Les organisations de défense des droits de l’homme continuent de s’insurger contre les arrestations récurrentes des activistes par la division des investigations criminelles (DIC).

Dans l’observateur, La ligue Sénégalaise des droits l’homme (LSDH) et Amnesty international Sénégal plaident pour l’abrogation du délit d’offense au chef de l’Etat, pas conforme aux normes selon elles d’une démocratie moderne. Après Guy Marius Sagna et Adama Gaye qui croupissent actuellement en prison, un autre parmi eux a des démêlés avec dame justice. Il s’agit du nommé Idrissa Fall Cissé, auteur d’un livre qui n’est pas encore paru  sur le président de la République intitulé ‘’Les frères Sall au pouvoir’’. Tous ont en commun leur virulence sur les réseaux sociaux, avec des publications à la limite injurieuses contre le chef de l’Etat.

Seulement, de l’avis des organisations de défense des droits de l’homme, ces arrestations n’honorent pas le Sénégal et sa démocratie. Le président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme (LSDH), Me Assane Dioma Ndiaye, interrogé par l’Observateur, ce sont des signes qui montrent une pathologiques d’une démocratie qui n’est pas parfaite. «Si on estime qu’il s’agit d’une volonté du pouvoir politique d’endiguer la liberté d’expression, on peut dire que la démocratie est malade parce que dans une démocratie, tout le monde doit pouvoir s’exprimer sans courir le risque d’une arrestation ou d’une répression quelconque ou de représailles de la part du pouvoir, cette situation n’honore pas le Sénégal.», a déclaré l’avocat dans le journal.
Dans le même ordre d’idées, le Directeur exécutif d’Amnesty international Sénégal estime qu’on ne doit plus envoyer des gens en prison pour des délits tels que la diffamation. «Il faut que le président se rend compte que nous sommes dans un Etat démocratique, martèle Seydi Gassama, Macky Sall n’est pas la reine Elisabeth, il est président et chef de parti politique. Il est dans l’arène politique et très souvent, ceux qui l’attaquent en tant que chef de parti. Et il ne peut pas, dans un contexte comme celui-là, procéder à des arrestations tous azimuts, comme il le fait en ce moment.»

DakarXibar avec Xibaaru