macky a réagi suite au décès de Pape Bouba Diop. Dans un post sur son compte Twitter, il rendu un vibrant hommage à l’international sénégalais.
« Le décès de Pape Bouba Diop est une grande perte pour le Sénégal. Je rends hommage à un bon footballeur, respecté de tous pour sa courtoisie et son talent, nous rappelant fièrement l’épopée des Lions en 2002. Je présente mes condoléances émues à sa famille et au monde du football », a tweeté  le President Sall.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Kawteff – Cette présentatrice à Lirou Diane : « sa tatt… Yi Da Laté..Sa K… » (Vidéo)

Publié

sur


Kawteff – Cette présentatrice à Lirou Diane : « sa tatt… Yi Da Laté..Sa K… » (Vidéo)

L’article Kawteff – Cette présentatrice à Lirou Diane : « sa tatt… Yi Da Laté..Sa K… » (Vidéo) est apparu en premier sur Buzzclic.



BuzzClics

Continuer La Lecture

Actualité

3e Mandat de Macky Sall: La Déclaration osée de Cheikh Oumar Hann

Publié

sur


}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

Macky Sall n’en est qu’à son premier mandat, du point de vue de la constitution. C’est, en tout cas, ce qu’estime le ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Oumar Hann.

La déclaration risque de faire beaucoup jaser. En effet, Cheikh Oumar Hann, le ministre de l’Enseignement supérieur a laissé entendre que le mandat actuel n’est que le premier du chef de l’Etat Macky Sall. Ce qui fait qu’en 2024, si le chef de l’Etat se présente, ce serait pour un second mandat. «Du point de vue de la constitution,  je dis  que c’est un deuxième mandat, ce n’est pas un troisième mandat. Si Macky est candidat en 2024 ce sera un deuxième mandat. Du point de vue de la constitution actuelle c’est un deuxième mandat», a-t-il déclaré lors du Grand jury de la Rfm.

Pour le ministre de l’Enseignement supérieur, le mandat de Macky Sall obtenu en 2012 n’est pas concerné par les termes de la constitution de 2016. Et il se fonde sur l’exemple de Wade pour étayer sa thèse qui risque de faire couler beaucoup d’encre.

«Wade a été candidat  et il est arrivé au pouvoir en 2000 avec une constitution qui disait qu’il n’y avait plus de limitation du mandat présidentiel. L’interprétation de la constitution de 2001 disait  plus tard que le mandat obtenu en 2000 n’était pas concerné par la constitution de 2001. Ce qui fait que Wade a été candidat en 2012. Macky est arrivé en 2012. Par le fait du Pds, on avait enlevé la limitation du nombre de mandat. Donc le nombre de mandat n’était plus limité. Ensuite on est allé vers une constitution de 2016. La constitution de 2016 limite à deux mandats. Le mandat obtenu en 2012 ne peut pas être concerné.»

Pour lui, la question du troisième mandat est plus agitée par l’opposition que par le pouvoir: «Ca se dit partout. Le troisième mandat c’est sur la table, mais ce n’est pas porté par l’Apr ni par le camp de Macky Sall. Si aujourd’hui l’opposition dans sa campagne politique de reconstruction articule  sa démarche autour d’un 3ème mandat de Macky Sall c’est eux qui ont peur. Et ils veulent faire  peur au peuple sénégalais. A force d’agiter cela,  c’est le peuple qui  va se lever et dire à Macky Sall venez, venez être président», a-t-il déclaré.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion