Suivez-nous

Actualité

Dossier sur le financement des partis politiques : Les avis partagés des acteurs sur …

Publié

sur




Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Grossesse : comment savoir si le col est ouvert ?

Publié

sur


Partie basse de l’utérus, le col relie le corps de l’utérus au v***n. Fermé pendant la grossesse, il va peu à peu s’ouvrir pendant l’accouchement. Comment savoir s’il est ouvert, quels sont les risques d’une ouverture précoce ? Les explications d’Anh-Chi Ton, sage-femme.

Au début de la grossesse, le col est long et mesure environ 4 cm. Il est fermé, sa consistance est tonique et il est en position postérieur, plus orienté vers le sacrum que le pubis. « En dehors de la grossesse, le col n’est pas hermétiquement fermé puisque le sang des règles peut s’écouler. Mais seul du liquide peut s’écouler, on ne peut pas insérer un tampon dans l’utérus par exemple ! », explique Anh-Chi Ton. Plus l’accouchement se rapproche, plus le col devient centré, souple. Il se raccourcit jusqu’à faire seulement quelques millimètres d’épaisseur, et de s’ouvrir en dilatation. « Ces modifications peuvent se faire dans n’importe quel ordre, il n ‘y a pas de règle », précise la sage-femme.
Sur le même sujet
Grossesse : combien de kilos ?
Quelle prise de poids pendant la grossesse ?

Schéma issu du Guide de prise en charge de la grossesse et l’accouchement à destination des sages-femmes et médecins (OMS).
Grossesse : comment mesure-t-on la longueur du col ?

La longueur du col de l’utérus peut être mesuré soit grâce à l’échographie, soit en procédant à un toucher vaginal. Cet examen est en revanche le seul permettant d’apprécier la dilatation du col. « Lorsque la dilatation du col est estimée entre 1 et 2 cm, on parlera plus volontiers en doigts de dilatation. Au-delà de 3 cm en revanche, on parlera en cm », explique la sage-femme. Entre 3 et 5 cm c’est une phase de pré-travail, de latence, il y a des contractions mais la dilatation n’est pas très rapide. A partir de 5 cm les choses s’accélèrent jusqu’à dilatation complète, on parle alors de travail actif.
Col de l’utérus : à partir de quel stade se modifie-t-il ?

« La consistance du col se modifie en fin de grossesse, généralement dès le 8ème mois, mais pour qu’il se raccourcisse et se dilate, il faut des contractions”, détaille Anh-Chi Ton. Si une future maman ne ressent absolument aucune contraction, on peut deviner sans l’examiner que son col est probablement long et fermé. « Alors qu’on avait coutume de faire systématiquement un toucher vaginal lors des rendez-vous mensuels, ce n’est plus le cas aujourd’hui. On ne fera pas de toucher si la femme ne signale aucune contraction », ajoute la sage-femme.
Enceinte, puis-je mesurer moi-même l’ouverture de mon col ?

Voilà une question que beaucoup de futures mamans se posent ! « Une femme peut effectivement sentir son col en insérant ses doigts au fond du v***n jusqu’à l’atteindre. C’est physiquement possible mais difficile à mettre en pratique, surtout avec un gros ventre », observe la spécialiste. Cette dernière précise qu’il sera surtout difficile pour une femme qui n’est ni sage-femme, ni médecin, d’interpréter exactement ce qu’elle ressent. Certaines femmes acquièrent toutefois cette expérience tout au long de leur vie en faisant un auto-examen de leur col pendant leur cycle, le col s’entrouvrant légèrement pendant l’ovulation et les règles.
Les risques en cas d’ouverture prématurée du col

Le risque d’un col modifié est celui de l’accouchement, considéré comme prématuré s’il a lieu avant 37 semaines d’aménorrhée. Il n’y a en revanche pas de risque infectieux tant que la poche des eaux n’est pas percée. « Avant 3 cm de dilatation, la dilatation peut prendre des jours, voire des semaines. Un col peut être ouvert à 1 doigt à 35 SA puis ne plus bouger ensuite jusqu’à 37 SA, cela n’est pas du tout inquiétant », précise la sage-femme. Cette dernière indique qu’on ne parlera pas toujours de menace d’accouchement prématuré avant 37 SA, même si le col est modifié. « Cela dépend du terme, du contexte, de la mesure et de la dilatation exacte du col », indique-t-elle.

