Suivez-nous

Actualité

Emouvant – 10.000 problèmes parle du décès de sa mère et lance un message fort (Vidéo)

Publié

sur


Emouvant – 10.000 problèmes parle du décès de sa mère et lance un message fort (Video)

Emouvant – 10.000 problèmes parle du décès de sa mère et lance un message fort (Video)

Emouvant – 10.000 problèmes parle du décès de sa mère et lance un message fort (Video)






Via SansLimite

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

DENOUEMENT – Annonce des autorités diplomatiques et consulaires du Sénégal en France : «Diary Sow a été retrouvée saine et sauve»

Publié

sur


Disparue en France, Diary Sow a été retrouvée «saine et sauve», d’après les autorités diplomatiques et consulaires du Sénégal en France qui l’ont fait savoir ce lundi.

Fin d’une fugue qui n’a sans doute pas encore révélé tous ses secrets. Cette fin a tout de même le mérite de permettre aux proches de Diary Sow de pousser un ouf de soulagement. La pensionnaire du prestigieux lycée parisien Louis-le-Grand est aujourd’hui entre les mains des autorités sénégalaises basées dans la capitale française. «Les autorités diplomatiques et consulaires du Sé­négal en France informent que mademoiselle Diary Sow a été retrouvée saine et sauve. Elle se trouve présentement en compagnie de son parrain monsieur Serigne Mbaye Thiam», ont-elles fait savoir ce lundi sans préciser le lieu, ni la date à laquelle elle a été retrouvée.
Dans un communiqué, les autorités diplomatiques et consulaires du Sénégal en France se limitent juste à remercier «le gouvernement français pour son assistance efficace ainsi que l’ensemble de la communauté sénégalaise en France, en particulier les étudiants, pour leur mobilisation».
C’est le 4 janvier après les vacances de fin d’année que son absence a été constatée par les responsables de son établissement. Diary Sow était introuvable. C’est le début de recherches intenses à travers toute la France et même au-delà des frontières françaises. Sur le terrain, en première ligne, se sont distingués les étudiants sénégalais dans l’Hexagone. Bravant le froid, ils sillonnaient les rues. Plus les heures passaient, plus la peur s’agrandissait, les doutes s’intensifiaient. Pas de répit sur les réseaux sociaux également. Les jours passent. Mais toujours aucune nouvelle de l’élève du prestigieux lycéen parisien Louis-le-Grand, où elle est actuellement en deuxième année de classe préparatoire physique-chimie. Alors la question où est donc passée la meilleure élève du Concours général au Sénégal en 2018 et 2019 commençait à brûler les lèvres. Quelques jours après, une étudiante raconte à France 24, avoir effectué un covoiturage avec Diary Sow le 2 janvier de Toulouse, où la jeune sénégalaise avait rendu visite à sa «meilleure amie», jusqu’à Paris. Et elle serait ainsi la dernière personne à avoir vu Diary Sow depuis sa disparition. Un récit qui donna un brin d’espoir aux proches, à tous ces anonymes affectés par son énigmatique disparition. A part ce témoignage, personne n’a remarqué sa présence quelque part, même pas son ombre. Alors le jeudi 7 janvier, une enquête pour disparition inquiétante a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (Brdp). Après investigations, la piste criminelle tant redoutée par de nombreuses gens a été écartée par les enquêteurs.
A la surprise générale, la disparue fait signe de vie à travers une lettre envoyée à son parrain, Serigne Mbaye Thiam, ex-ministre de l’Education nationale. «Bonjour tonton. Je tiens à préciser que je t’écris aussi librement que je suis partie. J’ai laissé assez d’indices derrière moi pour qu’on sache que je partais de mon plein gré. Je ne me cache pas. Je ne fuis pas. Considère cela comme une sorte de répit salutaire dans ma vie», rassurait-elle. Et d’ajouter : «La pression n’a jamais été un frein pour moi. Au contraire. Je ne suis victime d’aucune sorte de pression de la part de qui que ce soit, dans mon entourage. Je n’ai pas disjoncté à cause du confinement ou de la prépa (…) Ceux qui cherchent une explication rationnelle à mon acte seront déçus, puisqu’il n’y en a aucune. Contrairement à ce que les gens semblent penser, aux paroles qu’on me prête, je ne renonce pas à ma vie d’avant. Je ne suis pas désolée d’être partie, je suis désolée des gênes occasionnées par mon départ et des gens que j’ai fait souffrir.»



via LeQuotidien

Continuer La Lecture

Actualité

Centrafrique : 44 rebelles tués dans une offensive des forces armées

Publié

sur


Les forces centrafricaines ont attaqué les rebelles qui tentent d’imposer un blocus de la capitale Bangui et de renverser le régime du président Faustin Archange Touadéra, tuant 44 d’entre eux selon le gouvernement, qui affirme être “à l’offensive”.

