Suivez-nous

Actualité

Découverte d’une cible thérapeutique prometteuse contre le diabète de type 2

Publié

sur


Pourquoi 80% des personnes en situation d’obésité souffrent de diabète de type 2 ? Les chercheurs ont découvert des éléments de réponse.

80% des personnes obèses développent du diabète de type 2, sans que les médecins ne sachent véritablement pourquoi… Mais une équipe de recherche de l’Inserm a récemment identifié une nouvelle cible thérapeutique, en étudiant une maladie rare, ayant pour particularité d’engendrer à la fois ce type de diabète et une obésité chez les patients atteints.
Sur le même sujet
Coronavirus et diabète : une étude identifie le profil des diabétiques à risque
Coronavirus et diabète : une étude identifie le profil des diabétiques à risque

Il s’agit de la maladie d’Alström, engendrée par des mutations du gène ALMS1, qui code une protéine dont la fonction est encore assez peu connue des scientifiques. Les chercheurs ont découvert que lorsque ce gène fonctionne mal, le sujet malade développe du diabète de type 2. A l’inverse, lorsqu’ils ont restauré son fonctionnement sur des animaux, ils se sont aperçu que leur équilibre glycémique était tout à coup rétabli.

Ils ont en outre identifié des anomalies de structure et de fonction du tissu adipeux chez les personnes atteintes de la maladie d’Alström bien plus importantes que celles constatées chez des sujets obèses présentant la même masse corporelle mais non atteints de cette maladie. Chez la souris, les adipocytes (cellules qui composent le tissu adipeux) n’étaient plus capables d’absorber le glucose. « En empêchant les adipocytes d’absorber le glucose, la perte de fonction d’ALMS1 est directement responsable d’un diabète de type 2, ce qui en fait une cible thérapeutique très intéressante » explique Vincent Marion, Chef du laboratoire de génétique médicale (Inserm/Université de Strasbourg).
Traiter le diabète indépendamment de l’insuline

Pour lutter contre le diabète de type 2, rétablir la protéine ALMS1 pourrait donc être efficace. Le chercheur souligne encore que ce travail sur un modèle de maladie rare a permis de découvrir une molécule « capable à elle seule d’augmenter l’absorption du glucose par les adipocytes et de maintenir un bon équilibre glycémique. Cela en fait une très bonne cible thérapeutique pour lutter contre le diabète de type 2 en général, associé ou non à une obésité ».

Cette découverte, publiée dans Diabetes ouvre des perspectives thérapeutiques prometteuses. Elle permettrait en effet de traiter le diabète, indépendamment du taux d’insuline. Pour cela, il faut trouver une molécule capable de cibler la protéine ALMS1. Les essais cliniques sur des humains pourraient commencer en 2021.

Source : communiqué de presse Inserm, « Une nouvelle cible thérapeutique contre le diabète de type 2 découverte grâce à une maladie rare », 16 octobre 2020.

Lire aussi :

Gluciboat : un serious game pour accompagner les patients diabétiques de type 2
La solitude associée à un risque accru de diabète

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes



Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le magnifique hommage de Robin Van Persie à Sadio Mané après le match Ajax-Liverpool

Publié

sur


Comme à l’accoutumée lors des derniers matches, Sadio Mané semble en grande forme. Hier encore, face à l’Ajax Amsterdam, il a été intenable sur son couloir gauche. D’ailleurs, l’unique but de la rencontre est venu sur son débordement. Il a ensuite vu sa frappe être contrée dans son propre but par Tagliafico.

A la fin de la rencontre, robin Van Persie, qui était dans les Gradins de la Johan Cruyff Arena, a rendu hommage à Sadio Mané, un joueur exceptionnel. « J’adore Mané. Sa façon de jouer, de bouger. Il est exceptionnel. C’est le genre de joueur auquel je pourrais payer pour aller le voir joueur. C’est un vrai régal », a déclaré au micro de Supersport l’ancien buteur hollandais.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Vidéo – Soumboulou Bathily Revient sur son Mariage: « Li waral dioy yi «

Publié

sur




Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

« Mali…La malédiction des coups d’État » (Ibrahima Thiam)

Publié

sur


En réalisant un coup d’Etat voici quelques semaines les militaires maliens n’ont pas adressé un bon signal, ni en Afrique, ni ailleurs dans le monde. Le 21ème siècle ne veut plus revivre les putschs et les juntes comme le vingtième siècle nous en trop offert, que ce soit avec le régime des colonels en Grèce ou les nombreuses dictatures sud-américaines.

Au Mali, la démocratie a été blessée et les élections qui avaient porté au pouvoir le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) ont été bafouées par des officiers qu’en d’autres temps on aurait qualifié de fêlons. Et la transition politique que vit actuellement le pays n’a été rendue possible que parce que IBK a préféré démissionner pour éviter une épreuve de force qui aurait été préjudiciable à tous, en particulier aux civils et se terminer dans le sang.

Il faut dans ces conditions se féliciter de la condamnation de la communauté internationale que ce soit l’ONU, l’Union Européenne, l’Union Africaine, et la CDEAO à l’égard de ce complot conduit par des officiers supérieurs. Toutes ces institutions se sont prononcées pour un retour rapide à l’ordre institutionnel. Depuis une décennie pratiquement plus aucun pouvoir militaire en effet n’a pris le pouvoir à l’exception précisément du Mali où déjà en 2012 lors d’un précédent coup d’État les militaires avaient dû transférer le pouvoir aux civils.

Il faut aussi se réjouir que la CDEAO ait, dès le mois d’août, condamné le coup d’Etat, qui est, faut-il le rappeler le 4ème en soixante ans avec un quatrième président renversé sur les cinq qui ont été élus. Il faut également reconnaître que le Mali connaissait une grande instabilité aussi bien sur le plan politique qu’en matière de gouvernance. Les problèmes économiques étaient là, le coronavirus aussi, le fait également que les écoliers maliens étaient déscolarisés depuis pratiquement deux ans, sans oublier la négation de l’aspiration des jeunes dans la perspective d’un renouvellement de la classe politique, n’étaient plus supportables par la population. A n’en pas douter ce pays, en proie aux actions terroristes dans le Sahel, a un besoin urgent d’un renforcement des institutions et une gestion plus vertueuse au sommet du pouvoir. Il faut aussi que les imams restent dans leurs mosquées et s’occupent de leurs fidèles mais pour cela convient-il que le président travaille dans l’intérêt du peuple car certains religieux comme l’imam Dicko jouent le rôle de thermomètre qui annoncent une montée de température lorsque les choses vont mal, que la situation est mauvaise. Ils doivent donc être entendus par le pouvoir en place.

Cette mutinerie des militaires était ainsi prévisible depuis plusieurs mois car plusieurs voyants étaient au rouge et aurait pu être évitée si le pouvoir en place avait davantage écouté la rue qui a travers de multiples manifestations dont la première, le 5 juin, contestait le résultat des élections législatives de mars dernier. La suivante, le 10 juillet, n’a été qu’une confirmation. Tous s’accordaient à reconnaître qu’IBK était déconnecté. Dans ces conditions, et face au refus de dialogue pouvoir-opposition, l’armée est vite apparue comme le seul arbitre possible. Il n’en reste pas moins que lorsque les militaires sortent des casernes et que les religieux mènent les revendications dans le but de faire plier le pouvoir ce n’est jamais bon.

Alors que le Mali a fêté le 2 septembre dernier le soixantième anniversaire de son indépendance ce pays doit s’inventer un nouveau destin.

Ibrahima Thiam, président de Un Autre Avenir



Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Suggestion