Suivez-nous

Actualité

Covid-19 : Thiès et Dakar, théâtre de riposte, les détracteurs du vaccin dans la mire de l’Etat

Publié

sur


Le Sénégal est à nouveau en situation d’état d’urgence. Le chef de l’Etat, sous l’œil avisé des experts et sommités du  Comité national de gestion des épidémies (CNGE), décrète l’état d’urgence assorti d’un couvre feu de 21 h à 5 h, dans les régions de Dakar et Thiès, à compter d’aujourd’hui, ce mercredi 6 janvier. 

Vivre avec le virus corona n’est plus à l’ordre du jour. La deuxième vague nous assaille. Le pacte est dénoncé mardi par le Président de la République, en tenue de combat, aux fronts de Dakar et Thiès où la situation est désastreuse. Ces deux régions, à elles seules, renferment plus de 90% des cas de covid-19.  S’y ajoute, les cas cumulés au niveau national restent macabres. au moins 72 décès pour le mois de décembre dernier.

Pour endiguer ce fléau, le Président Macky Sall livre la stratégie à ses hommes abonnés au relâchement au front. Certaines des libertés sont restreintes. Le nouveau credo, tous dans les rangs, tous dans les tranchées pour combattre corona. Et comme armes, le respect en permanence des gestes barrières, le port obligatoire du masque dans les transports et lieux publics, notamment dans les marchés, contrôle sanitaire permanent au niveau des frontières, l’ouverture des centres de traitement épidémiologique, des services d’urgences et d’accueil, de réanimation. Et les ministres concernés prendront les actes subséquents pour la matérialisation de ces mesures.

Aux déserteurs et autres contempteurs du vaccin, le chef de l’Etat reste ferme. Puisque la catastrophe va s’installer, si on n’a pas le vaccin qui demeure indispensable. Une stratégie nationale de vaccination sera mise en branle. Et dire que le vaccin contre le covid va créer des effets indésirables est absurde, c’est des balivernes. A ce niveau, le Sénégal travaille avec l’Oms et des moyens seront mis à contribution pour cette première phase de vaccination.

Pour le succès de la guerre, couper d’abord la chaîne de contamination de l’ennemi demeure l’objectif global. Et la pédagogie par l’exemple des autorités centrales et locales est attendue pour renforcer l’efficacité de la lutte. Pas de visite économique, pas de rencontre de militants. donc, tous terrés dans les tranchées.



Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Reug Reug raconte comment il a mis KO Alain Ngalani en 2 minutes

Publié

sur


Vendredi dernier Reug Reug a réussi sa deuxième sortie en MMA en mettant KO Alain Ngalani en deux minutes. « Le combat a eu lieu avant 9heures. Comment s’est il déroulé ?  » Au coup d’envoi, j’ai marché sur Alain Ngalani. J’ai réussi à me saisir de sa jambe pour bien la maîtriser. Et dans mes manœuvres, j’ai pu l’envoyer au tapis pour le rouer de coups qui ont fini par le mettre KO avant que l’arbitre nous sépare. Je l’ai frappé jusqu’à ce qu’il abandonne, en 1 à 2 minutes environ d’affrontement « . Précise t-il.
Sunu Lamb

Vendredi dernier Reug Reug a réussi sa deuxième sortie en MMA en mettant KO Alain Ngalani en deux minutes. « Le combat a eu lieu avant 9heures. Comment s’est il déroulé ?  » Au coup d’envoi, j’ai marché sur Alain Ngalani. J’ai réussi à me saisir de sa jambe pour bien la maîtriser. Et dans mes manœuvres, j’ai pu l’envoyer au tapis pour le rouer de coups qui ont fini par le mettre KO avant que l’arbitre nous sépare. Je l’ai frappé jusqu’à ce qu’il abandonne, en 1 à 2 minutes environ d’affrontement « . Précise t-il.
Sunu Lamb