Les forces armées de Centrafrique et leurs alliés ont attaqué les rebelles qui tentent d’imposer un blocus de la capitale Bangui et de renverser le régime du président Faustin Archange Touadéra, tuant 44 d’entre eux, a annoncé le gouvernement lundi 25 décembre.

Le 17 décembre, les six groupes armés les plus puissants qui occupaient les deux-tiers de la Centrafrique en guerre civile depuis huit ans se sont alliés au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), puis ont annoncé le 19, huit jours avant les élections présidentielle et législatives, une offensive dans le but d’empêcher la réélection du président Touadéra.

Mais ils se sont heurtés à des forces bien supérieures en nombre et lourdement équipées : quelque 12 000 Casques bleus de la force de maintien de la paix de la mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) présents depuis 2014, mais aussi des centaines de militaires rwandais et paramilitaires russes dépêchés fin décembre par leurs pays à la rescousse de Faustin Archange Touadéra et d’une armée démunie.

“Offensive”

“Offensive des Faca (Forces armées de Centrafrique) et forces alliées de Boyali (village situé à 90 km de Bangui, NDLR). Bilan : RAS côté amis. Côtés ennemis : 3 prisonniers acheminés à Bangui et 44 morts dont plusieurs mercenaires tchadiens, soudanais et peuls”, a affirmé, lundi 25 janvier, le gouvernement sur Facebook.

Les autorités centrafricaines désignent généralement comme “forces alliées” les militaires rwandais et les paramilitaires russes. Cette annonce du gouvernement n’a pu être confirmée par des sources indépendantes.

“Les forces gouvernementales sont repassées à l’offensive”, a assuré à l’AFP le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui.

La ville de Boda, située à 124 km de Bangui, a également été “reprise par les autorités et les forces négatives se sont enfuies dans diverses directions. Au moment où nous parlons, les Faca et la gendarmerie sont dans la ville, et les Russes sont avec nos Faca” a annoncé Ange-Maxime Kazagui. Depuis le début de leur offensive en décembre, les rebelles de la CPC cherchent selon l’ONU à “asphyxier” la capitale en coupant les trois principales routes qui y mènent.

État d’urgence

Les rebelles mènent des attaques sporadiques mais parfois violentes, généralement loin de la capitale, même si deux attaques simultanées d’environ 200 assaillants ont été repoussées le 13 janvier à Bangui.

Le 21 janvier, le gouvernement a décrété l’état d’urgence pour une durée de 15 jours sur l’ensemble du territoire pour permettre “aux autorités de procéder à des interpellations sans forcément passer par le procureur de la République”, avait précisé à l’AFP le porte-parole de la présidence.

L’émissaire de l’ONU en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, a réclamé au Conseil de sécurité une “augmentation substantielle” du nombre de Casques bleus déployés dans le pays.

La demande d’augmentation du contingent de la Minusca devrait également aider le président Touadéra, récemment réélu avec 53,16 % des voix mais au terme d’un scrutin où deux électeurs sur trois n’ont pas voté, principalement pour des raisons de sécurité, à asseoir son autorité, alors que le représentant de l’ONU en Centrafrique a déploré une “grande désertion” depuis décembre des forces de sécurité centrafricaines.

Mankeur Ndiaye n’a pas précisé le nombre de Casques bleus supplémentaires souhaité pour la Minusca qui représente déjà, avec 12 000 hommes, l’une des plus grosses et coûteuses opérations de l’ONU dans le monde. L’émissaire a averti le Conseil de sécurité que “la menace pourrait durer”, alors que la Minusca a déjà perdu sept Casques bleus depuis le début de l’offensive rebelle.



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

(05 Photos) – Zeyna Cambel envoûte la toile avec sa silhouette de mannequin

Publié

sur


Les africaines sont des femmes bien dotées par la nature. De part leurs formes surréelles, leur démarche féline, elles parviennent à capter l’attention sur elles. C’est le cas de la très sulfureuse sénégalaise Zeyna Cambel qui n’est plus à présenter sur instagram. Si son physique en entier est un atout, sa belle petite poitrine fait d’elle un Kamikaze redoutable et redouté. Regardez!

Les africaines sont des femmes bien dotées par la nature. De part leurs formes surréelles, leur démarche féline, elles parviennent à capter l’attention sur elles. C’est le cas de la très sulfureuse sénégalaise Zeyna Cambel qui n’est plus à présenter sur instagram. Si son physique en entier est un atout, sa belle petite poitrine fait d’elle un Kamikaze redoutable et redouté. Regardez!

Les africaines sont des femmes bien dotées par la nature. De part leurs formes surréelles, leur démarche féline, elles parviennent à capter l’attention sur elles. C’est le cas de la très sulfureuse sénégalaise Zeyna Cambel qui n’est plus à présenter sur instagram. Si son physique en entier est un atout, sa belle petite poitrine fait d’elle un Kamikaze redoutable et redouté. Regardez!



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion