Suivez-nous

Actualité

Cheikh Ndoye (Red Star) : « Je veux faire progresser ce club »

Publié

sur


À 34 ans, le milieu de terrain
sénégalais s’est engagé lundi avec le Red Star pour aider le club à
remonter en Ligue 2. Un véritable défi pour un joueur qui n’a plus
disputé de match officiel depuis le mois de mars 2019.
« Pourquoi avoir accepté de relever le défi du Red Star, club de National qui vise la montée en Ligue 2 cette saison ?
Je
suis venu plusieurs fois au Stade Bauer en tant qu’adversaire, avec
Épinal ou Créteil, et pour moi, le Red Star est un club mythique. Le
président Patrice Haddad et l’entraîneur Vincent Bordot m’ont exposé
leur projet, et je me suis dit que cela correspondait à mes valeurs. Je
suis un homme de défi, qui ne lâche rien. Je me suis donc engagé ici à
200 %. Je veux permettre au Red Star de progresser et de faire mieux que
la saison dernière. Nous restons sur deux victoires d’affilée (contre
Concarneau et à Laval), pourquoi ne pas enchaîner avec un troisième
succès, vendredi face à Créteil ?
Vous
n’avez plus joué de match officiel depuis une sélection avec le Sénégal
contre le Mali, le 26 mars 2019, et une rupture des ligaments croisés
d’un genou qui avait mis un terme à votre saison. Dans quel état
physique êtes-vous ?

Avant
de venir ici, j’ai travaillé pendant quelques semaines avec Créteil, et
je m’entraîne depuis deux jours avec le préparateur physique du Red
Star. Je ne peux pas encore donner précisément la date de mon retour sur
les terrains. Mais je vais continuer à travailler, et on verra bien.
Vous
êtes en conflit avec Angers, à qui vous reprochez de ne pas avoir
honoré une promesse d’embauche. Où en est votre procès aux prud’hommes ?

Un
planning s’est mis en place, et le juge doit se prononcer le 4 mars
2021. J’ai signé un contrat avec Angers, qui m’avait fait revenir de
Birmingham en août 2018 en me proposant une offre de reconversion. Après
ma blessure, on m’a fait une proposition différente, qui ne me
convenait pas du tout. Aujourd’hui, je demande simplement que mes droits
soient respectés. »



Bonjour DAkar

Annonce
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Urgent – Touba dénonce les propos de Macron et appelle au boycott des produits français

Publié

sur


}

if ( td_screen_width >= 1019 && td_screen_width < 1140 ) { /* landscape tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width >= 768 && td_screen_width < 1019 ) { /* portrait tablets */ document.write(''); } if ( td_screen_width < 768 ) { /* Phones */ document.write(''); }

Emmanuel Macron continue d’essuyer des tirs groupés suite à sa déclaration sur les caricatures du prophète Mouhamed. Touba, à travers la structure Xudamoul Xadim lui a apporté ce mardi soir une cinglante réplique.Face à la presse, Serigne Amsatou Mbacké, fils de Serigne Abdou Lahad Mbacké, président d’honneur de l’association et ses collègues ont condamné fermement les propos du président français. Selon le chef religieux, les membres de l’association ont tenu ce point de presse pour se prononcer sur l’affaire au nom de Serigne Mountakha Mbacké.

<<Les propos de Macron sont graves à tel point qu’on ne peut pas en rendre compte au khalife général des mourides. Mais nous sommes sûrs qu’il sera content de notre déclaration>>, a précisé le fils du 03éme défunt khalife général des mourides.

Serigne Bassirou Mbacké Ibn Serigne Cheikh Thioro Mbacké, président de Xudamoul Xadim a invité les musulmans à boycotter tous les produits de l’Hexagone pour faire face à Macron.

Seneweb a remarqué la présence de plusieurs chefs religieux à la rencontre, dont Serigne Saliou Mbacké Amsa, Serigne Sidy Mbacké Abdou Khadre etc.



Via SansLimite

Continuer La Lecture

Actualité

Suivez Ousmane Sonko, en direct, se prononçant sur l’émigration clandestine…

Publié

sur




Bonjour DAkar

Continuer La Lecture

Actualité

Lutte contre le dopage : Dakar choisi pour abriter la seconde réunion de la COP7

Publié

sur


Accueillie par le Ministre des sports de la Fédération de Russie, M. Oleg Matytsin, en tant que Vice-président du Bureau de la COP7, la première réunion formelle du Bureau a abordé de manière significative des questions clés afin de garantir que le mandat confié au Bureau par la Conférence des Parties puisse être accompli de manière adéquate, notamment dans le contexte de la pandémie du COVID-19. Dakar, la capitale du Sénégal a été choisi pour arbitrer la seconde réunion en début février 2021.

Célébrant 15 ans depuis l’adoption de la Convention antidopage par la Conférence générale de l’UNESCO, cette réunion sur la gouvernance a transmis un message fort à la communauté internationale,  mettant en valeur l’engagement de chacun des membres du Bureau envers les principes universels des valeurs et de l’éthique du sport consacrés dans la Convention », comme l’a souligné le Président de la COP7, Monsieur Marcos Diaz, Ministre des Sports de la République Dominicaine.

Le format de la réunion a été innovant et hybride, combinant la présence en personne et la participation virtuelle, permettant ainsi un dialogue ouvert et transparent basé sur l’esprit de coopération. Outre les membres du Bureau de la COP7, les discussions ont inclu une présentation et des échanges directs avec la Présidente du Comité d’approbation du Fonds antidopage, Dr Reema Alhosani, le Président du Groupe de travail sur les directives opérationnelles et le cadre de conséquences en cas de non-conformité, M. Bram van Houten, le Rapporteur du panel d’experts juridiques de haut niveau, M. Graham Arthur, ainsi que des représentants de l’Union africaine, du Conseil des sports des Amériques, du Conseil de l’Europe, du Comité international olympique, de l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime et de l’Agence mondiale antidopage en sa qualité d’organisation consultative.

Le plan de travail vers la COP8 a été adopté par consensus par le Bureau, contenant plusieurs activités cruciales pour le suivi de la COP7, ainsi que de nouvelles propositions tenant compte de l’impact de la pandémie du COVID-19 sur le sport et la lutte contre le dopage.

Les membres du Bureau ont également saisi l’occasion pour  faire le point sur les activités antidopage menées au niveau régional, telles que reflétées lors des consultations régionales avec les Plateformes nationales de conformité, et de prendre note des progrès accomplis en ce qui concerne le communiqué publié en août dernier sur la loi Rodchenkov et le financement par les États-Unis de l’Agence mondiale antidopage.

La Présidente du Comité d’approbation a présenté un aperçu du travail virtuel du Comité depuis le début de l’année et a partagé une analyse préliminaire des réponses des États parties à l’enquête sur les défis de la lutte contre le dopage dans le sport. En ce qui concerne la mobilisation des ressources, il est encourageant de noter que 16 États parties ont contribué au Fonds antidopage en 2020, malgré les défis actuels. Néanmoins, alors que les efforts doivent être multipliés pour atteindre les objectifs adoptés par la COP7, le Bureau et le Comité d’approbation continueront à travailler main dans la main. De plus, pour assurer la durabilité du Fonds, les organes directeurs de la Convention vont également nouer des contacts avec le secteur privé et le mouvement sportif.

Le Bureau de la COP7 a réitéré l’importance de finaliser les Directives opérationnelles et le Cadre de conséquences en cas de non-conformité, parallèlement au modèle de cadre législatif, en vue d’être adoptés à la COP8. Ces documents devraient constituer un mécanisme de soutien et d’assistance aux États parties concernant la mise en œuvre de la Convention pour une meilleure appropriation et une conformité accrue au niveau mondial.

Pour sa part, Matar Ba, Vice-président il a surtout insisté sur la nécessité de renforcer la solidarité, la communication et la visibilité de la Convention par les membres du Bureau, qui ont convenu de renforcer la coopération avec les organisations intergouvernementales régionales, ainsi qu’avec le mouvement sportif et d’autres parties prenantes majeures.

Le patron du sport sénégalais a aussi exhorté les organisations à poursuivre la série de consultations régionales avec les Plateformes nationales.

Enfin sur proposition du bureau de la COP7, Dakar, capitale du Sénégal a été choisi pour abriter la seconde réunion en février 2021.



Via Xibaaru

Continuer La Lecture

Suggestion