Vendredi dernier Reug Reug a réussi sa deuxième sortie en MMA en mettant KO Alain Ngalani en deux minutes. « Le combat a eu lieu avant 9heures. Comment s’est il déroulé ?  » Au coup d’envoi, j’ai marché sur Alain Ngalani. J’ai réussi à me saisir de sa jambe pour bien la maîtriser. Et dans mes manœuvres, j’ai pu l’envoyer au tapis pour le rouer de coups qui ont fini par le mettre KO avant que l’arbitre nous sépare. Je l’ai frappé jusqu’à ce qu’il abandonne, en 1 à 2 minutes environ d’affrontement « . Précise t-il.
Sunu Lamb



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Ziguinchor: Les professeurs candidats à la FASTEF oubliés élèvent la voix

Publié

sur






Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Actualité

Montée des cas de Covid-19 : Les nouvelles mesures restrictives de l’Évêque de Thiès

Publié

sur


La deuxième vague du coronavirus au Sénégal est préoccupante. Elle est plus sévère avec son lot de morts au quotidien. Face à cette montée des cas de Covid-19, un nouveau plan de riposte a été décrété par le Président de la République. Du coup, « en grande partie notre Diocèse est concernée par l’état d’urgence assorti du couvre-feu. Je vous demande malgré les bonnes traditions de solidarité et de compassion, d’observer, à partir de ce dimanche 24 janvier  et jusqu’à nouvel ordre, les instructions sur l’ensemble du territoire du Diocèse, pour éviter les rassemblements jugés propices à la contamination », a indiqué l’Évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, à travers un communiqué.
Ainsi, constatant que la pandémie de Covid-19 n’en finit pas de se propager et de faire des victimes de plus en plus nombreuses dans nos communautés paroissiales, il a déclaré que les messes de mariage sont strictement réservées à la famille et aux proches parents. Pour les funérailles, dit Monseigneur André Guèye, les veillées de prières publiques dans les maisons et les expositions de corps sont suspendues. En sus, la levée du corps est désormais réservée à la famille restreinte.
« Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés »
Poursuivant, il soutient : « Les corps seront directement acheminés au cimetière où le prêtre fera l’absoute, en présence de la famille restreinte et des proches parents. Une messe à l’intention du défunt peut être célébrée avant ou après les obsèques, à la demande de la famille ou des proches. Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies ou les repas organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés ».
Sur ce, l’Evêque a rappelé que l’état d’urgence dans les régions de Dakar et de Thiès interdit cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, toute réunion publique et privée, y compris les baptêmes, les mariages, les réceptions et les cérémonies religieuses. Ce qui fait que pour les messes, Mgr André Guèye a demandé aux fidèles de nettoyer les vases sacrés, surtout le calice avec des produits appropriés avant tout célébration, de prendre toutes les précautions pour la visite et la communion des malades et de tenir les rassemblements opportuns (visites, réunions de mouvements d’associations, de groupes de prière etc) dans des espaces aérés et ouverts.
Aussi, a-t-il, invité les chrétiens à mieux organiser les quêtes et offrandes, sans se passer les paniers ou caisses, et en respectant la distanciation.

La deuxième vague du coronavirus au Sénégal est préoccupante. Elle est plus sévère avec son lot de morts au quotidien. Face à cette montée des cas de Covid-19, un nouveau plan de riposte a été décrété par le Président de la République. Du coup, « en grande partie notre Diocèse est concernée par l’état d’urgence assorti du couvre-feu. Je vous demande malgré les bonnes traditions de solidarité et de compassion, d’observer, à partir de ce dimanche 24 janvier  et jusqu’à nouvel ordre, les instructions sur l’ensemble du territoire du Diocèse, pour éviter les rassemblements jugés propices à la contamination », a indiqué l’Évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, à travers un communiqué.
Ainsi, constatant que la pandémie de Covid-19 n’en finit pas de se propager et de faire des victimes de plus en plus nombreuses dans nos communautés paroissiales, il a déclaré que les messes de mariage sont strictement réservées à la famille et aux proches parents. Pour les funérailles, dit Monseigneur André Guèye, les veillées de prières publiques dans les maisons et les expositions de corps sont suspendues. En sus, la levée du corps est désormais réservée à la famille restreinte.
« Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés »
Poursuivant, il soutient : « Les corps seront directement acheminés au cimetière où le prêtre fera l’absoute, en présence de la famille restreinte et des proches parents. Une messe à l’intention du défunt peut être célébrée avant ou après les obsèques, à la demande de la famille ou des proches. Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies ou les repas organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés ».
Sur ce, l’Evêque a rappelé que l’état d’urgence dans les régions de Dakar et de Thiès interdit cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, toute réunion publique et privée, y compris les baptêmes, les mariages, les réceptions et les cérémonies religieuses. Ce qui fait que pour les messes, Mgr André Guèye a demandé aux fidèles de nettoyer les vases sacrés, surtout le calice avec des produits appropriés avant tout célébration, de prendre toutes les précautions pour la visite et la communion des malades et de tenir les rassemblements opportuns (visites, réunions de mouvements d’associations, de groupes de prière etc) dans des espaces aérés et ouverts.
Aussi, a-t-il, invité les chrétiens à mieux organiser les quêtes et offrandes, sans se passer les paniers ou caisses, et en respectant la distanciation.

La deuxième vague du coronavirus au Sénégal est préoccupante. Elle est plus sévère avec son lot de morts au quotidien. Face à cette montée des cas de Covid-19, un nouveau plan de riposte a été décrété par le Président de la République. Du coup, « en grande partie notre Diocèse est concernée par l’état d’urgence assorti du couvre-feu. Je vous demande malgré les bonnes traditions de solidarité et de compassion, d’observer, à partir de ce dimanche 24 janvier  et jusqu’à nouvel ordre, les instructions sur l’ensemble du territoire du Diocèse, pour éviter les rassemblements jugés propices à la contamination », a indiqué l’Évêque de Thiès, Monseigneur André Guèye, à travers un communiqué.
Ainsi, constatant que la pandémie de Covid-19 n’en finit pas de se propager et de faire des victimes de plus en plus nombreuses dans nos communautés paroissiales, il a déclaré que les messes de mariage sont strictement réservées à la famille et aux proches parents. Pour les funérailles, dit Monseigneur André Guèye, les veillées de prières publiques dans les maisons et les expositions de corps sont suspendues. En sus, la levée du corps est désormais réservée à la famille restreinte.
« Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés »
Poursuivant, il soutient : « Les corps seront directement acheminés au cimetière où le prêtre fera l’absoute, en présence de la famille restreinte et des proches parents. Une messe à l’intention du défunt peut être célébrée avant ou après les obsèques, à la demande de la famille ou des proches. Les longues files et les regroupements pour présenter les condoléances, ainsi que les cérémonies ou les repas organisés à la maison mortuaire, sont déconseillés ».
Sur ce, l’Evêque a rappelé que l’état d’urgence dans les régions de Dakar et de Thiès interdit cortèges, défilés, rassemblements et manifestations sur la voie publique, toute réunion publique et privée, y compris les baptêmes, les mariages, les réceptions et les cérémonies religieuses. Ce qui fait que pour les messes, Mgr André Guèye a demandé aux fidèles de nettoyer les vases sacrés, surtout le calice avec des produits appropriés avant tout célébration, de prendre toutes les précautions pour la visite et la communion des malades et de tenir les rassemblements opportuns (visites, réunions de mouvements d’associations, de groupes de prière etc) dans des espaces aérés et ouverts.
Aussi, a-t-il, invité les chrétiens à mieux organiser les quêtes et offrandes, sans se passer les paniers ou caisses, et en respectant la distanciation.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Suggestion