Merci à Anh-Chi Ton, sage-femme, interview janvier 2021.

Lire aussi :

Pourquoi il faut muscler le périnée AVANT d'accoucher ?
Remontées acides pendant la grossesse : quels aliments éviter ?
Douleurs ligamentaires pendant la grossesse : symptômes, que faire ?
Hyperémotivité pendant la grossesse : en parler, ne pas minimiser

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Abdou Bara Dolly persiste : « C’est le PDS qui a bloqué la requête »

Publié

sur






Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Actualité

Covid-19 : les symptômes se propagent sur Twitter bien avant d’être connus

Publié

sur


Les réseaux sociaux pourraient être un bon outil de surveillance épidémiologique car les malades y partagent leurs symptômes bien avant que les épidémies ne soient déclarées.

Il y a un an, en janvier 2020, de nombreux internautes ont évoqué leurs symptômes inhabituels de toux sèche sur les réseaux sociaux, bien avant que l’on ne découvre qu’ils souffraient d’une nouvelle forme de coronavirus. C’est ce qui fait dire à des économistes et des statisticiens italiens que les réseaux sociaux pourraient être un bon outil de surveillance épidémiologique. « Ils pourraient aider à intercepter les premiers signes d’une épidémie, avant qu’elle ne prolifère sans être détectée, et également suivre sa propagation » souligne Massimo Riccaboni de l’IMT School for Advanced Studies de Lucca, en Toscane.
Sur le même sujet
Rechercher les traces du coronavirus dans les eaux usées
Covid-19 et eaux usées : on peut désormais suivre la circulation du virus en temps réel

Pour appuyer ses dires, l’économiste et ses collègues de l’Université de Calabre, ont analysé les données de Twitter pour découvrir les signaux d’alerte précoce des épidémies de COVID-19 en Europe au cours de la saison d’hiver 2019-2020, avant que les premières annonces publiques ne soient faites. Parmi les données de plus de 570 000 utilisateurs uniques et de plus de 890 000 tweets, ils ont recherché des tweets des pays européens avec le mot-clé « pneumonie » (dans les 7 langues les plus parlées, à savoir l’anglais, l’allemand, le français, l’italien, l’espagnol, le polonais et le néerlandais) postés l’hiver dernier. Ils sont ensuite remontés jusqu’en 2014. Puis ils ont procédé de la même manière avec d’autres symptômes comme « toux sèche ».
Des tweets deux semaines avant les premiers cas de contagion

Les résultats de leur étude viennent d’être publiés dans la revue Nature. Pour l’Italie, les tweets ont montré les signes des premiers clusters au cours de la première semaine de 2020, quelques semaines avant l’annonce officielle du premier cas (le 20 février 2020). Un schéma similaire a été observé en France. Tandis qu’en Espagne, en Pologne et au Royaume-Uni, les signaux de la maladie sont apparus 2 semaines avant leurs cas officiels.

« Les messages concernant les symptômes liés au COVID-19 ont précédé les annonces publiques officielles sur les flambées locales et étaient concentrés dans les zones qui deviendraient par la suite des points chauds d’infection » expliquent les chercheurs.

Ces derniers mettent toutefois en garde sur le fait que les recherches ne peuvent être utilisées pour des maladies encore inconnues. « Les recherches sur le mot « pneumonie » auraient été inutiles avant que la pneumonie ne soit publiquement liée au COVID-19″ insistent-ils. Mais suivre les réseaux sociaux pourrait se révéler utile pour identifier les points d’infections résurgentes et aider à contrer la menace de vagues pandémiques récurrentes.

Source :

Early warnings of COVID-19 outbreaks across Europe from social media, Scientific reports, 25 janvier 2021

A lire aussi :

Perte odorat et goût : le témoignage de Lauren infectée par le coronavirus 
Dépistage : test PCR rapide, test sanguin... pour qui
Si 70% de la population portait un masque, le Covid-19 serait stoppé

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités



Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Suggestion