Selon Valdidio Ndiaye (photo) expert électoral et membre du Collectif des organisations de la société civile pour les élections du Sénégal (Cosce), « Il faut régler d’abord le problème de mise à jour du nombre de partis politiques»

Je pense que le premier point qu’il faut d’abord régler avant même de parvenir à des accords sur les principes, c’est le problème de mise à jour du nombre de partis politiques. Aujourd’hui, nous sommes presque à 320 partis politiques. Mais, il est évident qu’il y a énormément de partis politiques qui ont été créés et qui, aujourd’hui, ne sont plus fonctionnels. Ils ne sont plus en conformité avec la loi, ils sont inexistants dans le landerneau politique. Il appartient au ministère de l’Intérieur de faire la mise à jour. Donc, il faut partir de l’existant. Une fois que ce premier point est réglé, certainement ça va dégraisser le dispositif. Comme deuxième élément à régler aussi, il faut exiger aux partis politiques d’avoir un siège, d’être identifié, d’avoir un contact téléphonique fixe et le dépôt des rapports financiers annuels avec les éléments institutionnels qui vont avec. Il faut aussi adopter cette obligation de participer à des scrutins locaux, c’est-à-dire les élections locales, avec une obligation d’atteindre au moins 1% du suffrage sinon vous disparaissez. Dans la réflexion, nous sommes en train de susciter d’autres aspects, c’est-à-dire la nécessité d’instaurer un principe de formation au sein des partis politiques pour que chaque parti ait une école du parti. Une fois que ces postulats-là sont réglés, dégraisser les partis politiques par la mise à jour du nombre de partis avec le respect des dispositions nouvelles légales, à partir de ce moment-là, on peut parler du financement des partis politiques. Les préalables sont administratifs et après ceux de fonctionnement, c’est-à-dire la tenue de congrès réguliers. Il y a même certains qui disent que pour régler les questions d’alternance au sein des partis, que le leader ait droit à un maximum de 3 à 4 mandats à la tête du parti. Ce sont des questions de fond sur lesquels les gens doivent réfléchir assez rapidement ».

VALDIODIO NDIAYE, EXPERT ELECTORAL ET MEMBRE DU COSCEE

Source Sud

DakarXibar avec Xibaaru

Auteur

Laisser un commentaire